Papy, toujours entre la vie et la mort - La présidente de l'association RPA reste confiante :

Le chien miraculé, symbole du combat contre la maltraitance animale


Publié / Actualisé
Papy ne va pas bien. Toujours en soins intensifs, le chien sauvé de justesse ce dimanche sur la baie de Saint-Paul s'apprête à recevoir une série d'examens pour établir son état de santé avec précision. Tandis qu'un appel à témoins à été lancé par l'association Réunion Protection Animal (RPA) pour connaître les circonstances dans lesquelles Papy s'est retrouvé à l'eau, la cagnotte mise en place sur internet pour financer ses soins a dépassé les 1 000 euros ce dimanche. Face à l'élan de solidarité envers le vieux chien, la présidente de l'association RPA Caroline Cuozzo, se dit optimiste quant à l'avenir de Papy. Au quotidien, elle et son mari se battent pour l'arrêt de la maltraitance animale et le changement des mentalités.
Papy ne va pas bien. Toujours en soins intensifs, le chien sauvé de justesse ce dimanche sur la baie de Saint-Paul s'apprête à recevoir une série d'examens pour établir son état de santé avec précision. Tandis qu'un appel à témoins à été lancé par l'association Réunion Protection Animal (RPA) pour connaître les circonstances dans lesquelles Papy s'est retrouvé à l'eau, la cagnotte mise en place sur internet pour financer ses soins a dépassé les 1 000 euros ce dimanche. Face à l'élan de solidarité envers le vieux chien, la présidente de l'association RPA Caroline Cuozzo, se dit optimiste quant à l'avenir de Papy. Au quotidien, elle et son mari se battent pour l'arrêt de la maltraitance animale et le changement des mentalités.

Aux dernières nouvelles, "une prise de sang a été faite et les résultats sont plutôt bons. Un scanner est prévu ce mardi, puisque Papy présente une très grosse masse au niveau de la tête. Il faut vérifier si cet hématome a atteint le cerveau car il a des pertes de sang au niveau des narines… Mais on est tous derrière lui. En cette journée du 15 août, nous espérons un miracle" commence la présidente de l'association Réunion Protection Animale, qui a pris en charge Papy, chien âgé de 8 ans qui a failli mourir noyé dans la baie de Saint-Paul. L'animal est actuellement sous perfusion et pourrait subir une intervention chirurgicale.

Si la présidente et la bénévole qui a assuré le sauvetage sont formelles quant à la mise à l'eau volontaire de l'animal, ces dernières peinent à recueillir des témoignages sur place. Selon les informations de Christine rapportées par Caroline Cuozzo, "le chien a été vu samedi soir, puisqu'elle recherchait elle-même son chien perdu. Papy était couché à coté des barques, il n'était pas bien du tout. Christine est retournée sur place le dimanche matin pour lui porter secours. Malheureusement le chien n'était plus au même endroit et il est impossible qu'il soit allé tout seul dans l'eau, vu dans l'état dans lequel il se trouvait la veille. C'est pour cela qu'on se pose beaucoup de questions, pour nous c'est une évidence il y a quelqu'un qui l'a jeté à la mer" explique t-elle.

La maltraitance, un combat quotidien

Papy présente les marques d'une vie difficile. Mal entretenu, ses poils sont emmêlés et ses dents abîmées. Il ne méritait pas un tel sort et pourrait devenir la figure de la maltraitance animale contre laquelle lutte la structure basée à Saint-Paul.

Le mari de Caroline Cuizzo s'occupe lui d'intervenir sur le terrain pour sortir les animaux d'un environnement dans lequel ils sont en danger. Tout le monde est invité à dénoncer des cas de maltraitance en prévenant l'association via la page Facebook de l'association RPA en apportant photos et vidéos en message privé. Les témoignages restent anonymes et les interventions d'Eric Cuozzo sont d'abord faites pour venir en aide aux Réunionnais. "Un chien qui n'a pas d'eau, qui n'est pas nourri, qui est attaché à moins d'un mètre de corde et qui ne peut pas s'assoir pour boire", reste de la maltraitance.

Aussi, les propriétaires d'animaux ne sont pas forcément des tortionnaires. "Quand on explique les choses, dans la plupart des cas de maltraitance, les gens comprennent et font ce qu'il faut. Ils construisent des abris, attachent les chiens à de longues cordes… Il nous arrive de récupérer des animaux parce que certaines personnes sont dans l'incapacité de s'en occuper ou n'ont pas le moyens de les soigner ou de les nourrir. On demande aux réunionnais de nous prévenir" explique encore la présidente de la structure.

La loi est explicite puisque depuis quelques mois, un animal dit de "compagnie" a le statut d'un être sensible et non plus celui d'un bien meuble. La législation oblige les propriétaires d'animaux à les identifier par puce électronique ou tatouage, sous peine d'une amende de 450 euros. Leur errance sur la voie publique est également interdite et peut entraîner une amende de 160 euros. "Beaucoup de gens ne savent pas qu'un chien non identifié risque la fourrière et la mort au bout de 4 jours" souligne la présidente, en proposant une utilisation différente de l'argent public alloué aux fourrières, tandis que sa structure ne reçoit aucune subvention (puisqu'elle n'atteint pas encore 1 an d'existence).

Vers un changement des mentalités

"On dénombre 18 000 actes d'euthanasie par an. Cela coûte plus de 5 millions d'euros à la Région. Avec cet argent, nous pourrions faire une campagne de stérilisation massive pour éviter l'errance et peut-être mettre en place des médiateurs qui se déplaceraient dans les foyers pour informer la population sur les règles à suivre" propose Caroline Cuozzo.

Pour l'heure, l'avenir de Papy n'est pas encore scellé. La cagnotte mise en place sur le site leetchi.com a dépassé les 900 euros attendus et atteint ce dimanche un montant supérieur à 1 100 euros. Pour que les cas comme celui de Papy se raréfient, il existe des solutions simples n'impliquant pas forcément une contribution financière. Par exemple, les structures associatives comme RPA peinent à rapatrier les cages de transport depuis la métropole, qui servent à faire voyager les chiens à l'adoption jusque dans l'Hexagone. Cet acte est gratuit, comme le fait d'enregistrer un chien sur son billet d'avion pour lui permettre de rejoindre sa famille d'accueil.

Malgré tout, la présidente de RPA se dit optimiste quand à l'avenir de Papy et de la situation animale sur l'île. "
Les touristes sont choqués de ce qu'il se passe à La Réunion mais il commence a y avoir un changement des mentalités. La nouvelle génération, s'attache aux animaux, et prend conscience que c'est un animal de compagnie et qu'il faut s'en occuper. De la sensibilisation est faite dans les écoles…" précise t-elle.

Cette dernière compte beaucoup sur les témoignages dénonçant les cas de maltraitance pour pouvoir agir en conséquence et appelle toujours les témoins à se manifester via sa page Facebook s'ils en savent plus sur ce qui est arrivé à Papy. Elle promet de donner régulièrement des nouvelles du vieux chien miraculé.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Joce74, Posté
je suis révoltée de voir la condition animale à la Réunion comme dans toutes les îles françaises. Ce sont des mentalités à changer, obliger les propriétaires à les stériliser car même avec des campagnes ils ne sont pas assez courageux pour prendre le temps de le faire. Sans oublier à l'arrivée des vacances ou mutations, ils sont abandonnés sur les lieux touristiques ou l'aéroport pour se donner bonne conscience. La détresse vous la croisez tous les jours. La fourrière de Cambaie......., le Maïdo, la Gouffre, la route des laves et j'en passe la liste exhaustive serait trop longue. Quand on voit que la Fédération Chasse et Pêche a beaucoup d'influence sur les autorités qui ont besoin d'eux pour les élections alors à quand une Fédération pour la défense des animaux qui saura aussi jouer de voix des électeurs sensibles à la cause animale.