Mayotte :

Zika : l'ARS confirme un premier cas


Publié / Actualisé
Un premier cas du virus Zika a été constaté à Mayotte selon les informations de l'Agence régional de santé (ARS OI). Le virus a été importé par une voyageuse revenant des Antilles. "Des mesures de lutte anti-vectorielle ont été mises en oeuvre autour des lieux fréquentés par ce patient afin d'éviter la propagation du virus à Mayotte. A ce jour, aucun cas de Zika autochtone, c'est-à-dire contracté sur place et non à l'occasion de voyages, n'a été identifié dans l'île. L'ARS Océan Indien souhaite rappeler aux voyageurs de retour des zones actuelles de circulation du virus l'importance de se protéger des piqures de moustiques" écrit l'agence sur son site. (Photo AFP)
Un premier cas du virus Zika a été constaté à Mayotte selon les informations de l'Agence régional de santé (ARS OI). Le virus a été importé par une voyageuse revenant des Antilles. "Des mesures de lutte anti-vectorielle ont été mises en oeuvre autour des lieux fréquentés par ce patient afin d'éviter la propagation du virus à Mayotte. A ce jour, aucun cas de Zika autochtone, c'est-à-dire contracté sur place et non à l'occasion de voyages, n'a été identifié dans l'île. L'ARS Océan Indien souhaite rappeler aux voyageurs de retour des zones actuelles de circulation du virus l'importance de se protéger des piqures de moustiques" écrit l'agence sur son site. (Photo AFP)

Selon les informations du Journal de Mayotte, "il s’agirait d’un cas importé... La patiente, âgée de 27 ans, est revenue à Mayotte il y a un peu plus d’une semaine de Martinique où elle aurait contracté le virus. Après une première consultation jeudi dernier, elle présentait plusieurs symptômes suspects comme une éruption de boutons et un peu de fièvre" écrit le journal. L'Agence régionale de santé suspectait sa contamination et attendait "les résultats d’une nouvelle série d’analyses faites par le Centre national de référence (CNR) de La Réunion, un avis qui fait autorité sur les arboviroses, les maladies virales transmises par les moustiques" continue le Journal.

Pour l'heure, l'ARS OI a pris des mesures pour empêcher toute propagation du virus. "Il a été recommandé à la personne de bien se protéger contre les piqûres de moustiques. Par ailleurs, des interventions de lutte anti-vectorielle ont été réalisées à titre préventif autour des lieux fréquentés par cette personne. En complément des traitements effectués, les habitants de ces périmètres ont également été sensibilisés et incités à mettre en œuvre les gestes de prévention visant à réduire l’apparition de nouvelles contaminations (élimination des gîtes larvaires et protection contre les piqures)" indique l'ARS.

"Le fait que de faibles traces du virus n’aient été retrouvées dans le sang de cette patiente a tendance à rassurer quant à une éventuelle propagation du Zika à Mayotte. Même si la patiente s’était faite piquer, un moustique Aedes aurait eu une probabilité très faible d’être infecté, car comme pour le chikungunya ou la dengue, c’est lui transmet le virus" nuance de son côté le Journal de Mayotte.

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !