Des prétendus agents de l'ARS volent argent et voitures :

Gare aux démoustications bidon !


Publié / Actualisé
Alors que l'épidémie de dengue touche à sa fin, les interventions pour des démoustications continuent sur le territoire. Mais attention : toutes les personnes sonnant à votre porte n'ont pas les mêmes intentions. Des individus se faisant passer pour des agents de l'ARS (Agence régionale de santé) n'hésitent pas à arnaquer des personnes âgées en prétendant être chargés de la démoustication du domicile.
Alors que l'épidémie de dengue touche à sa fin, les interventions pour des démoustications continuent sur le territoire. Mais attention : toutes les personnes sonnant à votre porte n'ont pas les mêmes intentions. Des individus se faisant passer pour des agents de l'ARS (Agence régionale de santé) n'hésitent pas à arnaquer des personnes âgées en prétendant être chargés de la démoustication du domicile.

"Bonjour, je viens pour la démoustication" : la phrase peut paraître anodine, mais la vigilance est de mise. La personne est courtoise, sympathique, mais ne présente ni carte ni uniforme ? Prudence ! Il s’agit probablement d’un arnaqueur.

Une habitante de Saint-Denis en a fait les frais. Alors qu’elle est chez elle, un jeune homme sonne à sa porte et se présente comme un agent de l’ARS affecté à la démoustication. D’abord dubitative, elle se laisse peu à peu convaincre par la verve et la gentillesse de l’individu. Après avoir amadoué la septuagénaire, il parvient à entrer dans sa maison en prétextant vouloir examiner le jardin. Il reste quelques temps à évoluer dans le domicile et finit par quitter la dionysienne en la remerciant. Ce n’est que le soir venu qu’elle se rend compte que ses clés de voiture ont disparu. Ca, plus des centaines d’euros en espèces ! L’arnaque est monnaie courante depuis le retour des épidémies de dengue, nécessitant des processus de démoustication réguliers. Et le chef-lieu n’en a pas l’apanage. A Saint-Joseph, la même situation est arrivée à une septuagénaire. Un individu habillé en civil lui assure qu’il est "venu démoustiquer". A force d’insister, la Saint-Joséphoise finit par le laisse entrer. Après une rapide visite de la maison – de manière très courtoise – le jeune homme s’en va. L’habitante retrouve son sac fouillé ; elle n’avait rien remarqué lors du passage du prétendu agent.

Olivier Reilhes, directeur adjoint de la veille et de la sécurité sanitaire, met en garde contre ces interventions : "Les agents de l’ARS qui interviennent en matière de lutte anti-vectorielle sont clairement identifiables". Tenue réglementée, sigle de l’ARS affiché, carte professionnelle indiquant nom, origine, fonction… voilà les éléments qu’il convient d’observer et de vérifier en pareille situation. Si l’ARS est bien au courant de ce type d’arnaque, l’agence ne peut appeler qu’à une vigilance accrue. "Il y a eu des signalements de personnes, il est nécessaire de s’assurer de l’identification claire et sans ambiguïté de ces personnes" prévient Olivier Reilhes.

A noter que les interventions de lutte anti-vectorielle sont menées tout au long de l’année. D’autant que le porte à porte chez les particuliers n’est pas annoncé, comme le souligne le responsable : "Il n’y a pas d’informations préalables. Mais, ce porte à porte a pour vocation de rappeler les gestes de prévention. Les opérations de démoustication et de traitement insecticides sont menés lorsque des suspicions de dengue, de chikungunya et de zika sont signalées". Dans ce cas, ce sont des quartiers ciblés qui sont pris en charge. Attention donc aux démoustications bidon : plutôt que les moustiques, c’est votre argent qui risque de disparaître.

 

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !