Le parti Europe Ecologie s'insurge contre les carrières de roches massives :

Jean-Pierre Marchau : "On aura le contrecoup de cette course aux galets"


Publié / Actualisé
Ce mardi 13 septembre 2016, le parti Europe Ecologie Les Verts de La Réunion a fait sa rentrée. Au programme de leurs déclarations du jour : les carrières de roches massives pour le chantier de la Nouvelle Route du Littoral et les élections de la primaire. Jean-Pierre Marchau, secrétaire du parti estime notamment que le "contrecoup de cette course aux galets" se fera bientôt ressentir.
Ce mardi 13 septembre 2016, le parti Europe Ecologie Les Verts de La Réunion a fait sa rentrée. Au programme de leurs déclarations du jour : les carrières de roches massives pour le chantier de la Nouvelle Route du Littoral et les élections de la primaire. Jean-Pierre Marchau, secrétaire du parti estime notamment que le "contrecoup de cette course aux galets" se fera bientôt ressentir.

A l'occasion de la rentrée de son parti, le secrétaire régional d'Europe Ecologie les Verts (EELV) Réunion a d'emblée posé le problème des carrières de roches massives, s'inscrivant dans le chantier de la NRL. "Il se passe quelque chose de grave sur le plan politique. Auparavant, il n'y avait pas de telles carrières" déplore Jean-Pierre Marchau, qui regrette également le coût qu'entraîne de telles opérations. A commencer par l'importation des explosifs, une "procédure longue et coûteuse". L'hypothèse d'une volonté "d'assécher les marchés" a notamment été soulevée par le groupe politique.

"Les Verts ne sont pas contre les carrières, mais ce chantier exceptionnel entraîne un grave risque de catastrophe écologique" prévient Jean-Pierre Marchau. Le coût d'entretien et d'exploitation devrait aussi être "sans commune mesure" avec celles alluvionnaires. Pour le parti, cela va avoir d'importantes conséquences telles que "le renchérissement du prix des matériaux" et la naissance d'un risque de "spéculation sur les roches".

En rappelant que les logements pourront aussi être concernés : "50 % du marché des matériaux est absorbé par le bâtiment, il peut y avoir une répercussion sur les coûts des logements". Cynique, Jean-Pierre Marchau estime que le "contrecoup de cette course aux galets" se fera bientôt ressentir. Le parti appelle donc les Réunionnais à se prononcer sur les deux enquêtes publiques en cours, à Saint-André et à Bois-Blanc.

Cette rentrée a aussi été l'occasion pour le secrétaire régional de rappeler l'imminence des élections de la primaire. "Tous les Réunionnais peuvent se prononcer et choisir le candidat qui nous représentera à la présidentielle. Si nous n'avons pas, nous n'entendrons pas parler de l'écologie" souligne Jean-Pierre Marchau, qui espère davantage accentuer la parole des Verts sur l'île. 

 

www.ipreunion.com

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !