Sainte-Rose - La chienne risque la fourrière :

Une famille abandonne son animal à l'arrivée d'un bébé


Publié / Actualisé
La présidente du refuge animal Droit de Cité - Arche de Noé est montée au créneau pour dénoncer une annonce face à laquelle l'association est "souvent confrontée". Astrid Puissant, la présidente de la structure, souhaiterait éviter la fourrière à une chienne de Sainte-Rose, dont les propriétaires se séparent parce qu'ils vont avoir un enfant.
La présidente du refuge animal Droit de Cité - Arche de Noé est montée au créneau pour dénoncer une annonce face à laquelle l'association est "souvent confrontée". Astrid Puissant, la présidente de la structure, souhaiterait éviter la fourrière à une chienne de Sainte-Rose, dont les propriétaires se séparent parce qu'ils vont avoir un enfant.

"On m'appelle "Fout le camp". Je vis dans ma famille humaine depuis le mois d'avril. Avec l'arrivée prochaine de bébé,  je suis devenue indésirable... Ils ont prévu d'appeler la fourrière lundi. Je peux encore sauver ma peau si vous appelez le 0692 36 28 09" a alors écrit la présidente de l’association Arche de Noé - Droit de Cité.

Son "coup de gueule" intervient à l'issue de plusieurs solutions proposées par l'association à la famille pour prendre en charge l'animal. "On lui a proposé de l'accueillir dans notre refuge mais dans 10 jours car il est en travaux, nous lui avons dit que nous pouvions la nourrir pendant son hospitalisation... Elle nous a quand même répondu que si rien n'était fait avant le week-end, elle appelerait la fourrière" déplore alors Astrid Puissant.

Selon les informations recuillies par la présidente de la structure, le compagnon de la jeune femme enceinte ne voudrait plus de l'animal dans son foyer. "La chienne est pleine et il pourrait s'en débarrasser pendant que la dame est hospitalisée". Pour éviter un abandon, Astrid cherche une famille d'accueil pour que la chienne puisse mettre bas. "Ils l'ont depuis le mois d'avril et attendent maintenant pour s'en débarasser" regrette Astrid.

Selon la présidente, cette annonce a été "inspirée par une situation fréquente", "face à laquelle [elle est] souvent confrontée et qu'il faudrait dénoncer" écrit t-elle. "Nous nous sommes démenés pour trouver une solution", mais l'issue finale semble être la fourrière, si personne ne prend en charge l'animal à temps. Pour l'heure, la chienne se trouve toujours auprès de ses propriétaires.

Pour rappel, la propriété d'un animal est soumise à plusieurs réglementations en vigueur telle que le bon soin, l'identification obligatoire et l'interdiction de laisser divaguer l'animal sur la voie publique.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Sunminelle, Posté
c'est juste honteux... pauvre bête... Prendre la vie comme ça de ces êtres vivants...