MENU

Bois Blanc :

Thierry Robert : "La carrière, ce n'est plus une affaire de galets, c'est une affaire de gros sous !"


Posté par
Les galets ne seraient pas à l'origine de tout. L'argent oui. Pour Thierry Robert, la carrière de Bois-Blanc est définitivement inutile. Dans un point presse tenu ce mercredi 21 septembre 2016, le député-maire de Saint-Leu s'est insurgé, estimant la seconde enquête publique "instable", reflétant un problème de "gros sous". Selon ses informations, l'entreprise qui détient le marché de la NRL refuserait de travailler avec NGE, entreprise détentrice des carrières de Saint-André.
Les galets ne seraient pas à l'origine de tout. L'argent oui. Pour Thierry Robert, la carrière de Bois-Blanc est définitivement inutile. Dans un point presse tenu ce mercredi 21 septembre 2016, le député-maire de Saint-Leu s'est insurgé, estimant la seconde enquête publique "instable", reflétant un problème de "gros sous". Selon ses informations, l'entreprise qui détient le marché de la NRL refuserait de travailler avec NGE, entreprise détentrice des carrières de Saint-André.

Dès le début de cette seconde enquête publique, le député-maire s'était interrogé sur  la nécessité de créer cette carrière, puisque deux carrières ouvrent déjà à  Saint-André, et que des andains sont extraits ailleurs. "Les trois regroupés représentent à peu près 21 millions de tonnes alors que les besoins en roches massives de la route du littoral sont chiffrés à 19 millions de tonnes", avait t-il observé le 5 septembre dernier. Un tonnage qui devrait donc remplir les besoins de la NRL, sans l'ouverture de la carrière de Bois Blanc.

Selon lui cette dernière est définitivement inutile. Après un point presse tenu ce mercredi 21 septembre 2016, le député-maire de Saint-Leu a annoncé avoir lu les raisons réelles de l'ouverture de cette carrière : un désaccord entre les entreprises SCPR - filiale de Colas, entreprise détentrice du marché de la NRL - et NGE, concurrent qui détient les carrières de Saint-André, Dioré et Menciol. "Aujourd'hui ce n'est plus une question de gros galets, puisque les gros galets on les a…. C'est une question de gros sous" exprime t-il au micro de RTL Réunion.

Selon les informations du député-maire, le groupe Colas voudrait voir ses activités regroupées, en dépit du concurent NGE. Si le constructeur de route commandait des galets aux carrières de Saint-André, "il n'y aurait plus de problème", ajoute Thierry Robert :

Dans le même temps, cette seconde enquête publique paraît "instable" au parlementaire. "Quand on dit que la carrière servira uniquement à la NRL, et uniquement aux roches massives, c'est faux. Cette enquête ne repose sur rien… Dans une publicité de la SCPR, en terme de besoin en roche massive, d'ci 2017, c'est 3,8 millions de tonnes. Or, sur la carrière de Bois-Blanc, ils veulent prélever 9 millions de tonnes. La question est : à quoi vont servir les 5 millions restants ?" pose alors le député-maire.

Thierry Robert reste fermement opposé à l'ouverture de cette carrière et compte demander au ministère les besoins réels pour la NRL.

Pour rappel, la première enquête publique avait donné lieu à un avis défavorable. Par ailleurs, le collectif Touch Pa nout Roche, fervant opposant au projet, propose de l'information grand public dans le cadre de l'enquête publique et continue ses actions, pour le retrait du projet de la carrière.

 

wwww.ipreunion.com

Mots clés :

    1 Commentaire(s)

    ALEXANDRA, Posté
    Cette carrière de Bois Blanc est inutile, c'est vrai...mais s'il y a insistance, c'est parce que l'on voudrait y ériger un incinérateur...c'est le plus gros danger pour le sol, la santé et le portefeuille....en condensé !!