Une étude et un avertissement :

Didier Robert veut transformer le Parc et estime que Marylène Hoarau a "manqué de loyauté"


Publié / Actualisé
La Région s'apprête à lancer une étude visant à réaliser un bilan sur les activités et les perspectives d'évolution du parc national, dont les résultats seraient connus en fin d'année. Ce mardi 27 septembre 2016, les élus du Conseil régional, réunis en commission permanente devaient se prononcer sur la mise en place d'une enveloppe prévisionnelle de 50 000 euros pour la réalisation de cette étude. Même si Didier Robert assure que ce n'est qu'un diagnostic, et que l'idée de transformer le parc national en outil régional sera étudiée en toute objectivité, l'opposition dénonce une ingérence de la majorité régionale dans les affaires du parc, dont l'éviction récente de la directrice, Marylène Hoarau, ne serait qu'un exemple.
La Région s'apprête à lancer une étude visant à réaliser un bilan sur les activités et les perspectives d'évolution du parc national, dont les résultats seraient connus en fin d'année. Ce mardi 27 septembre 2016, les élus du Conseil régional, réunis en commission permanente devaient se prononcer sur la mise en place d'une enveloppe prévisionnelle de 50 000 euros pour la réalisation de cette étude. Même si Didier Robert assure que ce n'est qu'un diagnostic, et que l'idée de transformer le parc national en outil régional sera étudiée en toute objectivité, l'opposition dénonce une ingérence de la majorité régionale dans les affaires du parc, dont l'éviction récente de la directrice, Marylène Hoarau, ne serait qu'un exemple.

Didier Robert n'en démord pas: oui, il a bien engagé "une mesure d’avertissement à l’encontre de cet agent", mais "il y a un monde entre sa décision administrative et la décision d’opportunité de la ministre de l’écologie", Ségolène Royale.

Dans un courrier dont Imaz Press a eu copie, Didier Robert fait référence à un article du Quotidien, publié le 12 août 2016, dans lequel Marylène Hoarau déclairait: "j’encourage les élus à participer un peu plus aux instances de décision du Parc, où on ne les voit pas souvent".

 

 

 

Si Marylène Hoarau a payé ses déclarations, Didier Robert prétend qu'il n'a pas de différents avec le président du parc, Daniel Gonthier. Les deux hommes ont même co-signé une lettre adressée à la ministre de l'écologie, lui demandant des explications sur le futur de la directrice du parc.

"Il n'y a aucun problème avec Daniel Gonthier qui est un ami. Il approuve parfaitement le lancement de cette étude", va-t-il jusqu'à dire, alors même que l'intéressé a déclaré lundi ne pas vouloir être associé  aux discussions sur ce qui relève pour lui d'un projet de "destruction" du parc.

Le Parc régional ? Une promesse de campagne

Sans juger de l’opportunité de l’étude, Karine Nabénésa s'interroge quant à elle sur la légalité de cette étude, dans un communiqué: "N'est-ce pas le Conseil d'administration du Parc dans lequel siège la Région qui devrait commander cette étude ? Le Parc national de La Réunion a-t-il été placé sous la tutelle de la Région ?"

En réponse, le Président de Région a notamment indiqué que "le Parc n'est pas en mesure de s'auto-saisir pour faire une évaluation de ce qu'il a fait, il n'arrive pas à faire ça", rappelle que la réorientation du parc national en parc régional "était une promesse de campagne"  et qu'il respectait "scrupuleusement l’un des engagements pris devant les Réunionnais en lançant cette étude."

Quoiqu'il en soit, il faudra certainement une loi pour acter un changement car, pour l'instant "aucune disposition législative ne prévoit la procédure de déclassement d'un parc national. Le juge administratif a précisé que dans le silence des textes, le déclassement total ou partiel d'un parc (...) ne peut se faire que si "les circonstances ont cessé d'en justifier le maintien (CE 29/01/1982 Assoc. Les Amis de la terre, Leb. p. 687).

Didier Robert ne veut pas "quémander" au conseil d'administration du parc

Cette bascule inédite, le président la juge pourtant nécessaire. "Je ne veux pas avoir à quémander au conseil d'administration à chaque fois qu'on voudra faire quelque chose, assène-t-il. Le parc national a pour but la préservation, l’outil parc régional est, lui, un outil de développement durable", compare le président de Région. Pour illustrer son propos, Didier Robert s'appuie sur l'exemple du Grand Raid, interdit d'accès au Volcan, mais aussi sur le projet d'éco-lodge qui s'apprête à voir le jour au Volcan. "Je suis curieux de voir à quel moment la première pierre de cet écolodge sera posée, parce qu'il y a toujours un écart entre les discours et les décisions prises en conseil d'administration", ironise-t-il à propos de ce projet porté par le conseil départemental et sa présidente Nassimah Dindar, également troisième vice-présidente de la Région.

Mais une chose est sûre, Didier Robert veut davantage de projets, synonymes de "développement économique". Une déclaration qui conduit Patricia Profil à l'interroger sur des conflits d'intérêts éventuels, qui pourraient concerner des élus, "propriétaires de terres situées en coeur de parc". "Continuez à écouter les bruits de couloir et adressez-vous directement aux élus", balaye le Président de Région.

www.ipreunion.com

   

10 Commentaire(s)

Bibik, Posté
La mission de contrôle d'un établissement publique qui relève d'un ministère, est effectuée par le financeur. Des audits de fonctionnement ont déjà eu lieu dans cet établissement publique qui fonctionne avec environ 6 Millions d'euros par an...
Il me semble que Didier Robert & Co devraient plutôt étudier le bilan des 30 Millions d'euros par an que la région remet à l'IRT.. qui sait si bien faire venir des touristes...
CHABAN, Posté
John

Je ne partage pas du tout votre post. DIDIERLAND serait plus approprié avec obligation de porter sa photo sur soi et sa photo sur tous les documents officiels.

Pour rappel à l'epoque de son mentor TAK celui-ci mettait sur les cartes de bus et de cantine sa photo !!!!!!!
SQUAW, Posté
Encore un projet de notre Président de Région qui veut mettre la main sur tout; pour qui et pour quoi??? Le développement économique de la Réunion, mon oeil, il s'en fou comme de sa première brassière; il dépense notre argent sans compter (voyages, ordinateurs, frais de bouche, route pharaonique...), détruit notre île (carrières, parc...) , qui ne l'oubliez pas est classée la RÉGION LA PLUS MAL GÉRÉE DE FRANCE!!!!! Alors qu'il arrête de nous prendre pour des imbéciles, il a réussi à se faire réélir, dieu sait comment, malgré ses résultats déplorables, mais une partie de la population sait pertinemment quels sont ses objectifs et est consciente des dégâts qu'ils cause à l'économie et l'écologie de l'île!!! En plus, mentir en public et à la presse régulièrement, avec le sourire en coin, sans aucune gêne, c'est vraiment monter aux réunionnais qu'il se moque complètement d'eux !
Nora , Posté
Pourquoi ressortir un courrier d'avertissement alors que les choses ont été clairement dites et définies par le Président de région ? L'amalgame ne doit pas être fait ! De plus il a été clair au sujet de l'étude menée concernant le parc, l'opposition cherche la petite bête là où il n'y a pas lieu de le faire !
ANONYME, Posté
LA REUNION négative, mdr...
ANONYME, Posté
Non Roberland c'est encore mieux!!! Et qui dis mieux!!!!
Paul, Posté
ce parc est devenu minable , il nous freine en plus ; Daniel Gonthier defend son parc c'est normal et DR defend un projet de developpement . quant à la directrice il n'est ecrit nulle part que c'est DR qui l' a virée , c'est une decision de Ségolène Royale !!!
CHABAN, Posté
Effectivement Daniel Gonthier l'a dit à plusieurs reprises, il est contre, comment peut-on mentir à ce point ?

Il a décidé d'être le tuteur du parc parcequ'il a fait des promesses !!!! Incroyable justification
John, depuis son mobile, Posté
Moi je dis qu'il faudrait créer une ville nouvelle sur le site de la forêt de Belouve on pourrait l'appeller Belouveland..., tout est une question de profit, d'argent... Honte à vous Mr Robert !
Pas de carrriere chez les habitants, pas d'hotel au volcan, Posté
l'eskrolodge est une aberration. Les hotels doivent être implanté a la plaine des cafres, qui est à 30 mn du Pas de Bellecombe. On a jamais entendu les touristes dire qu'il viennent à la reunion pour la vue du 5 etoiles de grand anse