Les appareils Ahyio sont les premiers à proposer cette technologie :

La 3D sur smartphone et tablette, c'est possible sans lunette !


Publié / Actualisé
Jeune entreprise réunionnaise dans le secteur des nouvelles technologies, Adequatic vient à peine de lancer sur le marché, sous la marque AHYIO, une gamme de smartphone, et "phablet" (le mariage du smartphone et de la tablette) avec un écran 3D ne nécessitant pas le port de lunettes. D'ores et déjà, l'objet est en vente sur internet et pourrait concurrencer les plus grandes marques de téléphonie.
Jeune entreprise réunionnaise dans le secteur des nouvelles technologies, Adequatic vient à peine de lancer sur le marché, sous la marque AHYIO, une gamme de smartphone, et "phablet" (le mariage du smartphone et de la tablette) avec un écran 3D ne nécessitant pas le port de lunettes. D'ores et déjà, l'objet est en vente sur internet et pourrait concurrencer les plus grandes marques de téléphonie.

La 3D, tout monde connaît. Mais elle nécessitait jusqu'ici une paire de lunettes spéciales pour être appréciée. La start-up réunionnaise, permet avec ses appareils de visionner les films et les photos à l'oeil nu, grâce à la technologie des nouveaux appareils Ahyio. Les smartphones et "phablets" (mariage du smartphone et de la tablette) promettent une qualité d'image inégalée, même par les plus grosses marques du secteur, selon son concepteur Bertrand Gonthier.

Inédit et réunionnais, le smartphone bénéficie d'une batterie à forte capacité (6050 milliampères) et suscite déjà la demande. Une centaine a déjà été vendue, tandis que la sortie de la tablette est prévue pour les fêtes de fin d'année. En moyenne, il faut compte 600 euros pour un appareil Ahyio, dont la promotion se fait dans les showroom et les hôtels, faute de distributeurs.

Dans le même temps, le concepteur Bertrand Gonthier a tenu à reverser environ 20% des recettes générées par la vente des smartphones et tablettes à l'ONG Warka Water, qui transforme l'humidité de l'air en eau potable, dans les pays qui en ont besoin. "C'est aussi un moyen de développer l'éducation et l'agriculture sur ces territoires" explique le concepteur de la marque, au micro de RTL Réunion.

Enfin, aucun brevet n'a été déposé pour les appareils connectés à la 3D visible sans lunettes car "un brevet c'est un peu le droit d'interdire, cela coûte cher et je préfère investir dans la recherche et le développement" conclut Bertrand Gonthier.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Jolaracaille, Posté
Chapeau bas à l'inventeur du procédé !...