Étude sur la santé mentale à La Réunion en 2014 :

10 % des Réunionnais sont dépressifs


Publié / Actualisé
A l'occasion de la journée mondiale de la santé mentale qui se tient ce 10 octobre 2016, l'Observatoire régional de la santé a publié une étude sur la situation à La Réunion. Il en ressort que la fréquence des troubles déclarés (détresse psychologique, dépression, pensées suicidaires, tentatives de suicide) est similaire à celle de la Métropole. En 2014, 10 % de Réunionnais ont été recensés en dépression.
A l'occasion de la journée mondiale de la santé mentale qui se tient ce 10 octobre 2016, l'Observatoire régional de la santé a publié une étude sur la situation à La Réunion. Il en ressort que la fréquence des troubles déclarés (détresse psychologique, dépression, pensées suicidaires, tentatives de suicide) est similaire à celle de la Métropole. En 2014, 10 % de Réunionnais ont été recensés en dépression.

Cette étude menée par l'ORS en 2014 révèle que les troubles mentaux surviennent davantage chez les femmes. Parmi les autres facteurs associés : la précarité, l'alcoolisme, les modalités du foyer. 5 indicateurs de santé mentale ont pu être analysés : l'état de détresse psychologique, la dépression, les pensées suicidaires, les tentatives de suicide ainsi que la consommation de médicaments psychotropes.

Près d'un quart des Réunionnais interrogés sont concernés par la détresse psychologique, un taux légèrement supérieur à celui de la Métropole. Les femmes âgées de 31 à 45 ans sont les plus touchées. L'étude met en avant que les personnes vivant au couple sont moins sujettes à ces situations tandis que celles vivant au sein d'une famille monoparentales présentent plus fréquemment les symptômes.

En 2014, près de 10 % des enquêtés ont déclaré avoir connu un épisode dépressif. Les femmes sont deux fois plus nombreuses que les hommes et il s'agit le plus souvent d'une dépression d'intensité moyenne ou sévère. Les symptômes principaux : un sentiment de profonde tristesse, une perte d'intérêt généralisée, épuisement et manque d'énergie, perte ou prise de poids d'au moins 5 kg, difficultés à dormir et à se concentrer, pensées morbides, perte d'intérêt pour la plupart des choses comme le travail ou le loisir. Selon l'études, les catégories les plus concernées sont les personnes de plus de 45 ans, diplômées, ressentant des difficultés financières, limitées dans une activité depuis six mois, vivant seules et consommant de l'alcool.

 

- 1 Réunionnais sur 20 a des pensées suicidaires -

 

En revanche, la dépression est l'un des sujets de santé sur lesquels les Réunionnais se sentent le moins bien informés, contrairement à l'alcool ou au diabète.

1 Réunionnais sur 20 déclare avoir eu des pensées suicidaires, une proportion légèrement inférieure à celle observée en France métropolitaine. Les raisons majoritairement évoquées relèvent de la vie personnelles. C'est dans la tranche d'âge la plus âgée, de 61 à 75 ans, que l'on retrouve le plus fort taux de pensées suicidaires, relève l'étude. Près d'un Réunionnais sur 10 est passé à l'acte avec une tentative de suicide. Un risque comparable à celui observé en Métropole mais supérieur à celui des autres DOM. La Guadeloupe présente le taux le plus faible.

 

 

S'appuyant sur ces premiers résultats, l'ARS souhaite poursuivre et renforcer des actions en faveur de l'information générale et de l'accès aux soins. L'agence indique aussi mener une sensibilisation des médecins généralistes.

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !