MENU

Filets anti-requins - L'entreprise Seanergy réagit aux propos de la mairie de Saint-Paul :

"Nous respectons scrupuleusement nos engagements"


Posté par
Dans un communiqué, l'entreprise Seanergy, fabricante des filets anti-requins installés dans les eaux de Boucan Canot et des Roches Noires, réagit après le point presse tenu par la mairie de Saint-Paul tenu le vendredi 14 octobre dernier. Était évoqué, en présence des élus, les réparations effectuées après la dernière attaque de requins, considérées insatisfaisantes par la cellule nautique, responsable des contrôles des zones de baignade. Selon Seanergy, la société "ne discute pas sur la sécurité comme peuvent le laisser entendre certaines allégations des services de la mairie". Nous publions ci-après son communiqué dans son intégralité.
Dans un communiqué, l'entreprise Seanergy, fabricante des filets anti-requins installés dans les eaux de Boucan Canot et des Roches Noires, réagit après le point presse tenu par la mairie de Saint-Paul tenu le vendredi 14 octobre dernier. Était évoqué, en présence des élus, les réparations effectuées après la dernière attaque de requins, considérées insatisfaisantes par la cellule nautique, responsable des contrôles des zones de baignade. Selon Seanergy, la société "ne discute pas sur la sécurité comme peuvent le laisser entendre certaines allégations des services de la mairie". Nous publions ci-après son communiqué dans son intégralité.

Actuellement en déplacement professionnel en Afrique du Sud, Dominique Thirel, fondateur et gérant de Seanergy océan Indien, entreprise réunionnaise spécialisée en travaux spéciaux et sous-marins, apporte des précisions et recadre certains éléments émanant de la ville de Saint-Paul repris par la presse locale le 14 octobre concernant les filets anti-requins de Boucan Canot. Dominique Thirel s’étonne de la charge des services de la commune de Saint-Paul envers les travaux et réalisations effectués par son entreprise.

"Tous les moyens prévus dans le cadre de la tranche ferme du contrat sur l’installation des filets ont été mis en place. Pour l’abaissement des filets, les équipements sont mobilisables sous douze heures maximum, à savoir deux navires et une barge équipée d’une grue ainsi qu’une douzaine de scaphandriers qui interviennent dans des conditions souvent dangereuses, le tout étant essentiel pour une maintenance rapide et efficace."

Il précise "Malgré notre dernière recommandation du 22 août 2016, la mairie n’a pas jugé opportun d’ariser les filets de Boucan Canot malgré l’épisode prévisionnel de houle. Or lorsque les filets sont utilisés comme il se doit, il n’y a pas de problèmes, comme le montrent les statistiques issues du logiciel de gestion commun, mairie/entreprise attestant que 93% des filets posés et entretenus par Seanergy sont opérationnels."

La maintenance comprend également la partie invisible du travail par le public : l’assemblage des filets à la main, la préparation des chaines, l’ancrage, flotteurs, câbles mixtes, cordages, manille et globalement 30% de stock à gérer, les véhicules de transfert… Mais également la récupération des matériaux usagés, leur nettoyage, leur tri et la mise en décharge ou leur recyclage. L’entreprise est soumise à des pénalités en cas de dérapage sur les plannings d’interventions et les résultats. À ce jour Seanergy n’a eu aucune pénalité à subir, preuve de son efficacité et de sa réactivité.

Plus 20% de surface de filets

Il existe bien entendu un contrat de maintenance dans le cadre de la surveillance et du renfort des filets sous-marins de la tranche ferme du marché. "La commune nous a demandé d’ajouter 20% de surface au-delà du contrat initial, ce que Seanergy a réalisé. Néanmoins ce sont les frais de maintenances liés à ce volume de travail supplémentaire qui ne nous sont pas réglés créant un déséquilibre financier pour l’entreprise.

Le volume de travaux lié à la maintenance correspondante nous amène parfois à tripler le nombre de jours d’intervention d’entretien et réparation, quatorze jours au lieu de cinq en septembre par exemple. Notre entreprise ne discute pas sur la sécurité comme peuvent le laisser entendre certaines allégations des services de la mairie parues dans la presse vendredi, puisque nous avons pris à notre charge ces coûts non prévus et non facturés à la collectivité, ce qui représente une part non négligeable pour notre activité."

Dominique Thirel ajoute "Les derniers travaux réalisés sur les filets et livrés le 8 octobre dernier ont permis de remettre à l’identique les équipements sous-marins tel que livrés à la mairie le 12 décembre 2015". Le film diffusé le 14 octobre au journal télévisé est celui de l’état des filets après un épisode de houle du mois d’août et non celui de la réception des travaux réalisés par Seanergy.

Le 13 octobre les services de la mairie ont demandé des travaux de sécurisation supplémentaires (piscine de Boucan Canot, Roches Noires) ; ces devis sont en cours de rédaction par les experts de Seanergy. Comme il en a été discuté en réunion de coordination avec la mairie le 13 septembre, soit il y a cinq semaines, les services de la commune doivent également lancer une tranche conditionnelle de travaux afin d’améliorer encore la sécurité ; il s’agit d’équipements de surveillance à distance et d’électronique sous-marine tels des sonars ou des caméras.

Seanergy est prêt à deviser ces travaux supplémentaires et à passer les commandes correspondantes à ses fournisseurs.

A souligner que Seanergy a initialement proposé à la collectivité un transfert de compétences auprès de ses agents de la CISAN (cellule d’intervention et de surveillance des activités nautiques) afin d’alléger les coûts d’intervention d’une entreprise spécialisée.

Aujourd’hui ce sont seize scaphandriers classe 1 B, MNS à la mairie, qui ont été formés par les experts de Seanergy et qui plongent à raison de 1H30 par jour à deux soit 3 heures de plongée par homme pour l’inspection et la maintenance préventives des deux ouvrages de Roches Noires et Boucan Canot. L’entretien quotidien est ainsi assuré par les agents de la collectivité en plus de la mission contractuelle de Seanergy d’une durée de cinq jours par mois. Depuis le 27 août, la CISAN ne réalise plus de maintenance légère.

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !