MENU

Un colloque était organisé ce lundi à Saint-Denis :

[AUDIO] La moitié des Réunionnais boit "des eaux dont la qualité n'est pas maîtrisée en permanence"


Posté par
Plus de la moitié des abonnés sont alimentés par "des eaux dont la qualité n'est pas maîtrisée en permanence" à La Réunion, une situation "due à un retard structurel dans la construction d'usines de potabilisation", selon l'Agence régionale de santé (ARS), qui organisait un colloque sur l'eau potable, ce lundi 17 octobre 2016. Dans le même temps, plusieurs communes, dont Sainte-Marie, étaient montrées du doigt pour la mauvaise qualité de leur eau.
Plus de la moitié des abonnés sont alimentés par "des eaux dont la qualité n'est pas maîtrisée en permanence" à La Réunion, une situation "due à un retard structurel dans la construction d'usines de potabilisation", selon l'Agence régionale de santé (ARS), qui organisait un colloque sur l'eau potable, ce lundi 17 octobre 2016. Dans le même temps, plusieurs communes, dont Sainte-Marie, étaient montrées du doigt pour la mauvaise qualité de leur eau.

Dans le cadre du Plan d’actions Eau Potable, l’ARS Océan Indien (ARS OI) et la préfecture de La Réunion organisaient, le 17 octobre 2016 à la Cité des arts, un colloque pour fédérer les acteurs institutionnels autour des enjeux de santé publique liés à la qualité de l’eau du robinet.

"A La Réunion, 52 % des abonnés boivent une eau du robinet insuffisamment potabilisée ; une situation due à un retard structurel dans la construction d’usines de potabilisation. Il en résulte des non-conformités temporaires mais aussi chroniques, tout particulièrement lors des pluies, qui constituent un facteur de risque sanitaire pour les consommateurs réunionnais. Or, la réglementation impose de distribuer aux usagers une eau conforme en permanence, faisant courir un risque administratif et juridique aux collectivités qui ne respectent pas ces exigences." écrit de son côté la préfecture. 

"En outre, un risque de contentieux communautaire européen existe pour les réseaux de plus de 5 000 habitants non conformes. Aussi, un Plan d’actions Eau Potable a été mis en place par l’ARS OI et la préfecture pour accompagner les communes sur les plans administratif, technique et financier. Les collectivités peuvent prétendre à plusieurs types d’aides permettant de subventionner environ 100 millions d’euros de travaux, pour la réalisation d’usines de potabilisation. A ce jour, la dynamique est déjà engagée, comme en témoignent les dossiers de demande de financement d’ores et déjà déposés par 5 communes."

Illustration des problèmes de qualité de l'eau, Sainte-Marie fait partie des communes épinglées, comme l'explique Christian Annette, élu de la municipalité. Manque d'investissement, gaspillage, pollution, il faisait un état des lieux peu reluisant au micro de RTL Réunion :

 

www.ipreunion.com

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !