Un appel à projets est lancé pour valoriser les archives du journal :

Témoignages, c'est "une grande bibliothèque de textes en créole !"


Publié / Actualisé
Alors que la semaine créole s'est achevée la semaine dernière, la section communiste de Saint-Denis a lancé un appel à projets pour valoriser les textes éditoriaux du journal "Témoignages". Ces écrits, fruits d'un travail de contributeurs bénévoles, constituent un "patrimoine culturel", selon Harry Yee Chong Tchi Kan, secrétaire du parti. Une belle bibliothèque qui pourrait constituer un "observatoire de la vie publique" sur l'île.
Alors que la semaine créole s'est achevée la semaine dernière, la section communiste de Saint-Denis a lancé un appel à projets pour valoriser les textes éditoriaux du journal "Témoignages". Ces écrits, fruits d'un travail de contributeurs bénévoles, constituent un "patrimoine culturel", selon Harry Yee Chong Tchi Kan, secrétaire du parti. Une belle bibliothèque qui pourrait constituer un "observatoire de la vie publique" sur l'île.

"Témoignages est une sorte de grande bibliothèque de textes en créole" souligne Harry Yee Chong Tchi Kan, secrétaire général du PCR (Parti communiste réunionnais). D’où le lancement d’un appel à projets pour valoriser ce patrimoine constituant "un observatoire vivant de la vie publique réunionnaise". Avec une chronique quotidienne écrite en créole, l'objectif serait de passer au peigne fin les archives du journal. Une belle base d’on on pourrait peut-être "tirer quelque chose" selon les dires de Harry Yee Chong Tchi Kan.

Cet appel à projets part d’abord d’un manque de moyens humains : "Témoignages, c’est 78 ans de presse ! Il me faudrait des dizaines d’années à moi tout seul pour y venir à bout" s’amuse le secrétaire général du parti. C’est presque un cri du cœur qui est lancé à l’ensemble des Réunionnais lorsqu’il leur conjure "Emparez-vous de toute cette bibliothèque et ne laissez pas ça traîner !".

Ces milliers de textes à caractère éditorial sont un travail d’écriture de contributeurs bénévoles. L’inventaire de ce vivier pourrait ainsi permettre d’extraire "des matériaux pour des études de recherche" ou des "pièces de théâtre". Des finalités différentes partant d’une même base qui, une fois numérisée, pourra être utilisée. "Nous sommes sincères et humbles vis à vis de cette tâche, c’est un patrimoine mis à disposition des Réunionnais" souffle Harry Yee Chong Tchi Kan. Et pourquoi pas même en faire des contes pour les marmailles ou des courts-métrages culturels : les possibilités sont multiples.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !

Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)