MENU

Réunion du comité sécheresse :

La situation des ressources en eau se dégrade


Posté par
En application de l'arrêté préfectoral cadre du 2 mai 2014, le comité sécheresse s'est réuni le 16 novembre 2016 afin de faire le bilan de la situation hydrologique et météorologique et procéder à l'analyse des éléments d'anticipation d'une éventuelle crise. Nous publions le communiqué de la préfecture en intégralité.
En application de l'arrêté préfectoral cadre du 2 mai 2014, le comité sécheresse s'est réuni le 16 novembre 2016 afin de faire le bilan de la situation hydrologique et météorologique et procéder à l'analyse des éléments d'anticipation d'une éventuelle crise. Nous publions le communiqué de la préfecture en intégralité.


En matière de précipitations et d’état de sécheresse, la situation est toujours contrastée entre, d’une part le Nord et l’Est qui ont bénéficié de plusieurs épisodes pluvieux (notamment le 2 et 3 novembre) et qui connaissent une situation proche de la normale, et d’autre part l’Ouest et le Sud -le cirque de Cilaos et région du Tampon- dont l'état de sécheresse est très marqué.

Après analyse de la situation, le comité constate que la situation des ressources superficielles et souterraines se dégrade sur l’ensemble du département, à l’exception de certains aquifères de la micro-région Ouest.
Le niveau de conductivité des aquifères augmente sans atteindre des seuils d’arrêt d’exploitation.
Les prévisions météorologiques pour les prochaines semaines ne sont pas favorables.
L’augmentation des températures entraîne un accroissement des consommations d’eau et un déséquilibre entre la ressource disponible et les besoins pour les services disposant de ressources limitées ou non interconnectés.

Les conséquences de cette situation déficitaire sont particulièrement marquées pour quelques communes, La Possession, Le Tampon, Cilaos, et Les Avirons où des plans de coupure ont été mis en place la nuit, sur certains secteurs limités de leur territoire, principalement dans les hauts. Pour les autres communes, les capacités des infrastructures et les mesures d’exploitation permettent de pallier les difficultés liées à l’augmentation des consommations.

À ce stade, bien qu’il y ait des signaux d’alerte, le comité a considéré qu’il n’y avait pas lieu de mettre en œuvre des mesures générales, intercommunales ou départementales, de restriction des usages de l’eau, mais a souhaité appeler à la vigilance l’ensemble des acteurs en charge de la distribution de l’eau et sensibiliser les Réunionnais à cette situation.

Il est rappelé que chaque collectivité peut, en fonction de la situation particulière de son territoire, être amenée à prendre des mesures de restriction des usages adaptées à la situation locale, le cas échéant.

À ce stade, seules les communes de la Possession et de Cilaos ont pris un arrêté municipal de restriction des usages de l’eau. Il est demandé aux habitants de ces communes de se conformer à ces arrêtés pour permettre à tous de disposer de l’eau pour les usages essentiels et à la police municipale de veiller à leur bonne application.

S’agissant des usages agricoles, en l’absence de précipitations, il n’est pas exclu que des tours d’eau soient mis en place dans les prochaines semaines sur les périmètres irrigués du Sud, notamment ceux alimentés par le Bras de la Plaine. Les irrigants seront informés en amont par la SAPHIR en cas d’évolution des conditions d’alimentation.

La situation déficitaire des hauts de l’Ouest et du Tampon a conduit les acteurs agricoles, avec l’accompagnement du conseil départemental et des communes concernées, à mettre en place une organisation permettant l’alimentation en eau ainsi que d’approvisionnement en fourrage des éleveurs des hauts. La logistique d’alimentation en eau des élevages est opérationnelle et du fourrage va même être importé, permettant de répondre aux besoins immédiats.

En cette période inter-cyclonique sèche, il semble nécessaire de rappeler le respect des mesures de précaution suivantes :

    - signaler en temps réel les perturbations d’alimentation et les fermetures de réseaux susceptibles d’être utilisés par les services de secours et de lutte contre l’incendie ;
    - favoriser les techniques d’irrigation économe en eau ;
    - maintenir une vigilance particulière sur les aquifères sensibles et adapter leur exploitation en fonction de l’évolution de la salinité.

D’un point de vue sanitaire, lorsque l’eau revient au robinet après une coupure d’eau, il est recommandé de prendre des précautions. En effet, au moment de la remise en service, l’eau peut être impropre à la consommation durant plusieurs heures et il est recommandé durant cette période de :

    - ne pas utiliser l’eau pour la boisson ou la préparation des aliments ;
    - privilégier les usages non alimentaires (toilette, WC, ménage…) ;
    - préférer la consommation d’eau embouteillée.

L’eau du réseau peut toutefois être utilisée pour d’autres usages (toilette, WC, lavage…) et reste de meilleure qualité que l’eau captée en milieu naturel qui ne fait l’objet d’aucun contrôle sanitaire (ravines, rivières…).

En cette période inter-cyclonique sèche, il est conseillé aux particuliers comme aux collectivités d’avoir une utilisation la plus économe possible de l’eau.

S’agissant du risque incendie, cette période sèche est propice aux départs de feux, il est nécessaire de rappeler que les pratiques de brûlage de végétaux coupés et d’écobuage sont interdites par arrêté préfectoral en date du 27 juin 2013, portant règlement permanent de l’emploi du feu dans le département de La Réunion, notamment en période à risque, soit du 15 août au 15 janvier.

L’évolution de la situation sera suivie dans les prochaines semaines et le Comité Sécheresse sera réuni début décembre pour un nouveau point de la situation.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !