L'hypothèse terroriste n'est "pas privilégiée" :

Hérault: Attaque dans une maison de retraite pour moines, une femme tuée


Publié / Actualisé
Une opération des gendarmes était en cours jeudi soir après l'irruption d'un homme armé dans une maison de retraite pour moines à Monferrier-sur-Lez (Hérault), a appris l'AFP de sources proches de l'enquête. Une femme aurait été retrouvée morte. Le suspect était toujours ce vendredi 25 novembre 2016 matin. Aucun élément ne laissait pour l'instant penser à un acte terroriste, selon la police.
Une opération des gendarmes était en cours jeudi soir après l'irruption d'un homme armé dans une maison de retraite pour moines à Monferrier-sur-Lez (Hérault), a appris l'AFP de sources proches de l'enquête. Une femme aurait été retrouvée morte. Le suspect était toujours ce vendredi 25 novembre 2016 matin. Aucun élément ne laissait pour l'instant penser à un acte terroriste, selon la police.

Selon les premiers éléments de l'enquête, "un individu seul, encagoulé et armé d'un couteau et d'un fusil à canon scié, a fait irruption dans la maison de retraite, qui compte 70 moines", dont une dizaine de soeurs ont affirmé ces sources, précisant que "ses motivations étaient dans l'immédiat inconnues".

Les gendarmes cherchaient vers 23H00 (heure métropole) à localiser l'individu. L'ensemble des résidents a pu être mis en sécurité. Selon Midi Libre, "l'hypothèse terroriste n'est pour l'heure pas privilégiée"

Ce que l'on sait de l'attaque, ce matin

"Vers 22H00 (heure métropole), une femme travaillant dans cette maison de retraite a appelé les gendarmes, en disant avoir été attaquée par un homme", a relaté le procureur de la République de Montpellier Christophe Barret. Cette employée de l'établissement, ligotée et bâillonnée a réussi à se libérer pour donner l'alerte, selon une source proche du dossier. Elle a été retrouvée par les gendarmes "saine et sauve, mais très choquée", a ajouté le magistrat.

En revanche, une autre femme a été retrouvée morte par les gendarmes à leur arrivée, a ajouté le procureur, sans dire comment elle avait été tuée. Une source proche de l'enquête a précisé à l'AFP qu'après l'avoir ligotée, l'homme a tué à l'arme blanche cette autre employée.

Une maison de retraite "moderne et médicalisée"


La maison de retraite "Les chênes verts", localisée à Montferrier-sur-Lez (Hérault), près de Montpellier, est un établissement pour religieux et religieuses appartenant à la Société des Missions africaines (SMA). Une soixantaine d'anciens missionnaires d'Afrique ainsi que six ou sept laïcs et six ou sept religieuses y sont accueillis, selon le maire de Montferrier-sur-Lez Michel Fraysse. L'EHPAD (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) est situé au lieu-dit Baillarguet, à l'extérieur du village de Montferrier, limitrophe de Montpellier.

"C'est un établissement très moderne, médicalisé", a précisé jeudi soir à l'AFP Wayne Bodkin, délégué épiscopal à l'information du diocèse de Montpellier. "La moyenne d'âge est très âgée, environ 75 ans. Certains ont plus de 90 ans. L'établissement est très grand, il compte trois niveaux, avec une trentaine de chambres par étage", a de son côté indiqué à l'AFP Alain Berthet, un élu de Montferrier-sur-Lez. Les pensionnaires "peinent à se déplacer seuls et sont vulnérables", a-t-il ajouté.

La Société des missions africaines (SMA) est une communauté de missionnaires catholiques européens, africains et asiatiques, qui compte un millier de membres, prêtres et laïcs, selon son site internet. La SMA a cinq "maisons" en France du même type que celle de Montferrier-sur-Lez.
 

www.ipreunion. com avec AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !