Une première journée de visite entre rencontres et perturbations :

Marine Le Pen : "Il y a 20 ans, il y avait moins de jeunes filles voilées à La Réunion"


Publié / Actualisé
Ce dimanche 27 novembre 2016, Marine Le Pen a débarqué à l'aéroport de Gillot. Une arrivée préparée : à l'aérogare, la présence des forces de l'ordre a été renforcée. Les voies d'accès pour les taxis et le dépose-minute ont notamment été bloquées. Alors que ses partisans et des manifestants l'attendaient à la sortie de Roland Garros, la présidente du FN est sortie par le fret.
Ce dimanche 27 novembre 2016, Marine Le Pen a débarqué à l'aéroport de Gillot. Une arrivée préparée : à l'aérogare, la présence des forces de l'ordre a été renforcée. Les voies d'accès pour les taxis et le dépose-minute ont notamment été bloquées. Alors que ses partisans et des manifestants l'attendaient à la sortie de Roland Garros, la présidente du FN est sortie par le fret.

16h35 : La présidente du FN a maintenant quitté Saint-Louis. Prochain rendez-vous : Ce soir sur le plateau du JT d'Antenne Réunion.

15h56 : La présidente achève ses échanges. Le temps le plus long a été consacré au CSAPR. Tout au long de ces discussions, des séances photos étaient également organisées. Les participants ont été invités à poser derrière Marine Le Pen.

La présidente du FN s'est également prononcée sur François Fillon, "le pire programme de casse sociale qui n'ait jamais existé".

À propos des mosquées salafistes, elle est résolument contre. "Il y a une séparation entre l'État et les religions. En revanche, les fondamentalistes islamistes, il faut les arrêter" martèle t-elle en indiquant qu'en 20 ans, ils "ont pris la main". En estimant "qu'il y a 20 ans, il y avait moins de jeunes filles qui portaient le voile à La Réunion".

14h39 : Alors que la rencontre avec les chefs d'entreprise et les dirigeants d'associations était prévue pour se dérouler en privé, elle s'est finalement tenue en public. Les échanges entre la présidente du FN et les concernés a donc eu lieu dans une salle verte, où une assemblée attend.

14h10 : Après la séance photo, place au divertissement. Les marmailles ont préparé un petit spectacle de danse indienne à l'attention de la femme politique.

13h43 : Le repas terminé, Marine Le Pen se fait remaquiller. Un petit rafraîchissement en haut du temple, tout près d'une statue représentant le guerrier Madevirin et ses deux épouses. Il est vénéré pour avoir été un grand chasseurs qui partageait ses captures avec l'ensemble de la population. Au programme : petite séance photo dans la cour du temple ensuite.

13h08 : La présidente du FN est maintenant à Saint-Louis. Elle partage un repas dans un temple tamoul de la commune. Entre 100 et 150 personnes se sont rassemblées pour l'accueillir. Tandis que Marine Le Pen est bien installée sur ce qui a tout l'air de ressembler... à un trône.

 

 

 

11h11 : Marine Le Pen est arrivée dans l'hôtel où elle logera le temps de sa visite, à Montgaillard. "Il est important de porter un message différent que celui que l'on entend régulièrement et qui n'a rien apporté à l'Outre-Mer alors que c'est un enjeu extrêmement important" a indiqué la présidente du FN. En assurant qu'elle est convaincue que "les Réunionnais attendent un projet d'autorité". Au sujet des manifestants, elle écarte ces "perturbations" d'un revers de main : "Quelques excités ne sont pas représentatifs de ce que ressentent les Réunionnais, ça finit par beaucoup agacer".

 

 

 

10h12 : Il est maintenant quasiment certain que Marine Le Pen est sortie par le fret de l'aéroport et non par celle de la brigade de la gendarmerie des transports aériens. Une multiplication de leurres a donc été orchestrée pour garder son arrivée discrète. D'autant plus que pour accéder à la zone du fret, il est nécessaire de montrer patte blanche. Ce qui est loin d'être facile à La Réunion, vous en conviendrez. L'important dispositif déployé par les forces de l'ordre se retire peu à peu. Tout ça pour ne pas voir ne serait-ce qu'un cheveu de la présidente du FN ! Mais ne riez pas, ce renforcement est aux frais du contribuable.

10h04 : Il est possible que Marine Le Pen sorte du côté de la brigade de la gendarmerie des transports aériens. À l'extérieur, un mini-bus attend la présidente. Six personnes dont Jean-Claude Otto-Bruc, secrétaire régional du FN sont présentes. "Les mesures de sécurité ne nous appartiennent pas. Il y a des gens dangereux, ce genre de terroristes à la petite semaine, xénophobe, raciste, il faut prendre des précautions !" assure le dirigeant local du parti.

 

 

 

D'un côté, une pancarte "Marine présidente" est brandie (non, celle là, n'a pas été confisquée), de l'autre, une femme est affublée d'un chapeau de cow-boy aux couleurs du drapeau français. Quand aux contre-manifestants, ils sont toujours sur les lieux, à la sortie de l'aérogare.

09h55 : Marine Le Pen n'a toujours pas fait son apparition, contrairement aux membres locaux du FN qui sont présents à l'aéroport.

09h17 : Les manifestants restent à l'extérieur, attendant l'arrivée de la présence du FN. Ils ne sont guère nombreux face aux forces de l'ordre présentes sur les lieux.

09h04 : Les manifestants ont finalement été autorisés à circuler dans l'aéroport... mais sans leurs pancartes ! Pour cause, un arrêté préfectoral qui interdirait les manifestations aux abords de l'aérogare. Les pancartes ont donc toutes été confisquées par les forces de l'ordre. Dans le même temps, des renforts de gendarmerie arrivent encore sur les lieux. "On va quand même y aller, sans nos pancartes, pour lui signifier qu'elle n'est pas la bienvenue, on a des convictions cheville au corps" assure l'un des manifestants sans se démonter.

 

 

 

09h01 : Une dizaine de personnes n'a pas pu pénétrer immédiatement dans l'aéroport. Alors qu'ils sortaient juste du parking - brandissant des pancartes contre l'arrivée de Marine Le Pen - un cordon de gendarmes les a arrêtés pour procéder à un contrôle d'identité.

8h53 : Pas grand-monde qui se presse à l'aéroport ce dimanche matin. Quelques personnes commencent à enregistrer du côté de l'embarquement. Les deux portes, côté arrivée, sont verrouillées.

8h30 : À l'aéroport, les voies d'accès pour les taxis et le dépose-minute sont bloquées pas les forces de l'ordre. La seule option qui se présente à l'arrivée des véhicules : le parking. Il n'est pas possible de faire le tour de l'aérogare. La présence des forces de l'ordre et notamment des gendarmes est renforcée. Rarement, un tel dispositif - aussi serré et filtrant - avait été déployé à l'aéroport.

 

 

 

Pour rappel, le collectif contre la démagogie et le populisme a appelé à un rassemblement "pacifiste" pour accueillir la présidente du Front National. Marine Le Pen devrait arriver vers 9 heures à l'aéroport ce matin pour entamer un programme chargé. Elle devrait se rendre dès cet après-midi à Saint-Louis pour une rencontre avec des chefs d'entreprise et responsables d'association.

   

7 Commentaire(s)

Dadou, Posté
moi ce qui me choque, c est tout simplement "elle" donc du FN à la Réunion....c 'est quand même hypocrite....je ne comprend pas, je croyais que le FN était pour les francais de souches donc de race blanches..ect...donc en quoi elle peut apporter quelque chose à la Réunion...
Bayoune, Posté
Mwin mi di si i manifess konte in gran sèf blan du FN, i dovré fé la minm soz pou toute sèf blan i viyin fé lapwin an vwa pou son zélèksiyon. Ke lé la drwate, la goss ou lo sante, toute sé in gran dominan i viyin pou rogmante zot dominasiyon dosi noute pèp. I fo fou toute déor, pa de triaz, toute na la minm politik, dominé, kolonizé noute péyi pou vole noute teritware maritime, sà i yintérèss azot, konm la Guyane i fé de azot in france spasiyale pou lanss zote fuzé.. Anou réniyoné kosa noulé pou bann blan la, la finn anvayir anou.
Popol, Posté
Mr Fontano elle est là la fin de la culture kréol Réunionnaise quand on voit ces images !
Arnaud, Posté
Dans les années 70/73, les jeunes filles musulmanes au lycée du Butor ne portaient aucun signe (voile, hidjab, tchador) ostentatoire pour se faire remarquer.
Il conviendrait maintenant de mettre le président de l'AMR et du CRCM face à ses responsabilités.
ProMarine a tite, Posté
heu... relisez vous svp...... La connerie est humaine soit mais à ce point là je suis choqué... En quoi venir avec un drapeaux français devrais être interdit? Encore une bobo qui ne connait rien à la politique mais qui nous la joue grandes prêtresse su savoir vivre ensemble.... il me semble que les seuls à être choqué sont les moutons ... comme vous....
Pilleurs et assoifés de pouvoirs et de fric, Posté
La venue des miss de France et tout le tralala aussi au Moca étaient à nos frais si je me trompe alors un peu plus un peu moins lol
Tite, Posté
heuu .. pas le droit de brandir des pancarte anti Fn, suite à un arrêté préfectoral qui interdirait les manifestations aux abords de l'aérogare , pas très démocratique mais bon ... Par contre, Peut on m'expliquer pkoi , les fachos pro FN, ont , le droit eux, de manifester avec leur drapeau ?? ... Il y a un sérieux problème là ! ça choque que moi ?