Conseil départemental de La Réunion :

Nassimah Dindar déplore la baisse de la dotation aux départements


Publié / Actualisé
Dans un courrier adressés aux députés des La Réunion - Huguette Bello, Monique Orphé, Jean-Jacques Vlody, Thierry Robert, Philippe Naillet, Patrick Lebreton et Jean-Claude Fruteau - la présidente du Conseil départemental déplore la baisse de la dotation provenant du fonds de soutien d'urgence aux départements. La dotation passerait en effet de 6,7 à 4,9 millions d'euros. Ci-après, son courrier.
Dans un courrier adressés aux députés des La Réunion - Huguette Bello, Monique Orphé, Jean-Jacques Vlody, Thierry Robert, Philippe Naillet, Patrick Lebreton et Jean-Claude Fruteau - la présidente du Conseil départemental déplore la baisse de la dotation provenant du fonds de soutien d'urgence aux départements. La dotation passerait en effet de 6,7 à 4,9 millions d'euros. Ci-après, son courrier.

C’est avec stupéfaction que je découvre les propositions du gouvernement pour la répartition du fonds de soutien d’urgence aux départements qui doivent être votées dans le cadre de la Loi de Finances rectificative pour 2016.

Alors que le montant du fonds quadruple entre 2015 et 2016, passant de 50 à 200 millions d’euros, la création d’une part spécifique pour l’Outre-mer et les critères d’attribution réduiraient la dotation attribuée au Département de La Réunion de 6,7 millions à 4,99 millions d’euros. La dotation par habitant de La Réunion (5,86 euros) serait 14 fois inférieure à celle de la Guyane (19 millions d’euros pour 240 000 habitants, soit 80,27 euros/habitant) et 23 fois inférieure à celle de Saint-Martin (35 000 habitants, soit 137,62 euros/habitant). La comparaison avec les départements métropolitains confrontés à des problématiques sociales comparables est tout aussi défavorable.

Au moment où l’on promet à la population réunionnaise l’égalité réelle, cette proposition de répartition représente une injustice flagrante.

À partir du lundi 5 décembre, vous êtes amenés à examiner ce texte au Parlement. Au-delà des contingences politiques, je compte sur votre soutien sans réserve pour que ce projet soit amendé et qu’une véritable égalité de traitement, privilégiant le reste à charge par habitant, soit retenue.

Avec les services de la collectivité, je reste à votre disposition pour vous apporter toutes les informations qui vous permettraient de faire jouer votre droit d’amendement.

Mesdames, Messieurs les Députés, j’attends des élus réunionnais qu’ils soient solidaires pour réparer cette injustice. C’est un combat que nous devons mener ensemble dans l’intérêt de nos concitoyens.

Je vous prie d’agréer, Mesdames, Messieurs les Députés, l’expression de ma haute considération.

Nassimah Dindar

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !