[VIDEO] La Cinor mise sur un nouveau mode de transport :

En 2019, La Réunion pourrait prendre le téléphérique


Publié / Actualisé
Si le calendrier prévisionnel du projet est respecté, les travaux du téléphérique à Saint-Denis devraient commencer l'année prochaine. La mise en service est ensuite prévue pour la fin de l'année 2019. Peut-être une bonne alternative pour faire face au réseau de bus souvent encombré et aux embouteillages fréquents sur les axes routiers.
Si le calendrier prévisionnel du projet est respecté, les travaux du téléphérique à Saint-Denis devraient commencer l'année prochaine. La mise en service est ensuite prévue pour la fin de l'année 2019. Peut-être une bonne alternative pour faire face au réseau de bus souvent encombré et aux embouteillages fréquents sur les axes routiers.

Quand on parle téléphérique, on pense parfois à la neige et aux remontées des pentes. À La Réunion, le contexte n’est pas le même, mais la Cinor est bien décidée à avoir le sien du côté de Saint-Denis. L’étape la plus longue, celle des études environnementales, est actuellement toujours en cours, comme l’indique Antoine Raynaud, directeur du groupement Arthenor, en charge du projet. Ce processus devrait perdurer jusqu’au début des travaux, à la fin de l’année 2018.

Le nouveau mode de transport devrait rallier trois quartiers : le Chaudron, le Moufia et Bois De Néfles. S’étendant sur trois kilomètres, le téléphérique devrait se diviser en une cinquantaine de cabines de dix places. Au total, il pourrait transporter environ 5000 passagers par jour. En s’appuyant sur deux scénarios de tracé, la Cinor a aussi lancé une phase de concertation publique auprès de la population. Une large concertation destinée à prendre la température auprès des futurs usagers.

Une inquiétude ressort plus particulièrement chez les habitants : et les nuisances sonores ? Antoine Raynaud se veut rassurant : "Ca fait partie des études environnementales, le niveau de bruit sera mesuré". Si ce "type de projet" devrait déjà être "très silencieux", le directeur reconnaît qu’il peut y avoir des bruits au niveau de l’arrivée en station et au passage des pylônes. "Mais on a des techniques pour les atténuer et les niveaux seront inférieurs au seuil imposé par la réglementation" précise t-il. Et donc très légers pour le voisinage.

Si le projet réunionnais respecte son calendrier, le département ferait partie des premiers de France à l’adopter. Quelques semaines plus tôt, un téléphérique a été mis en service à Brest. Avec des dysfonctionnements récents dûs à une panne informatique, des inquiétudes peuvent être soulevées. Mais la collectivité a encore deux ans devant elle pour gérer au mieux d’éventuelles problématiques.

   

2 Commentaire(s)

Aterla, Posté
Ah oui. Encore un projet m'as-tu-vu:
"le département ferait partie des premiers de France à l’adopter" .
Et surtout moins de bus c'est moins de chauffeurs de bus... Ce n'est pas avec ça qu'on va résoudre le chômage.
RIPOSTE974, Posté
Avant de s'aventurer sur ce nouveau mode de transport , le téléphérique

Faites plutôt le nécessaire sur le transport en commun avec de nouveaux bus , des horaires non respectés à corriger pour ne pas se retrouver avec le tout véhicule en créant des embouteillages toute la journée à Sin Dni !

Le courage en politique n'est pas le tape à l'oeil avec un projet démesuré mais plus accès au transport en commun .

le téléphérique de la CINOR n'est ni moins ni plus qu'un gadget de plus ...