Des étudiants verbalisés pour l'utilisation d'appareils électriques interdits :

Résidences du Crous : une pétition pour la levée de amendes et la légalisation de la marmite à riz


Publié / Actualisé
Cette semaine, les services du Crous (Centre régional des oeuvres universitaires et scolaires)de l'Université de La Réunion ont effectué plusieurs contrôles dans les chambres universitaires qu'il gère. Ces inspections sont faites après que dans l'agglomération de Grenoble, une cité universitaire du Crous ait pris feu. La cause de l'incendie était le branchement de plusieurs appareils électriques interdits, tels que des plaques de cuisson. Les agents du Crous de La Réunion, qui procèdent régulièrement à ce genre de visites, ont constaté un nombre important d'appareils non autorisés dans les chambres universitaire. Ils ont infligé des amendes aux étudiants concernés. En réponse, le syndicat étudiant UNEF a lancé une pétition pour que ces pénalités soient retirées.
Cette semaine, les services du Crous (Centre régional des oeuvres universitaires et scolaires)de l'Université de La Réunion ont effectué plusieurs contrôles dans les chambres universitaires qu'il gère. Ces inspections sont faites après que dans l'agglomération de Grenoble, une cité universitaire du Crous ait pris feu. La cause de l'incendie était le branchement de plusieurs appareils électriques interdits, tels que des plaques de cuisson. Les agents du Crous de La Réunion, qui procèdent régulièrement à ce genre de visites, ont constaté un nombre important d'appareils non autorisés dans les chambres universitaire. Ils ont infligé des amendes aux étudiants concernés. En réponse, le syndicat étudiant UNEF a lancé une pétition pour que ces pénalités soient retirées.

Les appareils mis en cause sont ceux équipés d'une résistance. Plaques de cuisson, ventilateur, marmitte à riz, mico-ondes, ou fers à repasser sont ainsi interdit car ils pourraient déclencher un incendie, à l'instar de celui survenu le 18 février dernier dans une cité universitaire de l'agglomération de Grenoble. Six étudiants ont été hospitalisés, d'autres ont tout perdu.

Pour éviter ce genre de "drame" le Crous de La Réunion a procédé a des contrôles qui s'étendront dans les prochains jours à toutes les cités universaires de l'île. Depuis lundi, les personnels du Crous ont donc visité plusieurs chambres. C'est après avoir constaté "un nombre important" d'appareils électriques non autorisés dans les résidences que des amendes, allant de 20 à 40 euros, ont été signifiées aux étudiants

Le syndicat étudiant UNEF, qualifie ces contrôles de "fouilles", il juge "inadmissible" que le Crous "fasse les poches aux étudiants en délivrant des amendes à tour de bras". Le syndicat a d'ailleurs lancé une pétition en ligne, pour que ces amendes soient retirées. A ce jour, la pétition compte déjà une centaine de signatures.

Aldo Jean-Jacques, chargé de culture et de communication au sein du Crous de La Réunion, affirme qu'il n'y pas eu durant ces contrôles "de violation de l'espace privé". Car, dit-il, un étudiant paye une redevance et non un loyer au Crous pour l'occupation de sa chambre universitaire. "C'est inscrit dans le règlement intérieur. Nous voulons éviter un drame. On se protège des accidents" et notamment des incendies, précise le responsable. "Beaucoup d'appareils n'étaient pas conformes. Il y a des cuisines à chaque étage, des espaces pour repasser" rappelle-t-il.

L'Unef n'a pas averti le Crous du lancement de cette pétition, mais le Conseil de résidence - formé d'étudiants -, devrait se réunir en commission paritaire, et pourrait décider de lever de façon totale ou partielle les amendes mises aux résidents.

jm/www.ipreunion.com  - jeudi 23 février 2017, 2h00

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !