CINOR :

Le téléphérique reçoit un accueil positif des Réunionnais


Publié / Actualisé
Suite à la concertation publique allant du 28 novembre au 23 février, la Communauté Intercommunale du Nord de la Réunion (CINOR) est satisfaite par le succès connu auprès de la population réunionnaise. Toujours dans l'idée de respecter l'opinion des habitants, un troisième tracé a été retenu pour relier la Chaudron à Bois-de- Nèfles en moins de 15 minutes.
Suite à la concertation publique allant du 28 novembre au 23 février, la Communauté Intercommunale du Nord de la Réunion (CINOR) est satisfaite par le succès connu auprès de la population réunionnaise. Toujours dans l'idée de respecter l'opinion des habitants, un troisième tracé a été retenu pour relier la Chaudron à Bois-de- Nèfles en moins de 15 minutes.

S’achevant ce 23 février, la phase de concertation publique sur le premier téléphérique urbain de la Réunion a trouvé un auditoire intéressé et l’accueil semble être plus qu’enthousiaste. Utilisant des pratiques variés afin d’aller au plus près des préoccupations (exposition, réunions publiques, site internet, questionnaires), la CINOR a recueilli près de 1000 contributions, étudiées par un spécialiste du débat public qui révèle un véritable plébiscite. 85% trouven que le projet est une bonne idée et 75% considèrent l’utiliser.

"Le public vient de nous donner un signe fort et nous dit qu’il est prêt pour ce nouveau mode de transport ! A nous d’agir maintenant. Nous prenons aujourd’hui l’engagement que notre téléphérique urbain se réalisera. Nous faisons le choix de maintenir le projet dans une enveloppe budgétaire d’environ 45 millions d’euros, pour garantir sa réalisation fin 2019", affirme Gérald Maillot, président de la CINOR.

Inévitablement, de nombreuses questions se sont posées au cours de cette concertation : l’aspect environnemental, les répercutions économiques, notamment au niveau de l’emploi, l’interaction avec les transports en commun existants, la sécurité des téléphériques (solidité, fonctionnement, adaptabilité pour les handicapés) et bien entendu, le coût de ce projet pour le porte feuille des contribuables. Face à ces inquiétudes, la CINOR se révèle sensible et souhaite rassurer la population.

En effet, un compromis a été trouvé pour un troisième tracé reliant les quartiers du Chaudron à Bois-de-Néfles en moins de 15 minutes. D’autre part, les cabines seront imaginées de manière à profiter du paysage paradisiaque que La Réunion peut offrir.

Fort de cet aval populaire, la CINOR peut désormais avancer dans son projet avec la rédaction du cahier des charges afin de choisir l’opérateur à la tête de la conception, la réalisation, l’exploitation et la maintenance de la première ligne téléphérique de l’île de La Réunion.

cl/www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Christian, Posté
c'est une excellente initiative , bravo