Les pluies ont manqué mais la chaleur était au rendez-vous :

En février, la saison cyclonique a enfin démarré


Publié / Actualisé
Selon le résumé climatologique mensuel de Météo France, le mois de février a été marqué par des températures élevées et un déficit des précipitations. Mais cette période signe aussi (et enfin) le début d'une "vraie saison cyclonique". En février, c'est la tempête tropicale Carlos qui a soulagé légèrement les nappes phréatiques de l'île.
Selon le résumé climatologique mensuel de Météo France, le mois de février a été marqué par des températures élevées et un déficit des précipitations. Mais cette période signe aussi (et enfin) le début d'une "vraie saison cyclonique". En février, c'est la tempête tropicale Carlos qui a soulagé légèrement les nappes phréatiques de l'île.

En février, on dit merci à Carlos ! Son arrivée a signalé le début d'une "vraie saison cyclonique", indique le dernier résumé climatologique mensuel de Météo France. Après trois mois de calme, la tempête tropicale a transité à une centaine de kilomètres à l'ouest du département. Elle a entraîné dans son sillage des pluies abondantes pendant trois jours, plus particulièrement dans les hauts. C'est dans la nuit du 7 au 8 février que les plus fortes pluies ont été relevées : 27 mm à Grand-Ilet, 351 mm à Mare à Vieille Place, 338 mm à Cilaos, 312 mm à Commerson, 309 mm à Aurère, 308 mm à la Plaine des Chicots, 274 mm à la Plaine des Cafres. Ces précipitations ont été les bienvenues car elles ont contribué à combler "une partie du déficit accumulé dans les Hauts depuis le début de la saison des pluies".

Le bilan global des pluies est donc déficitaire de 20 %. On constate cependant des excédents dans les cirques ainsi que sur le littoral sud-ouest.

Côté températures, par rapport à la normale 1981-2010, l'écart à la température moyenne est de 0,5 degrés. Il a donc bien fait plus chaud en journée au mois de février. Si les températures minimales sont proches des normales, l'écart est de +0,9 degrés pour les températures maximales. Elles se classent ainsi au troisième rang des plus chaudes depuis cinquante ans.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !