Le cyclone intense a ravagé la Grande Ile :

Madagascar - Le bilan d'Enawo est lourd : au moins cinq morts et des milliers de sinistrés


Publié / Actualisé
Considérablement affaiblie Ex Enawo continue de traverser Madagascar ce jeudi 9 mars 2017. Mais avant de perdre sa puissance, le météore qui était alors cyclone intense a frappé de plein fouet le nord-est de la Grande Ile. Un premier bilan établi par les autorités malgaches fait état d'au moins cinq morts et de plus de 12 000 sinistrés. Les villes d'Antalaha et Sambava notamment ont été très impactées. Selon la Croix-Rouge, il s'agit du plus puissant cyclone qui frappe Madagascar depuis février 2012, date du passage de Giovanna. 33 personnes avaient été tuées (Photos Radio Mada)
Considérablement affaiblie Ex Enawo continue de traverser Madagascar ce jeudi 9 mars 2017. Mais avant de perdre sa puissance, le météore qui était alors cyclone intense a frappé de plein fouet le nord-est de la Grande Ile. Un premier bilan établi par les autorités malgaches fait état d'au moins cinq morts et de plus de 12 000 sinistrés. Les villes d'Antalaha et Sambava notamment ont été très impactées. Selon la Croix-Rouge, il s'agit du plus puissant cyclone qui frappe Madagascar depuis février 2012, date du passage de Giovanna. 33 personnes avaient été tuées (Photos Radio Mada)

"Barrage rompu dans le nord, éboulements, routes coupées et coupures d'électricité à l'est, rivières qui sortent de leur lit sur les Hauts-Plateaux, toitures arrachées... Enawo, le cyclone devenu tempête tropicale, continue de faire des dégâts à Madagascar" écrit le site rfi.fr qui s'est rendu s'est rendu au Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC). L'entité qui recueille les données sur le terrain et pilote les opérations de secours.

 

Il est très compliqué d'obtenir des informations. "C'est surtout les soucis de communication (coupures d'électricité, routes inondées, éboulements, ndlr) qui posent problème actuellement", explique John Razafimandimby, le directeur du centre de veille et d'orientation du BNGRC. "Il y a des zones qu'on n'arrive pas encore à joindre. Donc là, on n'a pas encore d'informations sûres et fiables dans ces zones-là" ajoiute-il cité par rfi.fr

Selon les premières informations, plusieurs villes de la région nord-est ont été fortement impactées. Les récoltes, de vanille notamment, sont totalement anéanties. Des milliers de cases et de bâtiments ont été détruites. Les autorités malgaches craignent maintenant que les cours d'eau gonflés par les pluies et les inondations soient sources de maladies, voire d'épidémies

Antananarivo a aussi été frappé par Ex-Enawo. Des pluies souvent diluviennes sont tombées sur la capitale malgache, souligne Radio Mada

 

mb/www.ipreunion.com

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !