[LIVE] Rien ne va plus entre la majorité et l'oppostion :

La Possession - Grosses tensions au conseil municipal


Publié / Actualisé
Le conseil municipal qui se tient de ce mercredi 29 mars 2017, à la mairie de La Possession, s'annonce tendu. En plus du sujet épineux de la carrière des Lataniers, le climat est à la défiance entre la maire, Vanessa Miranville, et ses cadres administratifs. Ces derniers ont publié un courrier dans lequel ils refusent collectivement de remplacer la directrice générale des services, actuellement en arrêt maladie.
Le conseil municipal qui se tient de ce mercredi 29 mars 2017, à la mairie de La Possession, s'annonce tendu. En plus du sujet épineux de la carrière des Lataniers, le climat est à la défiance entre la maire, Vanessa Miranville, et ses cadres administratifs. Ces derniers ont publié un courrier dans lequel ils refusent collectivement de remplacer la directrice générale des services, actuellement en arrêt maladie.

18h29: Le conseil municipal reprend, après un appel, pour être sûr que le quorum est atteint. Lequel ne tient qu'à la présence d'un élu de la majorité arrivé très en retard. Les discussions reprennent avec l'examen du budget. Les esprits semblent s'être calmés

18h20: Suspension de séance après de vifs échanges avec Philippe Robert. "Dans nos documents de campagne, nous avons dit que nous ferons tout pour empêcher l'ouverture de la carrière. Mais il y a le dogmatisme et l'idéalisme. Le dogmatisme, c'est dire 'j'ai décidé de prendre ce chemin, je le prends quoi qu'il en soit'. L'idéalisme, c'est de garder en tête un objectif et de prendre d'autres chemins", argumente Vanessa Miranville. 

"Idéalisme, pragmatisme, dogmatisme, ou ce que vous voulez, vous n'avez plus de quorum puisqu'on s'en va", s'enerve Philippe Robert.

 

Toute l'opposition quitte la salle, la seance est suspendue.

18h07: Vanessa Miranville rappelle que la décision d'ouvrir ou non la carrière ne dépend pas de la mairie mais de la préfecture. "En tant que propriétaire, nous autorisons simplement le dépôt d'un dossier. L'autorisation prefectorale ne pourra être donnée par le préfet qu'en 2019, et la carrière pourrait ouvrir en 2020, si elle ouvre."

18h05: Gilles Hubert, premier adjoint au maire, rappelle que la carrière des lataniers a déjà servi à la construction du nouveau port, dans les années 1980. Il souligne qu'à l'époque, il n'y avait pas eu de réhabilitation, contrairement à ce qui est prévu cette fois-ci. "Nous n'étions pas obligés de lancer un appel d'offres et de choisir ce soir un carrier. Mais là, nous n'avions pas besoin d'ouvrir une carrière, notre besoin est d'aménager et de réhabiliser un site et donc, c'est la loi, nous sommes obligés de lancer un appel d'offres", juge le premier adjoint.

17h58: Jean-Christophe Espérance, adjoint au maire chargé du dossier des lataniers, défend le projet de carrière : "le site est actuellement envahi par les herbes sauvage et les espèces invasives", alors qu'une fois que la carrière ne sera plus utilisée (soit, potentiellement, quand elle aura fourni les roches massives nécessaires à la construction de la NRL), "le site sera réhabilité et embelli, et permettra de donner un nouveau souffle à l'écosystème des lataniers. 

17h55: Erick Fontaine, élu d'opposition rappelle que "pendant votre campagne pour les municipales, vous vous êtes prononcée contre la carrière, maintenant, vous n'êtes pour que pour des raisons financières". Il ajoute que le conseil municipal n'a jamais été consulté concernant l'ouverture possible de la carrière des Lataniers.

 

 

 

17h50: Philippe Robert fustige l'attitude de la maire, qui n'a pas assisté à La Réunion qu'elle a elle-même convoqué, pour étudier la possibilité de mettre les carriers en concurrence. "Aujourd'hui, vous voulez simplement rassurer la presse en disant 'ce n'est pas moi qui choisit'", lance-t-il.

17h44: A la demande de Philippe Robert, conseiller municipal d'opposition, Vanessa Miranville accepte de commencer le conseil par le chapitre 24, qui concerne la carrière des Lataniers. Vanessa Miranville assure qu'elle veut s'assurer du respect des citoyens et de l'environnement, et que c'est dans ce but qu'elle lance une mise en concurrence des carriers potentiels.

17h37: Le conseil municipal a commencé. Les opposants à la carrière des Lataniers ont déployé leurs banderoles devant Vanessa Miranville. Dehors, un homme alerte au porte-voix "attention Possessionnais, Possessionnaires, tirs de mine imminent". Dans la salle, tout le monde se met à tousser. En réaction, Vanessa Miranville laisse faire et répond "je vous remercie d'attirer notre attention sur les risques que pourrait faire courir la carrière si elle ouvrait"

 

 

 

 

17h30 : Le conseil municipal n'a pas encore démarré, mais un comité d'accueil, composé de citoyens opposés à l'ouverture de la carrière des Lataniers, attend les élus de la ville de pied ferme. Ils sont entrés dans la salle du conseil, où ils ont installé leurs pancartes et banderoles.

 

 

 

 

Le torchon brûle entre Vanessa Miranville et les cadres administratifs de la commune

Pour rappel, la DGS Sophie Girard, est absente depuis son entretien, il y a quelques jours, avec la maire et son premier adjoint, Gilles Hubert. Dans une "note d'étonnement" qu'ils ont adressée à tous les élus ce mercredi 29 mars 2017, tous les directeurs généraux adjoints (DGA) considèrent que "Sophie Girard reste la seule personne en interne qui remplit parfaitement cette mission"  et annonce que "face à cette situation instable, tendue et anxiogène, l'ensemble des DGA  décline d'assurer l'intérim du DGS et considère cette mission trop dangereuse sur le plan humain et psychologique"

L'intégralité du courrier des DGA est consultable ici

mb/ch/www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Doudou, Posté
oté dis pa for mais i sofe entre Gillou et lo maire et aussi JC E(lecolo!!!!!!)
Odile, Posté
Cela fait maintenant 3 ans qu'un drame humain se joue à La Possession en silence sans que la Presse ne le relaye.
5 DGS, mais aussi 5 DRH il faut le savoir le dernier en date T.V. s'est également fait éjecter jeudi dernier.
La gestion de Mme Miranville est calamiteuse : aucun bilan en 3 ans de mandat, aucun projet sorti de terre et pour cause une administration en constant renouvellement, des agents et des cadres déplacés, placardés...
Si les cadres s'étaient opposés et étaient restés solidaires dès le début, on aurait évité bien des drames humains ...