MENU

Après le débrayage hier :

Le Port: un préavis de grève déposé ce jeudi


Posté par
A la mairie du Port, l'organisation prévue pour les élections ne passe pas. Après un court débrayage ce mercredi, Force ouvrière et le Syndicat autonome de la fonction publique territoriale de La Réunion (Safptr) ont déposé un préavis de grève, ce jeudi 6 avril 2017, en fin de matinée. Ils souhaitent que les heures supplémentaires effectuées pendant la période des élections puissent être payées et pas obligatoirement récupérées.
A la mairie du Port, l'organisation prévue pour les élections ne passe pas. Après un court débrayage ce mercredi, Force ouvrière et le Syndicat autonome de la fonction publique territoriale de La Réunion (Safptr) ont déposé un préavis de grève, ce jeudi 6 avril 2017, en fin de matinée. Ils souhaitent que les heures supplémentaires effectuées pendant la période des élections puissent être payées et pas obligatoirement récupérées.

Ce mercredi, le mouvement était partie des personnels de l'environnement. Après une première entrevue avec la direction hier, de nouvelles discussions ont eu lieu ce matin, mais elles n'ont pas permis de trouver un accord. "La direction nous impose de récupérer les jours de travail supplémentaires pendant les élections, alors que cela fait des années que ces heures sont payées", assure le représentant du syndicat FO, qui regrette le manque de dialogue social. Les deux syndicats, FO et Safptr ont donc lancé un appel à la grève générale jeudi, à l'issue des cinq jours de préavis.

La mairie n'avait pas encore réagi suite au dépôt du préavis de grève, mais contacté hier, le directeur de cabinet Bernard Payet évoquait un quiproquo : "Le personnel n'a pas bien compris la note de service. Sur la totalité du personnel concerné par cette mobilisation pendant la période d'élection, une grande majorité percevait déjà des indemnités d'astreinte et ils sont au plafond des heures suppléméntaires. Ceux là doivent obligatoirement récupérer. Pour les deux tours des élections présidentielles, chacun a droit à six jours de repos, bien évidemment payés". En précisant que, si jamais il manquait du personnel dans les volontaires lors de la période du scrutin, des réquisitions seraient prononcées.

www.ipreunion.com

 

 

   

Mots clés :

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !