L'épidémie de bronchiolite à La Réunion semble dans sa phase déscendante :

570 enfants de moins de 2 ans ont été admis aux urgences depuis février


Publié / Actualisé
La Réunion connait, depuis le début du mois de février 2017, une épidémie saisonnière de bronchiolite caractérisée par un nombre élevé de passages aux urgences chez les enfants de moins de 2 ans. Au total, depuis le début de l'épidémie, 570 passages aux urgences pour bronchiolite chez des enfants âgés de moins de 2 ans ont été enregistrés, et 57 % de ces admissions ont entrainé une hospitalisation, selon un bilan de l'agence régionale de santé (ARS)
La Réunion connait, depuis le début du mois de février 2017, une épidémie saisonnière de bronchiolite caractérisée par un nombre élevé de passages aux urgences chez les enfants de moins de 2 ans. Au total, depuis le début de l'épidémie, 570 passages aux urgences pour bronchiolite chez des enfants âgés de moins de 2 ans ont été enregistrés, et 57 % de ces admissions ont entrainé une hospitalisation, selon un bilan de l'agence régionale de santé (ARS)
Des épidémies de bronchiolite sont observées depuis plusieurs semaines à La Réunion et à Mayotte. La bronchiolite est une maladie virale des petites bronches très contagieuse et qui touche principalement les enfants de moins de 2 ans.
 
La bronchiolite est une maladie des petites bronches (les bronchioles) due à un virus répandu et très contagieux qui touche principalement les enfants de moins de 2 ans. En zone tropicale, la recrudescence des cas de bronchiolite est habituellement observée pendant la saison des pluies. Symptômes Elle débute par un simple rhume et une toux qui se transforme en gêne respiratoire, souvent accompagnée d’une difficulté à s’alimenter. Mode de transmission Le virus se transmet par la salive, les éternuements, la toux, le matériel souillé par une personne enrhumée et par les mains. Ainsi, le rhume de l’enfant et de l’adulte peut entraîner la bronchiolite du nourrisson. Evolution Dans la majorité des cas, la bronchiolite guérit spontanément au bout de 5 à 10 jours mais la toux peut persister pendant 2 à 4 semaines.  
 
Phase descendante
 
L'épidémie a d’abord connu  une évolution progressive et modérée en février, puis une forte augmentation de l’activité des urgences pour bronchiolite début mars. Au cours de ces deux dernières semaines, l’activité des services d’urgences pour bronchiolite a diminué et l’épidémie semble être à présent dans sa phase descendante.

L’ARS Océan Indien rappelle les bons gestes à adopter par les parents d’enfants en bas âge en cette période à risque.

Afin de prévenir la transmission de la maladie, il est conseillé de recourir à des gestes simples : de laver systématiquement les mains à l’eau et au savon avant de s’occuper d’un bébé, éviter de le mettre en contact avec des personnes enrhumées et des lieux enfumés, nettoyer régulièrement les objets avec lesquels il est en contact (biberons, tétines, jeux...), aérer régulièrement sa chambre.

Quand on est enrhumé, il faut porter un masque (en vente en pharmacie) quand on s’occupe d’un bébé, éviter de l’embrasser sur le visage et sur les mains.

Quand l’enfant est malade, il faut lui désencombrer régulièrement le nez avec du sérum physiologique, aérer sa chambre et veiller à ne pas trop le couvrir, ne pas l’exposer à la fumée du tabac, lui donner régulièrement à boire, continuer à le coucher sur le dos à plat, l’emmener rapidement chez le médecin en cas de gêne respiratoire et de difficulté à s’alimenter. Si besoin, le médecin lui prescrira des séances de kinésithérapie respiratoire.

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !