Punition à coups de ceinture publiée sur Facebook :

Sylvia Otello condamnée à six mois de prison avec sursis


Publié / Actualisé
La mère de famille qui avait infligé une correction à son fils en direct sur Facebook écope d'une peine de prison de six mois avec sursis, selon linfo.re. Elle comparaissait ce jeudi 30 mars 2017 devant le tribunal correctionnel de Saint-Pierre.
La mère de famille qui avait infligé une correction à son fils en direct sur Facebook écope d'une peine de prison de six mois avec sursis, selon linfo.re. Elle comparaissait ce jeudi 30 mars 2017 devant le tribunal correctionnel de Saint-Pierre.

Le lundi 3 octobre 2016, Sylvia Otello avait publié une vidéo de 20 minutes au cours desquelles elle fait la morale et corrige son fils de 16 ans, à coup de ceinture (de marque Kaporal d'où son surnom Maman Kaporal) pour le punir d'avoir commis un vol avec violence. La mère de famille, poursuivie pour  des faits de violence avec arme sans ITT et enregistrement et diffusion d'images relatives à la commission d'une atteinte volontaire à l'intégrité de la personne, a été condomanée à six mois de prison avec sursis.

"Je sais que j'ai eu tort"

Lors de sa comparution, le 30 mars dernier, Sylvia Otella avait déclaré : "Je sais que j'ai eu tort de faire ce que j'ai fait, je lance un message à tous les parents : donner des corrections comme ça ne n'est pas bien, mais je ne voulais pas que mon fils aille en prison ou au cimetière. Sur l'instant j'ai pensé qu'il avait besoin d'une correction" a déclaré Sylvia Otello, très émue, à la fin de l'audience.

C'est en effet à la suite d'une affaire de vol dans laquelle était impliqué le jeune Alfredo, que la mère l'avait puni.

Sylvia Otello avait très mal supporté d'être convoqué au tribunal pour s'expliquer sur les agissements de son fils. D'où la correction à coups de ceinture filmée en direct sur Facebok. Depuis, le temps a passé "et le jeune Alfredo s'est jeté dans les bars de sa mère à la fin de l'audience, elle l'aime" a affirmé le Bâtonnier Georges André Hoarau, défenseur de la mère de famille. Dans sa plaidorie il a mis l'accent sur la faillite des services sociaux, Alfredo était placé en foyer lorsqu'il a commis son vol avec violence. "Les services sont été absents, ils n'ont jamais soutenu cette mère lorsqu'elle avait besoin d'aide" regrettait le juriste.

Le jeune Alfredo est toujours placé en foyer sur décision judicaire et s'est en compagnie d'un éducateur qu'il a assisté au procès de sa mère.

Une correction devenue virale

Lavidéo de la correction était devenue virale. En quelques heures elle avait été vue par plus d'un demi million de personnes sur le réseau social. Le buzz avait déchainé un flot de commentaires, les avis se partageant entre ceux aplaudissant la maman qui refuse de voir son fils sombrer dans la délinquance et ceux condamnant l'humiliation infligé à l'adolescent.

Le lendemain de cette raclée publique, la mère de famille était interpellée et -placée en garde à vue pour "violences aggravées et enregistrement et diffusion d'images relatives à la commission d'une atteinte volontaire à l'intégrité de la personne". Le procureur de Saint-Pierre indiqué e nsuite a fait savoir que la mère, qui a reconnu les faits, serait jugée le 17 février 2017. Son fils était raccompagné au foyer dans lequel il était placé sur décision judiciaire.

A sa sortie de garde à vue, Sylvia Otello avait été accueillie par des dizaines de personnes venues la soutenir. Une pétition avait été même été lancée pour demander l'abandon des poursuites contre la maman. Cette dernière avait ensuite posté de nombreux messages sur les réseaux sociaux pour expliquer son attitude.

Le 17 février dernier, Sylvia Otello avait refusé la procédure du plaider coupable. Une convocation lui avait donc été remise pour ce jeudi 30 mars. Le procès a duré environ deux heures, les magistrats rendront leur décision le 13 avril prochain

 

 

www.ipreunion.com

   

Mots clés :

    1 Commentaire(s)

    Comique, Posté
    Pour avoir volé avec violence, ce jeune a peut-être été maltraité durant la petite enfance ?
    Un jour, il se peut que des êtres du secteur médical (psychologues) créaient l'Université obligatoire pour tous les futurs parents...apprendre à s'aimer, aimer, semer. L'amour, c'est gratuit, pas besoin d'être fortuné pour en donner.
    En attendant, la course à pieds permet de se défouler. Pour ceux qui ne l'aiment pas, ils peuvent taper sur l'oreiller.