MENU

Imaz Press a imaginé le quotidien sous chaque potentiel futur président :

21 avril 2018, un an après l'élection présidentielle : à quoi ressemble notre monde ?


Posté par
Et si on faisait un petit bond dans le futur ? 21 avril 2018, imaginez la France sous l'égide d'un nouveau président. Imaz Press a scénarisé pour vous le quotidien tel qu'il pourrait l'être sous chaque candidat. Fin de la NRL, sortie de l'Europe, dépénalisation du cannabis... des petites histoires à prendre, bien sûr, au second voire troisième degré. Et on en profite pour vous rappeler que voter est un droit refusé aux populations d'une (hélas) majorité de pays dans le monde. La France garantit ce droit aux Françaises et aux Français, alors n'oubliez pas d'aller glisser votre bulletin dans l'urne ce dimanche.
Et si on faisait un petit bond dans le futur ? 21 avril 2018, imaginez la France sous l'égide d'un nouveau président. Imaz Press a scénarisé pour vous le quotidien tel qu'il pourrait l'être sous chaque candidat. Fin de la NRL, sortie de l'Europe, dépénalisation du cannabis... des petites histoires à prendre, bien sûr, au second voire troisième degré. Et on en profite pour vous rappeler que voter est un droit refusé aux populations d'une (hélas) majorité de pays dans le monde. La France garantit ce droit aux Françaises et aux Français, alors n'oubliez pas d'aller glisser votre bulletin dans l'urne ce dimanche.

21 avril 2018, Marine Le Pen est à la tête du pays

Chez nous, sur la route du Littoral, le paysage a un peu changé : le chantier de la nouvelle route du Littoral a pris un autre tournant. À la place des grues et autres machines, on a des estrades et des bassins. C’est un beau plongeoir qui a pris la place de l’axe routier futuriste, dont il ne reste plus aujourd’hui que des vestiges.

Des murmures suggèrent d’ailleurs sa revalorisation en site historique,  histoire de garder une trace de ce divorce entre l’Europe et la France. Car c’est acté, suite au référendum organisé par la présidente du Front National sur l’appartenance du pays à l’Union Européenne. Sauf que la plupart des chantiers importants engagés sur le sol réunionnais ont été largement soutenus par l’Europe. Et sans cette béquille, ils se cassent tous les dents. Pas de chance pour ceux qui voulaient entrer dans l’histoire en empruntant la route sur la mer.

Outre le paysage du BTP, le visage de la population réunionnaise a lui aussi un peu changé. Terminé, son aspect multi-culturel accepté de tous ! Terminé, son bien-vivre ensemble ! Mais ceux qui criaient "Mahorais, Comoriens, Malgaches dehors !" peuvent se réjouir… Pour un temps. Ils seront peut-être les prochains sur la liste.

21 avril 2018, François Fillon est bien installé à l’Élysée

Aux oubliettes, sa mise en examen et celle de sa femme aujourd’hui première dame. À ce qu’il paraît, le poste est bien rémunéré, encore plus que celui d’assistante parlementaire. Mais, de toute manière, la plupart des magistrats ont rendu leur tablier, sous le joug d’un manque de moyens croissant en faveur de la justice et d’une réforme complète de l’instruction judiciaire.

Le taux de délinquance a explosé, et il est désormais possible – voire même bien vu – de ne pas se présenter à une convocation devant les forces de l'ordre et la Justice. Pratique. Autre conséquence de la réforme made in Fillon, ce même homme qui revendiquait l’impunité zéro, les poursuites sont interdites lors de certaines périodes de l’année. Non, vous ne rêvez pas, le Nouvel An ou l’arrivée la saison chaude à La Réunion sont par exemple exempts de toute présence policière. Les périodes électorales aussi, mais juste pour certains candidats. Car, après tout, il arrive que la justice se trompe et M.Fillon s’est acharné à le prouver avant même son élection.

La justice n’est pas le seul secteur à être torpillé par le nouveau président. La presse n’est pas en reste, subissant une vengeance glacée. Les éditos quotidiens sont lus et vérifiés par le ministère de l’information et de la communication. Les membres de ce ministère sont d’ailleurs en cruel manque de personnel… 50 000 postes de fonctionnaires ont été supprimés et les quelques uns qui restent croulent sous une surcharge de dossiers.

Mais non, pas de censure ici ! Juste une régularisation, un peu comme en Russie, en Turquie ou en Syrie. Le modèle de la démocratie à la française s’éloigne encore, il a fait son temps dit-on et et mérité de se.... muscler.

21 avril 2018, Emmanuel Macron est élu depuis un an, pour le plus grand bonheur des matantes de l’île

Dans certaines cases, une photo grandeur nature du nouveau président, sourire ultra-bright et chevelure nickel, trône à côté du cliché du pape. Bel emballage sans contenu : la nouvelle coqueluche des ménagères plaît davantage par son physique que par son projet. Bon, après, il faut reconnaître qu’il est ami avec tout le monde. Il faut dire qu’il vaut mieux être sympathique lorsque l'on est face à une assemblée nationale hétéroclite où la tendance est davantage à la cacophonie qu’au rassemblement. Pas facile d’avoir une majorité lorsque l’on est ni vraiment à gauche, ni vraiment à droite, ni vraiment au centre, mais tout cela à la fois.

La cacophonie règne aussi au sein de l’Éducation Nationale. Alors que le nouveau chef de l’État était décidé (une fois n’est pas coutume) à installer le dispositif des 12 élèves par classe, la suppression prévue des 120 000 postes de fonctionnaires n’aide pas. Mais on n’est pas à une contradiction près sous ce nouveau régime.

Outre les matantes groupies, les banquiers aussi ont le sourire tranche papaye. Enfin, leur règne est venu ! Quant à leurs clients, c’est une autre histoire…

21 avril 2018, nous sommes sous la VIème République de Jean-Luc Mélenchon

Une nouvelle constituante se met en place et ça demande du temps. Les élus vivent avec une épée de Damoclès sur leurs têtes, dans la peur perpétuelle d’être révoqués de leurs fonctions. Ce n’est pas une mauvaise chose, mais les pauvres n’osent plus vraiment prendre de décisions, ceratins sont heureux de la chose, d'autres pas...

Pendant ce temps, les cris des bêtes égorgées hurlaient par les grands fortunés résonnent de toutes parts… jusqu’en enfer?. Comme l'avait promis le nouveau président, ils sont poursuivis implacablement par de inspecteurs de impôts auprès de qui Eliott Ness passerait pour pour un vil corrompu.

21 avril 2018, Benoît Hamon gouverne le pays

Kévin, un jeune de 20 ans au chômage, est plus qu’heureux. Il y an, il a voté Hamon sans trop connaître son programme. Son sort de solitaire trahi lui a un peu fait penser au sien, alors il a décidé de lui donner un petit coup de pouce. Au final, il estime avoir fait le choix qu’il fallait : tous les mois, il touche une petite monnaie, grâce au revenu universel. Et ça, sans trop forcer.

Parallèlement, le cannabis est maintenant dépénalisé. Kévin n’a pas attendu longtemps avant de se lancer dans le business : sa petite plantation de zamal est désormais florissante ! Ça met de la viande dans le gras du boucané. 

21 avril 2018, bienvenue dans la France de Jacques Cheminade

Enfin, il est parvenu à se hisser jusqu’à cette première place tant désirée ! Ses électeurs en sont ravis : les centres spatiaux se multiplient et nous sommes sur le point de passer les vacances sur Jupiter et Vénus, où d’autres formes de vie humaine pourraient être découvertes. Les échanges ne se font plus en euros, mais avec une nouvelle monnaie totalement inventée par le ministère des finances. Monnaie qui n’aura pas besoin d’être échangée au moment de nos vacances dans l’espace. Pratique.

21 avril 2018, l’ère de Jean Lasalle bat son plein

"Liberté, égalité et bergers", c’est la nouvelle devise de la France. Les bergers sont partout, même à La Réunion. Les cabris n’ont jamais été aussi heureux, à gambader partout : ils sont prioritaires en toutes situations. Nouvelle loi instaurée dès son investiture : le port du béret basque obligatoire chaque dimanche. Dommage, c’est un chapeau qui ne va pas à tout le monde.

21 avril 2018, Philippe Poutou est le nouveau locataire de l’Élysée

Il s’accommode plutôt bien de son nouveau confort, mais pas aux costumes. Ni ceux achetés, ni ceux offerts par des amis qui ne lui veulent que du bien. Les patrons sont une espèce menacée et bientôt en voie de disparition. Pas facile d’avoir des entreprises dans ce contexte. Ni d’avoir à manger d’ailleurs. Mais ça va, les gens sont heureux. En plus, ils peuvent faire à peu près tout ce qu’ils veulent, dans un pays où les policiers sont désarmés – au sens littéral. 

21 avril 2018, c’est Nathalie Arthaud qui dirige le gouvernement

Philippe Poutou est son premier ministre et les deux compères mènent une lutte acharnée contre le capitalisme. "Tous des pourris" clament t-ils depuis l’Élysée, qui a perdu un peu de ses décorations dorées et autres ornements. Le smic est désormais à 1800 euros net et les entreprises sont contrôlées par les travailleurs. On tire un peu partout pour financer tout ça, mais difficile maintenant que licenciements et suppressions d’emplois sont interdits…

21 avril 2018, François Asselineau a été le choix des urnes

Président plus que paranoïaque, il se barricade à l’Élysée. Les frontières comme les bâtiments officiels sont fermée à double tour et la vie n’est pas toujours facile. Surtout quand on veut partir en vacances loin de la France…

21 avril 2018, les Français ont élu Nicolas Dupont-Aignan

Le paiement des salaires tombe tous les 15 jours, mais ce n'est pas toujours facile de s’y retrouver. Eurofrancs, euromarks, eurolivres… les pièces se suivent, mais ne se ressemblent pas. Mais Mme Payet, 70 ans, attend : on lui a dit que sa retraite a été revalorisée de 100 euros par mois en eurofrancs, elle n'a pas tout compris - elle n'est pas la seule -, et elle n'a pas vu la queue du premier eurofranc, mark, livre, mais elle attend... Ça lui rappelle d'ailleurs une chanson de sa jeunesse qui disait justement : "j'attendrai le jour et la nuit, j'attendrai..."

mp/www.ipreunion.com
 

   

2 Commentaire(s)

Lan, Posté
nul, je m'attendais à un papier sérieux !
Emmanuel, Posté
Super utile !!!!!!!!