Tracteurs en avant et détermination au poing :

Planteurs en colère - "Mardi, c'est la réunion de la dernière chance"


Publié / Actualisé
Ce mardi 6 juin 2017, se tiendra une réunion entre planteurs et industriels à la Daaf (Direction de l'agriculture et de la forêt). Le prix de la tonne de cannes sera à nouveau au coeur du débat, après l'échec des négociations de ce jeudi. Les différents syndicats (FDSEA, Jeunes Agriculteurs, CGPER) demandaient 6 euros d'augmentation, ils ont eu 49 centimes. Une "insulte en pleine figure" selon eux : ce mardi, c'est "la réunion de la dernière chance". Une opération escargot à bord de leurs tracteurs est prévue dès le matin pur rejoindre le secteur de la Providence, où se déroulera la rencontre. (Photo archives)
Ce mardi 6 juin 2017, se tiendra une réunion entre planteurs et industriels à la Daaf (Direction de l'agriculture et de la forêt). Le prix de la tonne de cannes sera à nouveau au coeur du débat, après l'échec des négociations de ce jeudi. Les différents syndicats (FDSEA, Jeunes Agriculteurs, CGPER) demandaient 6 euros d'augmentation, ils ont eu 49 centimes. Une "insulte en pleine figure" selon eux : ce mardi, c'est "la réunion de la dernière chance". Une opération escargot à bord de leurs tracteurs est prévue dès le matin pur rejoindre le secteur de la Providence, où se déroulera la rencontre. (Photo archives)

"49 centimes, on a même pas de quoi acheter une baguette de pain en plus !" : la plaisanterie ne passe pas pour Frédéric Vienne, elle a même un goût amer. Le président du syndicat de la FDSEA en a assez de transmettre des mauvaises nouvelles à sa base. Car les deux précédentes réunions de négociations sur le prix de la tonne de cannes avec les industriels se sont soldées par des échecs cuisants. Les planteurs demandent 6 euros de plus, ils n'ont jusqu'à présent reçu que 49 centimes. Une "insulte" qui renforce la détermination de Bruno Robert, président des Jeunes Agriculteurs. Ce mardi, ce sera la réunion de la "dernière chance". Les planteurs de la FDSEA et des JA ont ainsi prévu une "grosse mobilisation" sur Saint-Denis dès le matin : il faudra donc s'attendre à d'importants ralentissements depuis l'usine de Bois Rouge dans l'est jusqu'à la DAAF à la Providence. "Le but n'est pas de gêner la population, mais de montrer notre mécontentement ! Le compte n'y est pas" martèle Frédéric Vienne, prêt à en découdre.

 

 

Du côté de la CGPER, syndicat majoritaire, une mobilisation est également prévue. Ses membres se réuniront à 9 heures devant la préfecture pour ensuite se rendre en cortège jusqu'à la DAAF. L'action n'est donc pas commune mais, pour Frédéric Vienne, il est important aujourd'hui "d'oublier son étiquette syndicale pour sauver la filière canne".

Si les planteurs n'obtiennent pas satisfaction, la direction de l'agriculture devrait être totalement bloquée dans la soirée. Ils sont prêts à rester sur le site le temps qu'il faudra. Mais ces 49 centimes, c'est tout vu, ils n'en veulent pas.

mp/www.ipreunion.com

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !