Le reggaeman a enchanté le festival :

Sakifo 2017 - Magistral Marley


Publié / Actualisé
Deuxième soirée réussie pour le Sakifo : l'incroyable tête d'affiche du festival, Damian Marley, a tenu ses promesses. L'espace d'une heure et demie ce samedi 3 juin 2017, la Ravine Blanche s'est retrouvée transportée en Jamaïque. Quelques milliers de personnes sont venues applaudir le fils de Bob Marley. D'autres prestations, telles que celles d'Urbain Philéas et de Petite Noir ont tout aussi enchanté le public.
Deuxième soirée réussie pour le Sakifo : l'incroyable tête d'affiche du festival, Damian Marley, a tenu ses promesses. L'espace d'une heure et demie ce samedi 3 juin 2017, la Ravine Blanche s'est retrouvée transportée en Jamaïque. Quelques milliers de personnes sont venues applaudir le fils de Bob Marley. D'autres prestations, telles que celles d'Urbain Philéas et de Petite Noir ont tout aussi enchanté le public.

Aller simple pour Kingston ! Dreads flottant au vent et drapeau jamaïcain brandi, Damian Marley a enflammé la scène Salahin et enchanté les quelques milliers de personnes venues l'applaudir. Une prestation à la hauteur de la promesse de ce Sakifo 2017, dont le fils de Bob Marley était la principale tête d'affiche. Le "chauffeur de salle" du reggaeman, tout de rouge vêtu, avait déjà transporté les spectateurs dans une ambiance vert-jaune-rouge. Et l'arrivée de Damian Marley, sur un retentissant "Make it bun dem" a été chaleureusement accueillie.

"Patience", "Welcome to Jamrock", "Hey girl", "Affairs of the heart" : l'homme aux dreadlocks a enchaîné ses tubes avant de reprendre ceux de son père, pour le plus grand bonheur des fans de la première heure. Et c'est en choeur que "Could you be loved" et "I wanna love you" ont résonné, en hommage à Bob Marley. Si un petit rappel n'aurait sûrement pas été de refus, la prestation de Damien Jr Gong Marley a charmé les quelques milliers de personnes réunies pour l'occasion.

Sans conteste, cette deuxième soirée du Sakifo a réuni davantage de monde que lors de la précédente. Et en plus du clou jamaïcain du spectacle, d'autres prestations n'étaient pas à manquer. On pense à celle de Urbain Philéas, dont le puissant maloya a soulevé les festivaliers.

 

 

Ou encore celle de Petite Noir, un étonnant et savant mélange d'électro-pop.

 

 

Rebelote ce soir du côté de la Ravine Blanche avec un tableau tout aussi alléchant. Aorès le "risofé" du matin avec Ousananousava à Terre Sainte, Patrice, Keziah Jones et d'autres artistes vont assurer le show de clôture. Et, on l'espère, komifo !

mp/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !