Convention canne :

Les planteurs bloqueront les routes si Téréos n'accepte pas leurs propositions (Actualisé)


Publié / Actualisé
Les Jeunes agriculteurs (JA) et la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA) tenaient ce samedi matin, le 24 juin 2017, une conférence de presse au centre de réception de Beaufonds à Saint-Benoît.
Les Jeunes agriculteurs (JA) et la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA) tenaient ce samedi matin, le 24 juin 2017, une conférence de presse au centre de réception de Beaufonds à Saint-Benoît.

Une cinquantaine de planteurs exprimaient leur colère ce samedi dans l'Est. Tous condamnent l'attitude de Téréos. L'usinier leur opposait ce jeudi 22 juin 2017 une fin de non recevoir aux propositions des syndicats liées à la convention canne. Bruno Robert, président des JA lance : " Téréos communique de différentes manières à Paris et à La Réunion. Ses dirigeants étaient à Paris pour présenter leurs bons résultats financiers 2016 et leur optimisme avant la fin des quotas sucriers."

Certains agriculteurs évoquent ainsi une "attitude colonialiste et un mépris". Ils se réuniront de nouveau à Saint-Benoît ce lundi 26 juin à 9 heures pour une assemblée générale. Objectif : décider de la stratégie et surtout des actions à mener. Les téléphones commencent déjà à sonner ce week-end afin de mobiliser les troupes.

"Nous avons négocié mais nous avons eu zéro résultat. Les blocages d'usines étaient inefficaces. Il y aura peut-être un blocage routier entre Saint-Denis et le Port pour que l'État réagisse. Ces actions doivent être discutées avec les autres syndicats. Les trésoreries sont à sec, la base est très remontée. On demande une égalité de traitement avec les producteurs de betteraves métropolitains. Téréos nous considère comme des parias. C'est du néocolonialisme. Si nous n'obtenons pas satisfaction, nous passons aux blocages", lance avec détermination le représentant des Jeunes agriculteurs.

Pour rappel, les professionnels souhaitent notamment obtenir une revalorisation du prix de la tonne de canne : 6 € de plus quand Téréos propose 49 centimes d’euros d’augmentation. La dernière réunion bilatérale liée à cette convention canne se déroulait ce mercredi 21 juin à la préfecture. Les organisations syndicales espéraient à ce moment-là trouver une issue positive et rapide à leur combat. Cela a visiblement changé depuis.

Le début de la coupe risque de prendre du retard à mesure que les positions se durcissent dans chaque camp. Personne ne semble vouloir céder en premier. Les services préfectoraux vont devoir faire preuve d'un sens aigu de la diplomatie pour ramener les deux parties autour de la table.

ts/www.ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

Nadia, Posté
LA logique réunionnaise. On plante de la canne et on veut être payé sur le même prix de la betterave. Si je me mets à vendre des Dacia, et que j'aimerai le vendre au même prix qu'une Ferrari, puis je bloquer les routes pour y arriver ?
Jiji, Posté
Jose bienvenue à la Réunion... C'est comme ça qu'on règle les conflits ici...
Jose, Posté
Je ne comprends pas, pourquoi emmerder les innocents, alors que vous connaissez les coupables?

Si vous êtes vraiment idiots, je vous rappelle que c'est avec Téréos que vous êtes en conflit, alors réglez vos problèmes entre vous, et ne nous prenez pas en otages, on a besoin de bosser nous aussi.

Quand ma femme n'est pas consentante, je ne vais pas bloquer la rue en face de chez moi, non ?