Le contrat d'exploitation de la Civis devrait être alloué le 3 juillet :

Transport urbain dans le sud - Une entreprise déplore les "positions dominantes de certains transporteurs"


Publié / Actualisé
Il veut dénoncer des "positions dominantes de certains transporteurs" dans le sud de l'île. Eric Caroupapoullé, PDG de Transport C.Joseph, compte bien porter plainte au pénal, estimant que le marché de la CIVIS serait "taillé sur mesure pour les grands groupes". Le nouveau contrat pour l'exploitation du transport urbain du sud de l'île devrait être alloué le 3 juillet. La Civis précise que cette délégation de service public "n'a pas encore fait l'objet d'une attribution" et qu'"en tout état de cause, cette attribution prochaine interviendra à l'issue d'une procédure de délégation de service public encadrée par les textes (...) scrupuleusement respectés"
Il veut dénoncer des "positions dominantes de certains transporteurs" dans le sud de l'île. Eric Caroupapoullé, PDG de Transport C.Joseph, compte bien porter plainte au pénal, estimant que le marché de la CIVIS serait "taillé sur mesure pour les grands groupes". Le nouveau contrat pour l'exploitation du transport urbain du sud de l'île devrait être alloué le 3 juillet. La Civis précise que cette délégation de service public "n'a pas encore fait l'objet d'une attribution" et qu'"en tout état de cause, cette attribution prochaine interviendra à l'issue d'une procédure de délégation de service public encadrée par les textes (...) scrupuleusement respectés"

 

"La situation devient intenable" : pas de nuance pour le PDG de Transport C. Joseph lorsqu’il parle de la situation du transport dans le sud de l’île. L’entreprise réunionnaise a porté plainte devant l’Autorité de la concurrence sur les "positions dominantes de certains transporteurs". En cause : le futur vote de la Civis au sujet de l’attribution d’une délégation de service public pour l’exploitation du transport urbain du sud de l’île.

Une seule offre aurait été présentée, en raison d’un marché qui serait "taillé sur mesure pour les grands groupes", selon Eric Caroupapoullé, PDG de l’entreprise. Ce dernier souhaite ainsi dénoncer "la mainmise des grands groupes sur le secteur du transport" à La Réunion.

À en croire les dires d'Eric Caroupapoullé : "si ce nouveau contrat de la Civis est alloué le 3 juillet, ce sont les familles de Cilaos, de Petite Île, de Saint-Louis et d’autres communes du Sud qui seront affectées, car nous devrons licencier plusieurs dizaines de personnes" prévoit le directeur.

Contactée par Imaz Press Réunion, la Civis tient à préciser que cette délégation de service public "n'a pas encore fait l'objet d'une attribution" : le vote est en effet prévu pour le 3 juillet. "En tout état de cause, cette attribution prochaine interviendra à l’issue d’une procédure de délégation de service public encadrée par les textes que la Civis scrupuleusement respectés dans un souci constant de faire bénéficier à ses usagers d’un réseau de transport public de qualité et adapté aux objectifs budgétaires de la Civis" assure le président de l'intercommunalité, Michel Fontaine.

Il ajoute que "sauf à méconnaitre leur obligation d’assurer la confidentialité de la procédure et le respect des prérogatives des élus du Conseil communautaire, la CIVIS et ses élus ne sont pas en mesure de répondre aux sollicitations qui leur sont adressées et aux allégations qui pourraient être relayées par les médias".

- Une plainte au pénal -

Pour sa part le PDG de Transport C. Joseph annonce qu'une plainte devrait être déposée au pénal cette semaine. "Nous allons évidemment soutenir nos arguments par des faits en bonne et due forme" promet Eric Caroupapoullé. Il précise que sa société emploie "120 salariés". Sa démarche s’inscrit, dit-il, "dans l’espoir de préserver l’emploi de son personnel" et de "mettre fin à ces pratiques". Il estime que si l’attribution de ce contrat est votée, elle aura "un impact négatif important" sur son activité.

L’entreprise dessert actuellement plusieurs communes et villes de Cilaos, de la Petite-Île, de Saint-Louis et de Saint-Leu. "Il est urgent que le secteur du transport connaisse une concurrence saine et qu’il y ait plus de diversité parmi les acteurs économiques" conclue son dirigeant.

La Civis précise dans son communiqué qu'elle "se réserve la possibilité de prendre toute mesure utile de nature à assurer la sauvegarde de ses droits".

mp/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !