La campagne sucrière commence ce lundi :

C'est (enfin) la coupe


Publié / Actualisé
"Les Commissions Mixtes d'usine de Bois-Rouge et de Beaufonds ont décidé de la date de démarrage de la campagne sucrière au lundi 17 juillet 2017" indique Tereos dans un communiqué publié ce jeudi 13 juillet (Photo d'illustration)
"Les Commissions Mixtes d'usine de Bois-Rouge et de Beaufonds ont décidé de la date de démarrage de la campagne sucrière au lundi 17 juillet 2017" indique Tereos dans un communiqué publié ce jeudi 13 juillet (Photo d'illustration)

 

Cette campagne sucirère vient après le long et âpre conflit qui a opposé les planteurs à Tereos à propos du prix de la canne. A l'issue de plusieurs semaines de bras de fer dans un climat souvent tendu, les agriculteurs ont obtenu 2,60 euros d'augmentation sur le prix de la tonne. Cette hausse faitn passer le prix de 39,09 euros à 41,69 euros.

La  convention cannes a finalement été signée ce mardi soir en préfecture entre les trois syndicats agricoles (CGPER, FDSEA, Jeunes Agriculteurs) et le groupe sucrier. L'accord régit les prix et les pratiques de la filière cannes – sucre sur la période 2017 – 2021

Selon la nouvelle convention, pour  une richesse de référence en sucre de 13,8, le prix de base de la tonne de cannes passe de 39,09 euros à 41,69 euros, soit une augmentation de 2,60 euros. 

Une prime d'intéressement sur la vente du sucre de 88 centimes par tonne de canne vendue s'ajoute au prix de base. 40 centimes par tonne sont également versés aux agriculteurs produisant moins de 700 tonnes de cannes. 

Fortement poussés par leurs adhérents, les syndicats réclamaient une augmentation de 6 euros. Après avoir proposé 49 centimes puis 1,90 euro, Tereos a longtemps campé sur une proposition de 2,50 euros du prix de base de la tonne de cannes. Le groupe sucrier a augmenté son offre de 10 centimes dans la nuit de lundi à mardi.

Cette augmentation a été acceptée mardi matin par un vote majoritaire à bulletin secret des adhérents de la FDSEA et des JA.

Secouée par des dissensions  internes le syndicat majoritaire, la confédération générale des planteurs et éleveurs de La Réunion (CGPER) n'a pas procédé à un scrutin à bulletin secret

Dans les rangs des trois syndicats plusieurs planteurs disaient se sentir "trahis" "Ils (les dirigeants syndicats – ndlr) vont signer alors que nous n'avons même pas obtenu la moitié de ce qu'on réclamait" tempêtaient plusieurs agriculteurs.

Pour rappel : au cours des dix dernières années La Réunion a produit annuellement une moyenne de 1,8 millions de tonnes de cannes. Selon les chiffres du syndicat du sucre, la tonne de canne était payée jusqu'à présent  80,30 euros comprenant le prix de base à 39,09 euros et les différentes primes et aides versés par le groupe industriel et l'Etat.

La convention cannes garantie aux planteurs l'achat par le groupe sucrier de la totalité de leur production

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !

Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)