[PHOTOS-VIDÉOS] Les observations se multiplient dans le Sud :

Baleines - 30 géantes des mers sont déjà venues saluer La Réunion


Publié / Actualisé
Assiste-t-on à un retour des géantes des mers ? La réponse semble affirmative à cette question. On recense une trentaine d'observations depuis le début de la saison confirme Laurent Mouysset, responsable administratif et de la sensibilisation au sein du Groupe local d'observation et d'identification des cétacé (Globice). (photo d'archives rb/www.ipreunion)
Assiste-t-on à un retour des géantes des mers ? La réponse semble affirmative à cette question. On recense une trentaine d'observations depuis le début de la saison confirme Laurent Mouysset, responsable administratif et de la sensibilisation au sein du Groupe local d'observation et d'identification des cétacé (Globice). (photo d'archives rb/www.ipreunion)


Ses membres déplorent la mauvaise météo dans le Sud-Ouest. De quoi perturber leurs sorties malgré la pose récente d’hydrophones dans le Sud. Voici les images tournées lors de ces opérations dans les eaux réunionnaises.

 

 

"Dans cette région, nous avons observé pas mal de baleines. Mercredi, cinq ont été vues entre l’Étang-Salé et Pierrefonds. C’est encourageant après deux saisons très pauvres", confie le responsable. Le premier signalement date du 16 juin 2017.

En 2015-2016, le nombre de cétacés identifiés s’écroulait aux alentours d’une vingtaine. Les chiffres redevenaient comparables à ceux, très bas, de la période 2001-2006. Très loin des 171 spécimens signalés lors de la meilleure année en 2011. "On a aussi des retours de l’île Sainte-Marie, à Madagascar, où le début de saison est plutôt positif. Alors que depuis deux ans, il y avait aussi eu là-bas deux mauvaises saisons. Mais on a connu des périodes où les baleines venaient et celles qui devraient suivre n'arrivaient plus", ajoute le spécialiste.

Il faut attendre jusqu’au mois d’août pour voir si la courbe ascendante se maintient. Il semble encore trop tôt pour se prononcer définitivement. L’an passé, un frémissement intervenait fin juillet-début août avant de rapidement s’arrêter. Les scientifiques expliquent les deux dernières saisons par plusieurs phénomènes. Il s’agit encore d’hypothèses.

- Charte étendue aux dauphins -

"On sait qu’El Niño a eu une responsabilité. Les spécialistes analysent de plus près les conséquences du réchauffement climatique et notamment l’alimentation des baleines à bosse en Antarctique. Moins elles s’alimentent correctement en Antarctique, moins elles ont de réserves et moins elles engagent des migrations", commente le représentant de Globice. Une autre association dispose également de missions similaires à Mayotte.

Il s’agit d’Oulanga Na Nyamba. France Mayotte Matin précise dans son édition du 13 juillet 2017 que la saison vient de démarrer avec les premiers cétacés aperçus le mardi 11 juillet. Prometteur avec autant de recensements dans la zone Océan Indien. Mais pour profiter du spectacle, les protecteurs de ces espèces rappellent plusieurs comportements élémentaires.

Dans le département, la charte d’approche vient en effet d’être étendue aux dauphins et aux tortues. Ce document signé le 6 juillet contient les mêmes conseils pour observer ces animaux marins en toute sécurité. Objectif : les perturber le moins possible dans leur environnement. Il sera distribué dans tous les ports de l’île et mis en ligne sur le site de Globice. L'organisation vient d'ailleurs de réaliser un spot de prévention. Découvrez-le.

 

 

ts/www.ipreunion.com

Découvrez la nouvelle charte 2017 :

   

1 Commentaire(s)

Macatia, Posté
Pourquoi on voit des baleines dans le sud pas dans le nord. Didix robertix tropicalix ou le pas un peu responsable de cela avec la NRL.