[PHOTOS-VIDÉO] Après le braquage du Super U (actualisé) :

La psychose gagne les commerçants de Saint-Paul


Publié / Actualisé
Des assaillants attaquaient ce jeudi 3 août 2017 le magasin Super U, situé sur la Chaussée Royale, à Saint-Paul. Le Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) ne procédait à aucune interpellation. Un vigile recevait une balle dans la jambe. Il était légèrement blessé. Une caissière se trouve encore en état de choc. Les commerçants saint-paulois, rencontrés ce vendredi 4 août, ne s'étonnent pas de ce fait-divers. Ils affichent leur crainte et observent une montée de la délinquance dans la commune (Photos Thomas Selly)
Des assaillants attaquaient ce jeudi 3 août 2017 le magasin Super U, situé sur la Chaussée Royale, à Saint-Paul. Le Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) ne procédait à aucune interpellation. Un vigile recevait une balle dans la jambe. Il était légèrement blessé. Une caissière se trouve encore en état de choc. Les commerçants saint-paulois, rencontrés ce vendredi 4 août, ne s'étonnent pas de ce fait-divers. Ils affichent leur crainte et observent une montée de la délinquance dans la commune (Photos Thomas Selly)

 

Des grilles baissées, une enseigne fermée, contrairement à d'habitude, et un personnel souriant malgré les scènes d'angoisse de la veille. Voici l'ambiance de ce vendredi matin devant le Super U. Le directeur du magasin ne souhaite effectuer aucun commentaire à propos de l'état de santé de l'employé chargé de la sécurité, blessé, et de la caissière, toujours marquée, par le braquage de la veille. "Tout va bien. Personne ne fera de déclaration. Cela ne va pas nous empêcher de travailler", commente-t-il avant de refermer une porte latérale.

Contrairement à chaque matin, Super U n'ouvrait pas à 9 heures. Une pancarte indiquait une réouverture à 12 h 30 pour les clients. Plusieurs minutes plus tard, le reste des salariés arrivaient. Une réunion avec la direction se déroulait dans la foulée. Un événement marquant pour tout le monde. Y compris pour le maire Joseph Sinimalé. Il  envoyait dans la matinée un communiqué aux rédactions afin de réclamer des mesures.

- "Événement gravissime" -

L'élu adresse tout son soutien et sa sympathie à Jean-Pierre Lao-Ouine, le gérant, et à tout son personnel. "Face à cet événement gravissime, je réclame des mesures exeptionnelles pour assurer la sécurité des commerçants et des usagers de Saint-Paul. J'ai sollicité ce matin même une rencontre avec le sous-préfet (Frédéric Carre : Ndlr), le commandant de gendarmerie, l'association des commerçants de la ville et les services de la mairie", indique-t-il dans un communiqué. Les messages affluent.

Pour sa part, Huguette Bello, députée de la 2ème circonscription a twitté un message de "soutien à Jean Pierre Lao-Ouine et à tout le personnel du Super U"

 

 

Sur la Chaussée Royale, seul le bruit des voitures interrompait le silence assourdissant. Un unique employé du magasin nettoyait le parking avant la reprise de l'activité. Découvrez les images tournées ce matin par notre journaliste.

 

 

Du côté des commerçants, l'état d'esprit tourne plutôt à la psychose. Interrogés, une dizaine d'entre eux affichent unanimement leur inquiétude. Une professionnelle, à la tête d'une boulangerie, subissait le vol de plusieurs milliers d'euros, il y a quelques mois. Elle dénonce un sentiment d'insécurité. Écoutez son témoignage et celui d'autres de ses collègues. Ils redoutent d'être la victime d'un hold-up.

Un fournisseur du Super U, lui, n'en revient toujours pas de l'attaque de la veille. Quant à deux habitantes de la cité saint-pauloise, qui effectuent leurs achats là-bas, elles aussi témoignent de leur angoisse.

 

Une peur palpable chez tous les témoins. Impossible de filmer leurs interviews. "Mwin la pa envie d'être agressé à mon tour. Les gens i koné a mwin bien à Saint-Paul. Ma peur d'être braqué à mon tour", commente l'un d'eux de façon anonyme, de peur d'être reconnu. À la mairie de Saint-Paul, plusieurs sources confirment une montée de la délinquance dans l'Ouest. L'une d'elles se trouvait sur place avant l'assaut donné par le GIGN. Celle-ci connaît parfaitement Jean-Pierre Lao-Ouine, propriétaire du Super U. Il s'agit d'un très proche de la famille.

"Ce matin, le propriétaire voulait s'adresser en premier lieu à ses employés. Durant le braquage, il s'inquiétait pour sa caissière, encore à l'intérieur, et pour son personnel. Il est soulagé que le bilan n'ait pas été pire. Le vigile est toujours à l'hôpital. La caissière était soulagée de voir qu'il n'y avait pas eu d'autres blessés mais elle était très choquée", affirme-t-elle. Cette source évoque également les circonstances de la fuite des assaillants. "Encagoulés, ils se sont sauvés et on me dit qu'il n'y a pas eu d'argent dérobé ou très peu."

Des scènes effrayantes pour les employés, coincés à l'intérieur, durant la tentative de vol à main armée. Nul doute que la salariée et le vigile n'oublieront jamais cette soirée du jeudi 3 août 2017. Un nouveau braquage après celui du Mac Donald's de Sainte-Marie et un  second à la station située sur la Route des Tamarins.

ts/www.ipreunion.com

 

   

4 Commentaire(s)

Jean, Posté
un peu d'animation sur saint paul !
en meme temps, moi, j'ai tambour malabar et concert chaussée royale; merci pour mes oreilles
TAGOUN, Posté
C'est quoi cette intervention des forces de l'ordre ! nul nul nul..........
Delloin, Posté
Vous faites une faute récurrente dans vos articles: le possessif "notre" n'a pas d'accent. "Soyez des nôtres" mais "notre journaliste".
Safe, Posté
Le secteur de la garre de saint Paul est vraiment mal famé arrivé à une certaine heure.