MENU

Tribune libre de l'intersyndicale du centre hospitalier Gabriel Martin :

Temps de travail : "prenons soin de ceux qui nous soignent !"


Posté par
"L'intersyndicale du centre hospitalier Gabriel Martin, CFDT Santé Sociaux - FO - SUD Santé et UNSA, dénonce un climat de pseudo dialogue social" dans une tribune libre que nous publions ci-après.
"L'intersyndicale du centre hospitalier Gabriel Martin, CFDT Santé Sociaux - FO - SUD Santé et UNSA, dénonce un climat de pseudo dialogue social" dans une tribune libre que nous publions ci-après.

L'intersyndicale du centre hospitalier Gabriel Martin, CFDT Santé Sociaux - FO - SUD Santé et UNSA, dénonce un climat de pseudo dialogue social.

En effet, notre établissement doit organiser les activités futures avec un accroissement de lits (+ 60 lits) sur le Pôle Sanitaire Ouest. Pour ce faire la direction estime de façon totalement arbitraire, nécessaire de diminuer le temps de travail quotidien de l'ensemble du personnel non médical, alors que les tâches à accomplir resteront identiques pour un temps de travail réduit.

En diminuant ainsi le temps de travail du personnel, la direction espère récupérer des moyens humains et ainsi pallier à l'augmentation des services et activités futures. Les agents vont devoir travailler plus en moins de temps. Ainsi notre direction compte sur la conscience professionnelle des agents, pour donner encore plus de leur temps personnel afin d'assurer dignement la prise en charge des patients.

Le Comité de pilotage paritaire "références horaires et cycles de travail" instauré par la direction n'est guère propice aux débats et à la négociation. Pour preuve tous les sujets abordés par les représentants du personnel ne sont pas pris en compte et les 3 dernières réunions ont été annulées purement et simplement par la direction.

Sous couvert de l'annualisation du temps de travail, l'établissement Gabriel Martin peine à élaborer des plannings en respect de la réglementation en vigueur, comme par exemple sur l'obligation annuelle du temps de travail. La logique comptable l'emporte sur la qualité et la sécurité des soins, sans parler des conditions de travail dégradées. Près de 20 000 heures effectuées en plus par les agents pour la seule année 2016 ce qui aurait pu représenter 12 emplois supplémentaires.

L'intersyndicale dénonce vigoureusement ce projet malsain et ce climat social détérioré. On est tous conscient de la nécessité de faire évoluer nos organisations de travail. Mais nous sommes unanimes contre la remise en cause du temps de travail quotidien et des acquis sociaux durement obtenus

Notre combat pour sauvegarder la qualité de la prise en charge de la population du bassin ouest ne peut pas être dissocié de la défense des conditions de vie au travail à l'hôpital.

"Prenons soin de ceux qui nous soignent !"
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !