Une pétition contre les nouveaux sens de circulation (actualisé) :

Les commerçants de Saint-Denis voient rouge


Publié / Actualisé
Depuis le jeudi 17 août 2017, les rues Félix-Guyon et Maréchal-Leclerc connaissent une modification de leurs sens de circulation. Objectif : faciliter le transport en commun. Les commerçants de Saint-Denis s'opposent à ce choix. (Photo d'illustration)
Depuis le jeudi 17 août 2017, les rues Félix-Guyon et Maréchal-Leclerc connaissent une modification de leurs sens de circulation. Objectif : faciliter le transport en commun. Les commerçants de Saint-Denis s'opposent à ce choix. (Photo d'illustration)


Ces changements ne passent pas du tout chez eux. Comme l’explique Farid Mangrolia, président d'une association regroupant les professionnels, ce vendredi 18 août. Il dénonce une "incompréhension totale" vis-à-vis de la municipalité. "En 2016, le maire nous promettait de ne pas poursuivre ce projet d’interdire l’accès aux véhicules. Et voici qu’un an plus tard à notre plus grande surprise et sans concertation il applique ce qu’il avait promis de modifier", s’étonne-t-il dans un communiqué.

Lui même commerçant, le Dionysien demande clairement l’abandon de ces nouveaux tracés qui, selon lui "ne conviendraient à personne dans le centre-ville ainsi qu'aux dionysiens dans leur ensemble." Monsieur Mangrolia organise d’ailleurs la riposte. Il vient de mettre en ligne une pétition réclamant un retour aux anciens sens de circulation. L’objet du document s’intitule même "Non aux décisions arbitraires sur Saint-Denis".

- Coup de colère -

Près de 600 personnes le signaient déjà. Un coup de colère également suivi de plusieurs témoignages négatifs entendus à l’antenne sur plusieurs radios locales.Certains d'entre eux pointent des embouteillages directement liés à ces modifications. Pour rappel, le sens de circulation était changé entre le boulevard Nehru et la rue Félix-Guyon. Ce dernier axe demeure accessible depuis les rues Jules-Auber, Jean-Chatel et Lucien-Gasparin.

Cependant, il n’est plus accessible à partir des rues de Paris, Juliette-Dodu et Charles-Gounod. La rue Maréchal-Leclerc se trouve désormais exclusivement réservée aux transports en commun. Ce dispositif vise à diminuer les retards des bus et à assurer davantage de régularité dans les trajets. Les riverains, dont les garages privés se situent entre les axes Charles-Gounod/Jules-Olivier et Maréchal-Leclerc, sont autorisés à emprunter le bas de la rue piétonne afin de prendre la rue Félix-Guyon.

Ces bouleversements ne semblent pas plaîre du tout aux professionnels comme aux habitants. Reste à voir si leur mobilisation aura un effet ou non. Une autre structure, l'Union des commerçants dionysiens, va d'ailleurs rencontrer ce vendredi Ibrahim Patel, le président de la Chambre de commerce et d'industrie de La Réunion.

ts/www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Night, Posté
Bonjour,
Bon voilà,
je vais t'expliquer une chose mon ami;
tu oublies que si les entreprises disparaissent, alors la tu auras encore plus de chômeurs et de pauvres à nourrir gratuitement par L'ETAT FRANCAIS , donc la prochaine fois avant de parler bêtement.
Il faut être con pour détruire une entreprise, qui rapporte à L’ÉTAT: RSI, CRÉATION D EMPLOIS, DÉPENSE DANS ÉCONOMIE, ACHAT, TVA, TAXE, LOYER, CRÉATION DE RICHESSES POUR LA VILLE, L’EXCLUSIVITÉ POUR UNE COMMUNE D'AVOIR DES MAGASINS UNIQUE DANS SA VILLE, ECT ...
Philou, Posté
Depuis quand les problèmes d'une entreprise passent avant la vie des citoyens ?
Depuis quand un Maire cède devant une entreprise ? A moins que... chacun y trouve une solution financière...
Si les bus ont des retards, qu'ils organisent mieux leurs tournées.