MENU

Dans l'immeuble situé à Saint-Denis :

Quatre logements indécents expertisés aux Lataniers


Posté par
Un expert judiciaire intervenait ce lundi 21 août 2017 à l'immeuble des Lataniers, implanté au Butor, dans le chef-lieu. Il inspectait quatre logements touchés par des infiltrations d'eau afin de déterminer l'origine de ces dégradations. (Photo d'archives)
Un expert judiciaire intervenait ce lundi 21 août 2017 à l'immeuble des Lataniers, implanté au Butor, dans le chef-lieu. Il inspectait quatre logements touchés par des infiltrations d'eau afin de déterminer l'origine de ces dégradations. (Photo d'archives)


Une nouvelle expertise réalisée sous l’œil attentif de Philippe Boyer. Ce locataire vit depuis cinq ans dans un T5 en très mauvais état. Il espère un démarrage des travaux dans les prochains mois. La Société immobilière du département de La Réunion (SIDR) attend désormais les préconisations afin de lancer les rénovations. Suite à sa condamnation en décembre 2015 pour trouble de jouissance des locataires, le bailleur social réhabilitait une trentaine d’habitations.

"La visite s’est déroulée dans un esprit serein. J’ai montré à l’expert les infiltrations au plafond et l’apparition de nouvelles tâches dans les murs. Il y en a dans les quatre chambres, le salon, la salle de bains et les toilettes. Cela pose des problèmes d’humidité. La peinture s’écaille", détaille Monsieur Boyer. Des désagréments constatés dès son installation. Il devrait recevoir un premier rapport dans un mois. Le second, définitif, devrait être publié d’ici deux à trois mois.

- Appartement décent -

"J’espère enfin vivre dans un appartement décent. Il a été déclaré indécent par l’ARS et la CAF. Aucune solution n’avait été trouvée", rappelle l’homme actuellement en arrêt maladie longue durée. L’Agence régionale de Santé qualifiait d’indécents 80 % de ces appartements. La précédente expertise se déroulait mal. L’expert judiciaire refusait la présence d’Érick Fontaine de la confédération nationale du logement (CNL), absent ce lundi.

Une autre famille était d'ailleurs relogée. L’expert, mandaté par la SIDR, interviendra aussi pour cette affaire afin de livrer ses conclusions. La CNL évoque le chiffre de 20 000 logements insalubres dans l’île. Soit l’équivalent de 20 % de la population concernée par ce phénomène.
 

ts/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !