[AUDIO] Plus de 120 cétacés observés cette année :

Baleines : aidez Globice à les identifier


Publié / Actualisé
Elles étaient encore visibles au large du cimetière de l'Est à Saint-Denis ce lundi matin. Les baleines sont décidément bien plus nombreuses que ces deux dernières années à emprunter la route de La Réunion dans leur parcours de migration. Pour en savoir plus sur leurs habitudes et identifier un maximum de spécimens, tout un chacun peut aider l'association Globice à procéder à l'identification des cétacés observés, en envoyant une photo de la queue du cétacé.
Elles étaient encore visibles au large du cimetière de l'Est à Saint-Denis ce lundi matin. Les baleines sont décidément bien plus nombreuses que ces deux dernières années à emprunter la route de La Réunion dans leur parcours de migration. Pour en savoir plus sur leurs habitudes et identifier un maximum de spécimens, tout un chacun peut aider l'association Globice à procéder à l'identification des cétacés observés, en envoyant une photo de la queue du cétacé.

Il semblerait que les baleines aient cessé de bouder les côtes réunionnaises. De leur côté, les badauds, plongeurs et touristes ne s'en lassent pas. Depuis les premières observations en juin dernier, l'association Globice a identifié entre 120 et 150 cétacés. Une saison particulièrement exceptionnelle, quand en 2016, seules 30 avaient pu entrer dans la base de données de la structure.

Les baleines sont particulièrement nombreuses cette année. L'occasion se présente donc pour récolter un maximum d'informations sur leurs habitude et leur trajet. Dans ce cadre, l'association Globice invite tout un chacun à tenter de prendre une photo convenable de la face ventrale de la queue de la baleine à bosses, véritable "la carte d'identité" de l'animal. La pigmentation située sur cette partie du corps de la baleine est unique à chaque spécimen et fait office d'empreinte digitale. La photo est à envoyer à l'adresse "photoid@globice.org".

Si la baleine photographiée n'est pas encore dans la base de données de Globice, il sera possible pour l'auteur de l'image de donner le nom de son choix au cétacé, "en remerciement de l'aide apportée à la démarche d'identification" précise Laurent Moysset, responsable administratif et sensibilisation de l'association Globice.

L'identification permettra, via la base de données alimentée par l'association, de "comparer la fréquentation des baleines d'une année sur l'autre ou de voir si elles sont fidèles à La Réunion" : d'ailleurs, "très peu le sont", puisque moins de 5% des baleines recensées sont de nouveau visibles au large de nos côtes, d'une année à l'autre, précise Laurent Moysset. De même que deux tiers des baleines identifiées ne restent qu'une journée près de La Réunion.

Preuve que notre île n'est qu'une étape dans le parcours de migration des baleines, raison supplémentaire pour ouvrir l'oeil et préparer son appareil photo.

Pour rappel, Globice a mis en place une charte d'approche, aujourd'hui étendue aux tortues marines et aux dauphins. Cette charte prodigue de nombreuses recommandations permettant de ne pas effrayer ni blesser les cétacés lors de sorties en mer, en bateau ou en plongée. Une embarcation ne doit pas encercler l'animal et couper ses moteurs à 300 mètres de la baleine observée. La brigade Quiétude, qui comporte trois agents de l'association Globice, veille au respect de cette charte et arpente le large des côtes réunionnaises à la rencontre des plaisanciers, le temps de la saison des cétacés. 

jm/www.ipreunion.com - Publié le lundi 21 août 2017 à 11h30
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !