MENU

Les salariés de Total en grève :

11 jours que Mayotte vit au ralenti


Posté par
Depuis de 11 août 2017, les salariés de Total à Mayotte sont en grève. Ils réclament une évolution de leurs rémunérations et de meilleures conditions de travail. Les approvisionnements de carburants se font très rares sur l'île, entraînant le ras-le-bol de la population. Des négociations ont d'ores et déjà eu lieu mais celles-ci n'ont pas abouti. Le préfet de Mayotte a appelé hier au dialogue pour venir à bout de ce conflit.
Depuis de 11 août 2017, les salariés de Total à Mayotte sont en grève. Ils réclament une évolution de leurs rémunérations et de meilleures conditions de travail. Les approvisionnements de carburants se font très rares sur l'île, entraînant le ras-le-bol de la population. Des négociations ont d'ores et déjà eu lieu mais celles-ci n'ont pas abouti. Le préfet de Mayotte a appelé hier au dialogue pour venir à bout de ce conflit.

Des voitures en panne bloquant les axes routiers, des fils d'attente de plusieurs heures aux abords des stations services, des siphonnages de réservoirs, tel est le specacle à Mayotte ce mardi 22 août.

"La seule issue à ce conflit passe par la voie de la négociation" déclare la préfecture. Plusieurs d'entre elles ont eu lieu ces derniers jours entre le directeur de Total et les grévistes et syndicats. Aucun accord n'a été trouvé. 

La DIECCTE (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi) a elle d'ores et "déjà organisé deux réunions de dialogue en plus de celle qui s’était tenue dans l’entreprise et poursuit ses efforts en ce sens" a annoncé la préfecture de Mayotte dans un communiqué. Depuis le début du conflit, cette dernière tient "des réunions quotidiennes afin d’organiser, dans la limite des possibilités, le ravitaillement des véhicules prioritaires et des particuliers pour garantir la continuité des services publics et en particulier des services d’urgence"

Samedi 19 août, le préfet Frédéric Veau, a pris la décision de faire sortir six camions citernes bloqués au dépôt de Longoni qui étaient bloqués depuis plus d’une semaine, dans l’unique objectif de permettre le ravitaillement des stations-services, des barges et amphidromes et des services de transport. La préfecture déclarait qu'il "est indispensable que les stations services puissent fonctionner sans perturbation".

Selon le quotidien "France Mayotte Matin", les élus de l'île aux parfums ont annoncé, hier,  lors d'une séance plénière, qu'ils saisiront le gouvernement afin de briser le monopole de Total. Ils souhaitent qu'une étude soit engagée avant la fin de l'année 2017.

 

de/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !