Après trois ans d'existence "Solidarité étudiante" dresse le bilan :

Entre 150 et 200 étudiants s'approvisionnent à l'épicerie solidaire chaque semaine


Publié / Actualisé
Trois ans après avoir ouvert ses portes, l'épicerie solidaire de l'Université fait le bilan. Le concept de cette épicerie consiste à proposer aux étudiants une gamme de produits de supermarchés à des prix réduits. Initialement appelée Epicoop, la structure a changé de nom et s'appelle désormais Solidarité Etudiante. Inaugurée en août 2015, Solidarité étudiante continue sa route. Fermé pendant les vacances scolaires universitaire, l'établissement a rouvert ses portes hier. L'occasion de faire le point sur cette épicerie solidaire située au coeur du campus du Moufia.
Trois ans après avoir ouvert ses portes, l'épicerie solidaire de l'Université fait le bilan. Le concept de cette épicerie consiste à proposer aux étudiants une gamme de produits de supermarchés à des prix réduits. Initialement appelée Epicoop, la structure a changé de nom et s'appelle désormais Solidarité Etudiante. Inaugurée en août 2015, Solidarité étudiante continue sa route. Fermé pendant les vacances scolaires universitaire, l'établissement a rouvert ses portes hier. L'occasion de faire le point sur cette épicerie solidaire située au coeur du campus du Moufia.

Riz, haricots, dentifrice, lait, ketchup, steack, céréales... Autant de produits que propose l'épicerie solidaire de l'Université La Réunion. La liste ne cesse de s'aggrandir avec les années. Une centaine est comptabilisée. Les produits ont été identifiés par les étudiants par le biais de questionnaire.   Dans le local mis à disposition par le Crous aux 15 bénévoles étudiants, de nouveaux produits y sont exposés au centre : des légumes et fruits frais tout juste livrés par un fournisseur. 

Une nouveauté qui était nécessaire selon Alexandros Zakharatos, président de Solidarité Etudiante : " C'était une préoccupation pour nous car nous souhaitons que les étudiants mangent frais. Leur santé est une de nos priorités." Une initiative qui a également pour but d'attirer plus d'étudiants au sein de la structure. 

Une plus grande variété et une gamme de prodits qui s'améliore, oui mais les prix ?  Bonne nouvelle pour les étudiants. Ils n'ont pas augmenté bien que le coût de l'alimentation l'ai fait d'après le rapport de l'UNEF. Au contraire, ils ont baissé. Pour s'approvisionner, les étudiants doivent donc payer entre 0,10 cts et 4 euros. Compter 0,45 cts pour un sachet de nouilles, 1 euro pour une salade ou encore 1,60 une brique de jus de fruits.

"78% de nos produits sont moins chers que ceux appliqués par les quatre supermarchés autour de l'Université", assure le président de l'épicerie. Les prix fixés varient en fonction du prix d'achat auprès des fournisseurs. De même pour le choix de la gamme.

- Deux problèmes persistent - 

La baisse des prix chaque année, l'augmentation de la gamme de produit et une communication plus poussée auprès des étudiants a permis à l'épicerie de voir son nombre de clients augmenter. "Nous avons aujourd'hui entre 150 et 200 étudiants chaque semaine. Ils achètent en moyenne pour 5 et 8 euros" constate Alexandros Zakharatos.

Bien que le bilan soit positif pour Solidarité Etudiante, celle-ci est confrontée à deux problèmes que les bénévoles ont fait part à la députée Ericka Bareigts hier. En effet, le premier concerne le principal fournisseur. L'épicerie souhaite en trouver un autre proposant des prix plus attractifs. Cela dans l'optique de baisser un maximum les prix des produits vendus aux étudiants. Le second problème sur lequel Alexandros Zakharatos a interpelé Ericka Bareigts est le financement de l'épicerie. Cette dernière existe grâce aux aides du Crous de la Réunion, de l'Université et des marges faites sur les aliments.

Les bénévolent et élus étudiants ont insisté sur l'aspect solidaire et social de l'épicerie qui permet aux étudiants d'être moins précaires afin d'obtenir des solutions. A savoir que celle-ci est ouverte de 17h à 21h tous les jours de la semaine. "Les horaires permettent à tous les jeunes universitaires de s'approvisionner après les cours au sein du campus et pour pas cher", conclue-t-il. 

 

de/www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Jose, Posté
Pauvre petit jeune comment faire pour lui faire parvenir 10€ afin de payer le coiffeur ?