Modification des sens de circulation à Saint-Denis :

Les commerçants disent qu'ils perdent de l'argent


Publié / Actualisé
Le collectif Saint-Denis en colère poursuit sa série d'actions ce mercredi 30 août 2017. Au programme : distribution d'affiches et de pétitions afin demander l'abandon des nouveaux sens de circulation dans les rues Félix-Guyon et du Maréchal-Leclerc à Saint-Denis. Plusieurs commerçants assurent perdre du chiffre d'affaires depuis la modification effectuée par la municipalité début août.
Le collectif Saint-Denis en colère poursuit sa série d'actions ce mercredi 30 août 2017. Au programme : distribution d'affiches et de pétitions afin demander l'abandon des nouveaux sens de circulation dans les rues Félix-Guyon et du Maréchal-Leclerc à Saint-Denis. Plusieurs commerçants assurent perdre du chiffre d'affaires depuis la modification effectuée par la municipalité début août.

 

Pétition en ligne contre pétition en ligne. Celle des professionnels du chef-lieu recueillent plus de 1 400 signatures contre le changement décidé par arrêté municipal. La seconde, du comité des voyageurs de Citalis en compte 248. Un écart saisissant. Après leur opération menée au Petit marché, Saint-Denis en colère maintient la pression. Ses membres continuent leur activisme sur le terrain ce mercredi. Ils ne participaient pas non plus au premier comité de suivi organisé ce mardi 29 août à la mairie.

"Ce mercredi, nous continuons à coller nos affiches et à imprimer des pétitions version papier afin de les faire signer par les riverains et les usagers du centre-ville. Il faut que cela fasse boule de neige", glisse Sophie Repiquet, porte-parole de la structure. Celle-ci regroupe plus de 500 commerçants issus de l’association de gestion du centre-ville (AGCV), de l'union des commerçants dionysiens, des artisans, des maraîchers et des habitants.

Les professionnels constatent une baisse de leur chiffre d’affaires (CA) depuis bientôt un mois. Ils réclament le retour à l’ancien plan de circulation. "Nous nous disions que la fréquentation baissait à cause des vacances mais je n’ai jamais vu des chiffres aussi bas en cinq ans. Alors que je suis un commerce récent. Pour les bazardiers du Petit marché, c’est une catastrophe. Ils sont extrêmement remontés", analyse Sophie Repiquet.

- "CA catastrophique" -

Gérante d’une enseigne de décoration intérieure, elle occupe également le poste de secrétaire générale de l’AGCV. Et ne voit plus aucun client depuis un mois. "Un nombre de clients divisé par 5", observe-t-elle. Un constat partagé par le gérant d’un magasin de chaussures, situé près de la rue Maréchal-Leclerc. "En 2016, je voyais au minimum 200 clients par jour. Aujourd’hui, ce n’est même pas 30 par jour. Un manque à gagner. Mon CA est catastrophique. J’ai perdu 70 % depuis la mise en place des sens interdits à Saint-Denis", explique-t-il. L’homme souhaite conserver son anonymat.

Le chef d’entreprise n’envisage pas de modifier son fonctionnement afin d’attirer à nouveau les clients. Quasiment tous les magasins dont le sien ferment leurs portes entre midi et deux. Et n’ouvrent pas en début de soirée. "Je suis entièrement d’accord mais il faut surtout réfléchir à une rue semi-piétonne. Ce transport en commun en site propre n’existe pas, ailleurs en France. Ce n’est pas une question d’amplitude horaire. Les commerçants se reposent et mangent entre midi et deux. Ils n’ont pas beaucoup de clients à ces heures-là", lance-t-il.

- Baisse de fréquentation -

Un autre patron dresse le même constat. Lui aussi insiste sur la baisse de fréquentation de l’hyper-centre. "Difficile d'évaluer mon activité mais j’ai au moins perdu un tiers de mon CA. Le changement de sens crée des embouteillages", avance le responsable d’une échoppe de vêtements. Trois autres de ses homologues évaluent une perte de CA comprise entre 30 et 40 % par rapport à la même période l'an dernier. Selon eux, ces bouchons seraient directement liés aux changements des trajets des bus. Les services de la Citalis, en charge du transport en commun, n’effectuent pas la même analyse.

Ils lanceront bientôt une enquête de satisfaction afin d’obtenir l’avis des usagers. "Nous travaillons à l’amélioration du réseau. Le changement de sens de circulation améliore vraiment les choses tout comme la régularité des trajets. La clientèle voit son temps de parcours diminué. C'est ce que disent les premières remontées de terrain. Et les conducteurs voient leur temps de travail mieux aménagés", indiquent-ils. Des points positifs pas vraiment confirmés par  sur les réseaux sociaux.

Il suffit de lire les réactions suite à la pétition postée par Citalis sur sa page Facebook. Comme vous pourrez le constater en cliquant sur ce lien. Plusieurs internautes taclent les nouveaux horaires. "Je suis toujours usager sauf que je prends de moins en moins le bus à cause des changements", écrit l’un d’eux.

Un autre précise : "Les bus sont en retard en grande partie à cause des embouteillages causés par les voitures, notamment en centre-ville." Les versions divergent. Une chose sûre : la colère ne semble pas prête de retomber. Saint-Denis en colère envisage en effet de préparer des actions supplémentaires dans les jours à venir.
 

ts/rb/www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

MATT, Posté
Ce nouveau plan de circulation met à mal aussi les riverains et usagers de la route. Je ne suis pas commerçant. Je perds du temps en voiture donc plus de dépenses en gazoil. Je stress davantage pour regarder à chaque fois ma montre.
Prendre le bus oui. mais il faut au préalable que j'ai une place à me garer d'une part et d'autre part l'insécurité régne aux abords des bus et à l'intérieur des bus. Demandez aux chauffeurs de bus qui à maintes reprises ont fait grève pour l'insécurité. Les commerçants ont raison. Moi je vais en grande surface car plus pratique. Je viendrai en ville si c'est facile à stationner et si c'est animé. Le Maire on dirait laisse le centre ville mourir. Il ne fait que des logement sociaux. ca lui apporte des voix.