Plus de 70 employés attendent d'être payés :

Universal Park - Personne n'a vu les problèmes arriver


Publié / Actualisé
Dix jours de fête incroyable pour les enfants et un mois et demi plus tard, le désenchantement pour les employés. Ils sont plus de 70 à réclamer leur dû après avoir travaillé lors de l'événement Universal Park, à la Nordev à Saint-Denis. Pour l'heure, ils ont manifesté à deux reprises et attendent que l'organisateur leur donne des réponses et leur argent.
Dix jours de fête incroyable pour les enfants et un mois et demi plus tard, le désenchantement pour les employés. Ils sont plus de 70 à réclamer leur dû après avoir travaillé lors de l'événement Universal Park, à la Nordev à Saint-Denis. Pour l'heure, ils ont manifesté à deux reprises et attendent que l'organisateur leur donne des réponses et leur argent.

C’était une première à La Réunion : Un parc d’attraction où seule l’entrée est payante. L’entreprise Evénementiel Réunion est à l’origine de cet événement qui a accueilli des milliers de Réunionnais. Un mois aujourd'hui qu’Universal Park a pris fin et plusieurs employés n’ont toujours pas reçu leur salaire qui aurait dû être versé le 10 août.

Hôtesses, caissiers, manutentionnaires, serveurs… Ils sont plus de 70. Pourtant, d’après une des employés, Marie* (nom d'emprunt) rien ne présageait un quelconque conflit : "Lors d’une réunion du personnel quelques jours avant l’ouverture, on avait en face de nous un directeur très sérieux qui nous a servi un discours très carré ". 

- Dépôt de bilan - 

Aujourd'hui, c'est l'incompréhension qui règne chez l'ensemble des employés : "Comment peut-on organiser un évenement aussi grand sans prévoir une enveloppe pour les salariés", regrette l'hôtesse. Celle-ci a d'ailleurs tenté de joindre le principal concerné à plusieurs reprises, sans succès !

Elle est finalement parvenue à entrer en contact avec la secrétaire, qui lui a annoncé d'abord qu'elle allait être payée en retard soit le 25 août. Le 25 août, ne voyant aucun versement sur son compte, elle recontacte la secrétaire. Cette dernière lui annonce le dépôt de bilan de l'entreprise. Pour cause, un retour non escompté de l'évenement. "Apparemment, d'après ses dires, il y aurait eu 20.000 entrées. C'est faux puisque j'étais à l'accueil et j'ai comptabilisé plus de 60.000 personnes", dément Marie.

- Deux numéros de SIRET -  

Autre mystère que n'arrive pas à comprendre Marie. En effet, après avoir insisté auprès de la secrétaire pour obtenir l'attestation de l'employeur et sa fiche de paie, elle finit par les obtenir. Des incohérences au niveau du numéro de SIRET apparaissent. Imaz Press s'est procuré ces documents. Nous avons voulu nous renseigner sur l'entreprise Evenementiel Réunion.

Après quelques clics sur un site de vérification de SIRET (www.infogreffe.fr) nous avons eu nos informations. Le premier numéro affiché sur la fiche de paie de Marie se réfère à une entreprise de fabrication de produits alimentaires au nom du principal concerné. Ce qui ne correspond en rien à l'activité d'Evénementiel Réunion. Le second SIRET figurant sur l'attestation de l'employeur quant à lui n'est pas attribué à une entreprise. 

De son côté, la Nordev qui a accueilli l'événement insiste sur le fait de ne pas en être l'organisateur. Elle a uniquement loué l'espace à Evénementiel Réunion. Elle assure d'ailleurs que les démarches de location se sont déroulées "comme d'habitude" et qu'aucune anomalie n'a été constatée. "Nous avons vérifié si l'entreprise était en règle, s'il n'y avait pas de travail illégal, si elle était à jour dans ses cotisations. On a des obligations à respecter", déclare la Nordev. A l'heure actuelle, bien que l'entreprise soit en règle aux yeux de la Nordev, elle n'a pas encore payé l'intégralité du loyer. Rien d'alarmant et d'anormal pour le moment selon l'organisme.

- Groupe de soutien sur Facebook - 

Afin d'obtenir les explications concernant le retard de paiement des employés, Imaz Press Réunion a tenté de joindre le directeur d'Evénementiel Réunion, à son bureau et sur son portable. Après plusieurs appels, nos questions sont restées sans réponses puisque nous n'avons pas eu d'interlocuteur au bout du fil. 

Pour l'heure, Marie et les autres employés espèrent toucher leur revenu dans les plus brefs délais. Pour se faire entendre ils ont créé une page facebook intitulé "Soutien aux employés d'Universal Park - Evénementiel Réunion". Elle est suivie par 850 personnes pour le moment. Ils ont également envoyé un courier au directeur de l'entreprise (Voir photos). Certains ont quant à eux déjà porté plainte. 

* (nom d'emprunt)

de/www.ipreunion.com

   

Mots clés :

    1 Commentaire(s)

    Fishburne, Posté
    Je suis cette affaire qui me paraît assez importante il faut le souligner.
    Concernant le SIRET d'une entreprise comme je l'ai précisé dans un autre commentaire sur un autre site, il est tout à fait possible qu'une entreprise conserve son SIRET tout en ajoutant ou en changeant complètement d'activité. Dans son cas il doit s'agir d'une "adjonction d'activité", mais dont l'activité principale n'a pas été modifié sur le papier par les greffes du tribunal de commerce. Ca arrive malheureusement.
    Le site infogreffe ne vous donnera que le code APE et l'activité principal que le tribunal de commerce juge que l'entreprise exercera. Toutes les activités secondaires ne sont pas listées sur infogreffe ni sur l'avis de situation SIREN.

    Il faudra vous procurer un extrait kbis qui vous détaillera l'ensemble des activités de l'entreprise.

    De plus la nordev n'a pas pour habitude de louer les locaux à des entreprises qui n'existent pas où qui ne seraient pas en règle.