Après la signature de l'arrêté d'exploitation (actualisé) :

Carrière de Bois-Blanc - Saint-Leu va réviser son plan local d'urbanisme


Publié / Actualisé
Ce vendredi 1er septembre 2017, la mairie de Saint-Leu a indiqué via un courrier accepter d'engager la procédure de mise en compatibilité du plan local d'urbanisme (PLU) suite à la signature de l'arrêté d'exploitation de la carrière de Bois Blanc par le préfet. La municipalité indique "refuser" que la préfecture puisse se substituer aux "élus de Saint-Leu pour que ce projet (...) puisse se faire".
Ce vendredi 1er septembre 2017, la mairie de Saint-Leu a indiqué via un courrier accepter d'engager la procédure de mise en compatibilité du plan local d'urbanisme (PLU) suite à la signature de l'arrêté d'exploitation de la carrière de Bois Blanc par le préfet. La municipalité indique "refuser" que la préfecture puisse se substituer aux "élus de Saint-Leu pour que ce projet (...) puisse se faire".

 

L'arrêté d'ouverture de la carrière de Bois-Blanc à Saint-Leu a été signé ce 31 juillet par le préfet de La Réunion Amaury de Saint-Quentin. Ce dernier a qualifié le projet d'intérêt général, permettant l'extraction des roches massives du site. Elles serviront à approvisionner le chantier de la Nouvelle Route du Littoral.

Nous publions ci-dessous l'intégralité du courrier adressé au préfet par Thierry Robert

"(...) En préambule, il me semble nécessaire de vous rappeler, une nouvelle fois, la vive opposition de la population à cette carrière, exprimée lors des deux enquêtes publiques et du référendum ainsi que celle des Maires des communes concernées. La Ville de Saint-Leu n'est toujours pas favorable a la réalisation d'une carrière sur le site de Bois Blanc et se réserve pour sa part, le droit d'entamer toutes les procédures nécessaires au non aboutissement de ce projet hasardeux, injustifié et désastreux.

Je m’interroge d’ailleurs sur cette décision de I’Etat à engager une procédure de PIG alors même que les réserves de la commission d’enquête n’ont pas été levées. En effet, les résultats des sondages complémentaires sur le site demandés par les commissaires enquêteurs pour vérifier la présence, la qualité et la profondeur de la roche massive utile pour la Nouvelle Route du Littoral ne sont toujours pas connus.

Ainsi, vous n’avez pas, pour ce motif, délivré l’autorisation au titre des installations classées permettant l’ouverture de la carrière. En l’état, le Projet d'Intérêt Général ne se justifie pas, sauf à considérer que vous anticipez l’autorisation d’exploiter la carrière.

Votre démarche est d’autant plus préoccupante qu’une autre carrière à Dioré, autorisée aussi, suite à un PIG de l’Etat, est aujourd’hui rejetée par les constructeurs et le maître d’ouvrage. Les roches ne seraient pas, selon eux, de bonne qualité pour la NRL et remettent ainsi en cause les éléments techniques fournis par le carrier.

Dès lors, conformément a mes différents courriers, seule une analyse technique indépendante, autre que celle issue des carriers pouvait garantir le bon usage de l’outil PIG préalablement à toute nouvelle autorisation.

Il est regrettable de voir qu’aujourd’hui, vous usez a nouveau de cet outil qui vient déposséder les élus locaux de la libre administration de leur collectivité sur la seule base d’éléments techniques émanant du futur carrier lui-même, sans avoir eu l’assurance, de façon objective, que la carriére de Bois Blanc est d'intérêt général.

Néanmoins, l'article L153-51 du Code de l‘Urbanisme prévoit que je dispose d'un délai d'un mois pour vous faire connaitre si j'engage les adaptations du PLU nécessaires a la réalisation de ce projet.

En effet, cette procédure que vous avez engagée, nous contraint a choisir entre deux possibilités :

1) la première, refuser de mettre en oeuvre la démarche ce qui vous laisse immédiatement la main sur le PLU de Saint-Leu et vous permet de vous substituer aux élus de Saint-Leu pour que ce projet, auquel nous sommes plus que jamais opposes, puisse se faire ;

2) la deuxième, accepter d'engager la procédure que vous nous imposez, de mise en compatibilité du PLU, ce qui nous permet de rester maitre de notre PLU.

J'ai l'honneur de porter a votre connaissance le choix de la Ville de Saint-Leu qui se porte sur la deuxième possibilité évoquée ci-dessus.

Mes services se rapprocheront des vôtres afin de déterminer la procédure à engager et les modalités afférentes.

Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l'expression de ma considération distinguée"

 

   

2 Commentaire(s)

TAGOUN, Posté
Avec un Préfet qui signe des arrêtés à peine arrivé....surement pour faire plaisir à l'ancien qui n'avait pas eu le temps .......on est bien barré à la Réunion, pourvu qu'il n'y ait pas trop de problèmes car je sens que l'on va s'amuser avec ce Préfet....
Je ne fais qu'un seul geste, je retourne ma veste, Posté
c'est pas pour rien que thierry robert s'entend si bien avec gilbert anette: chez eux trahir c'est comme respirer.