[LIVE-VIDEO/PHOTOS] Le cortège a traversé les rues de Saint-Denis :

Près de 2000 personnes mobilisées contre la loi Travail


Publié / Actualisé
Ce mardi 12 septembre 2017 signe la première mobilisation sociale sous le quinquennat d'Emmanuel Macron. Le point qui fâche : la loi Travail. À La Réunion, l'intersyndicale CGTR-FSU-Unef-Solidaires a lancé un appel à la mobilisation. Des membres de FO devraient également être de la partie. 2000 personnes selon les organisateurs, 1500 selon la police, sont dans les rues de Saint-Denis. Suivez cette mobilisation en live. Les manifestants ont quitté le Jardin de l'État peu avant 10 heures pour rejoindre la préfecture (Photo rb/www.ipreunion.com)
Ce mardi 12 septembre 2017 signe la première mobilisation sociale sous le quinquennat d'Emmanuel Macron. Le point qui fâche : la loi Travail. À La Réunion, l'intersyndicale CGTR-FSU-Unef-Solidaires a lancé un appel à la mobilisation. Des membres de FO devraient également être de la partie. 2000 personnes selon les organisateurs, 1500 selon la police, sont dans les rues de Saint-Denis. Suivez cette mobilisation en live. Les manifestants ont quitté le Jardin de l'État peu avant 10 heures pour rejoindre la préfecture (Photo rb/www.ipreunion.com)

- Ce live est à présent terminé, merci d'avoir suivi l'actualité avec Imaz Press Réunion -

12h33 - Le Barachois est à nouveau ouvert à la circulation dans les deux sens. La mobilisation s'achève et les manifestants se dispersent peu à peu.

• 12h13 - Fin des prises de parole des représentants syndicaux. L'Internationale retentit dans les jardins de la préfecture.

 


• 12h13 - Une nouvelle manifestation est prévue pour le 21 septembre par la CGT : les représentants syndicaux lancent un appel à se mobiliser à nouveau.

• 11h56 - Le Barachois est fermé dans le sens Est/Nord depuis la Rue Labourdonnais et dans le sens Ouest/Nord depuis la Rue Lucien Gasparin jusqu’à nouvel ordre.
Il est conseillé aux usagers d’emprunter la RN6 Boulevard Sud depuis l’échangeur de Gillot.

• 11h30 - Le cortège est près de la préfecture. Suivez le déroulé de l'action en direct ci-dessous avec notre journaliste sur place.

• 11h30 - Les représentants syndicaux évoquent une participation de plus de 2000 personnes.

 


• 11h30 - "On ne sera jamais de la chair à patron" clament les affiches de manifestants contre la Loi Travail tandis que d'autres proclament "Je suis fainéant", "En Marche arrière" ou encore "Je suis cynique", en référence aux propos du chef de l'État. Les Insoumis sont également présents.

 


• 11h30 - La tête du cortège arrive près de la préfecture et reste au niveau de la rue Labourdonnais. L'ambiance est toujours présente dans le défilé !

 


• 11h01 - La manifestation arrive au Monument aux Morts au moment où le carillon de l'horloge de l'ancien Hôtel de Ville sonne 11h00 🕰🛎

• 10h57 - "Derrière la loi travail se cachent le capital, les luttes sociales et la grève générale", scandent les manifestants. Voilà Emmanuel Macron et le gouvernement d'Édouard Philippe prévenus... ✊🏼

• 10h55 - Danio Ricquebourg, CGTR Ports et Docks 🚢 🛥, explique son opposition à la réforme de la loi travail

• 10h51 - Selon les forces de l'ordre environ 1 500 personnes participent à la manifestation.

• 10h45 - Le cortège arrive vers la rue Félix-Guyon où le Collectif des commerçants en colère barrait la circulation ce lundi. Pas de chance pour les automobilistes, avec le passage du cortège cette fois ce sont les forces de l'ordre qui coupent le trafic

• 10h44 - Le député Insoumis Jean Hughes Ratenon est parmi les manifestants

• 10h41 - Jacky Balmine de la CGTR BTP et d'autres représentants syndicaux annoncent que 2 000 personnes manifestent. Ils attendent encore d'autres manifestants

• 10h24 - La circulation est interrompue dans la rue Sainte-Marie. Les manifestants continuent de scander des slogans hostiles aux ordonnances réformant le Code de travail

• 10h24 - "Nou lé pa plus, nou lé pa moin !" scandent les manifestants. Pour l'histoire, il convient de noter que ce slogan a été lancé pour la première fois par le député PCR Laurent Vergès du haut de la tribune de l'Assemblée nationale pour revendiquer l'égalité du Smic et des prestations sociales entre La Réunion et la Métropole

Les manifestants de la CGTR crient "les fainéants sont dans la rue", en réponse aux récentes déclarations d'Emmanuel Macron. La circulation devrait être coupée d'ici quelques minutes.

• 10h22 - Les secrétaires généraux Port et Docks et BTP - Jacky Balmine, Danio Ricquebourg - discutent avec Marie-Hélène Dor de la FSU. Jacques Bughon du secteur automobile participe également à la discussion. Le cortège repart tout doucement dans la rue de Paris et se dirige à l'angle de la rue Sainte Marie.

• 10h19 - Le Saiper, Solidaires, la FSU et Sud ont également répondu à l'appel à manifester. La mobilisation est à l'arrêt depuis une dizaine de minutes. Les fédérations CGTR métallurgie et services sont également de la partie.

• 10h15 - Comme au niveau national, l'union départementale FO n'a pas appelé à la manifestation, mais, a déclaré "soutenir les iniatives" de ses fédérations locales : Katell Louarn (FO) réagit à ce non appel à la manifestation

 

• 10h11 - Parmi les personnalités présentes dans le défilé se trouvent notamment le maire du Port Olivier Hoarau (PLR) et la députée de la deuxième circonscription  Huguette Bello (PLR)

• 10h09 - "L'ambiance monte" constatent nos journalistes sur place. Le cortège progresse doucement dans la rue de Paris. "Les jeunes en ont assez, la précarité n'est pas un métier" peut-on lire sur les pancartes de l'UNEF (syndicat d'étudiants)
 

• 10h06 - En tête de cortège les chauffeurs de salle de la CGTR assurent l'ambiance comme à chaque fois lors de ce type de manifestation  🎤✊🏼🥁

 

• 09h55 - Le cortège quitte le Jardin de l'État pour rallier la préfecture.  L'UNEF (syndicat d'étudiants) ouvre la marche suivi de la CGTR. Des manifestants arrivent dans le sens inverse du défilé et rejoingnet cette première manifestation sous l'ère Macron contre la loi travail.

 

 

 

- Pour comprendre -

Emmanuel Macron fait face ce mardi à la première mobilisation sociale de son quinquennat avec l'appel à des grèves et manifestations partout en France lancé par des syndicats qui dénoncent la réforme du code du travail comme une "régression sociale".

Lire aussi - Réforme du Code du travail: Macron face à l'épreuve de la rue et des grèves

Cette première journée de mobilisation contre la loi travail vise les ordonnances du code du travail, dévoilées la semaine dernière par le gouvernement. Le projet prévoit 36 mesures, qui n'ont pas manqué de faire réagir les syndicats. Entre autres : le plafonnement des indemnités prud'homales, le fusionnement des instances représentatives du personnel, le licenciement économiques.

Lire aussi - 36 mesures qui divisent les syndicats en Métropole et à La Réunion

Une première épreuve de la rue pour Emmanuel Macron, qui se prépare à un rassemblement national. Sur l'île, le défilé devrait partir à 9 heures du Jardin de l'État, à Saint-Denis, pour rejoindre la préfecture. Plusieurs perturbations ont été annoncées dans les écoles autour de la surveillance et de la restauration scolaire.

Lire aussi - Le point sur les perturbations dans les écoles ce mardi

À La Réunion, l'intersyndicale CGTR-FSU-Unef a lancé un appel à la mobilisation. Le syndicat Solidaires les a également rejoint. Du côté de FO, l'union départementale affirme soutenir les initiatives de ses membres sans pour autant appeler à descendre dans la rue.

Lire aussi - Les paradoxes de Force Ouvrière

Parallèlement, Emmanuel Macron a déclaré depuis Athènes qu'il ne céderait rien "aux fainéants, aux cyniques et aux extrêmes". Un message clair aux manifestants de ce mardi. Les réactions indignées se sont enchaînées : le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, s'est notamment dit "scandalisé" . L'Elysée n'a pas eu d'autre choix que de préciser le propos du chef de l'État via Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, qui a assuré que le président visait "ceux qui n'ont pas eu le courage de faire les réformes nécessaires" durant les "trente dernières années". Autrement dit ses prédécesseurs François Hollande, Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac. Reste à voir comment réagira t-il face à cette première épreuve de la rue sous son quinquennat.

ts/rb/mp/mb/www.ipreunion.com

 

   

3 Commentaire(s)

Jean Le Monstre, Posté
Pourquoi n'avez-vous pas passé mon commentaire?
Il est trop contre Macron? ce fainéant, ce cynique, et cet extrême (Bonjour Jdean le monstre, de quel commentaire parlez-vous ? Nous n'en avons pas supprimé -Bien cordialement, webmaster)
Lol, Posté
Et les travailleurs sont au boulot, il a raison Macron
La vérité si je mens !, Posté
A chacun son bonheur à transpirer au soleil avec une main devant , l'autre derrière