MENU

Après la garde à vue de Jean-François Nativel :

Bloquer les routes ou se baigner, pas le même tarif


Posté par
Ce vendredi 15 septembre 2017, Jean-François Nativel de l'association Océan Prévention Réunion a été placé en garde à vue. C'est suite au rassemblement "Nou't tout dan la mer" organisé aux Roches Noires qu'il a été entendu par les gendarmes, déféré au tribunal de Saint-Denis et mis en examen pour organisation d'une manifestation interdirte. Une décision qui interroge, au vu des récentes manifestations entraînant régulièrement des blocages de la route. Aucune garde à vue et encore moins une mise en examen n'a été prononcée à la suite de ces barrages
Ce vendredi 15 septembre 2017, Jean-François Nativel de l'association Océan Prévention Réunion a été placé en garde à vue. C'est suite au rassemblement "Nou't tout dan la mer" organisé aux Roches Noires qu'il a été entendu par les gendarmes, déféré au tribunal de Saint-Denis et mis en examen pour organisation d'une manifestation interdirte. Une décision qui interroge, au vu des récentes manifestations entraînant régulièrement des blocages de la route. Aucune garde à vue et encore moins une mise en examen n'a été prononcée à la suite de ces barrages

 

Au delà de la cause et au delà du discours, il convient d’abord de s’interroger sur les faits. Jean-François Nativel, de l’association Océan Prévention Réunion (OPR) a initié un rassemblement aux Roches Noires, invitant toute personne qui le souhaite à entrer dans l’eau, avec une planche de surf ou un bateau.

Suite à cette manifestation, l’homme a été mis en examen pour organisation d’une manifestation non autorisée et placé sous le statut de témoin assisté pour mise en danger de la vie d’autrui. Pour rappel, un arrêté d’interdiction du rassemblement avait été pris par la municipalité de Saint-Paul, se justifiant notamment d’un risque de "problèmes de sécurité des personnes et des biens". Un arrêté préfectoral concernant l’interdiction de baignade est également en vigueur. C’est noté.

Lire aussi : "Nou't tout dan la mer" - La préfecture met en garde contre la violation de la réglementation

Éloignons nous des des côtes de l’ouest pour nous diriger sur la route du Littoral ou vers le Barachois. Deux sites connus depuis plusieurs années maintenant pour leur vocation à attirer les coupeurs de routes.

Car à La Réunion, barrer la circulation semble être devenu un sport national, qu’importe l’objet de la manifestation. Il s’agit de se faire entendre d’une manière choc y compris en commettant le délit d'entrave à la circulation au nez et à la barbe des forces de l'ordre, de la justice et de l'administration préfectorale.

Soit.

D'abord une constatation : au cours de ces dernières années aucun des instigateurs de ces blocages - qui dure parfois plusieurs jours jours de suite -, n'a été placé en garde à vue et encore moins mis en examen pour ce délit.

Pensons maintenant à ces automobilistes coincés dans des embouteillages à n’en plus finir pendant plusieurs heures. Parmi eux, il n’y a sans doute pas que des personnes bien portantes et en bonne santé. Il y a des femmes enceintes, des bébés, des gramounes fragiles. Certains se sont retrouvés coincés durant des heures à flanc de la falaise de la route du Littoral. Cette même falaise d’où chutent parfois des blocs de plusieurs tonnes. Le dernier important éboulement en date a d’ailleurs eu lieu en mars 2017. Pas particulièrement rassurant.

Et la question de se poser : bloquer les routes et empêcher les automobilistes de circuler sur un axe à risques revient t-il à mettre en danger la vie d’autrui ? Il semble légitime de s’interroger à ce sujet lorsque l’on connaît les drames qui se sont déjà produits par le passé sur la route du Littoral. C’est d’ailleurs un peu pour ça qu’un chantier pharaonique a vu le jour en pleine mer.

Alors, oui, bien sûr, les causes, manières et discours diffèrent. Mais, au final, ces manifestations ont toutes en commun un aspect révolté et revendicatif. Alors, s’inscrit t-on dans une logique du deux poids deux mesures ? Un blocage de route sur un axe risqué ne vaut-il pas aussi une garde à vue, à l’image d’une baignade dans une zone tout aussi risquée ? En tout cas, le sentiment d’injustice est légitime. À moins que Jean-François Nativel n’ait obligé des personnes à se jeter à l’eau… ce qui n’est pas le cas.

Ce n’est pas le nom ou la qualité de l’organisateur qui compte ici. Mais plutôt et surtout les conséquences qu’entraînent certains actes plus que d’autres. De quoi attiser encore un sentiment de frustration sur une île où poser un orteil dans l’eau – sur certaines zones – est considéré comme une infraction. 

Deux "détails" intéressants pour finir.

Ce lundi, au lendemain du rassemblement Nou't atout dan la mer, plusieurs rues du centre-ville de Saint-Denis étaient barrées par des manifestants sous les yeux des forces de l'ordre et forcemment à la connaissance de la Justice et de l'administration préfectorale...

Ce jeudi, au moment où le dirigeant d'OPR était présenté à un juge d'instruction, un énième barrage de route était mis en place sur le Barachois... sous les fenêtres de la préfecture... et une opération escargot était organisée sur la route du littoral... sous la falaise d’où chutent parfois des blocs de plusieurs tonnes...

Définissez en les comparant : "rassemblement sur le sable" "mise à l'eau", "entrave à la circulation" et "mise en danger de la vie d'autrui", vous avez quatre heures...

mp/mbwww.ipreunion.com (mis en ligne vendredi 15 sept'mbre 2017 à 3h - actualisé)

   

7 Commentaire(s)

Aterla, Posté
Bravo. Bravo au journaliste et bravo à Nativel. Honte à Toto dans les commentaires....
Mol974, Posté
nativ tu as totalement raison de te battre maintenant car tout ou tard le probleme requin deviendra un sujet de tension à la reunion. laisse cozer les gens qui ne sont pas concernés et qui donnent leur avis sur tout et n'importe quoi. seules les personnes légitimes doivent s'exprimer sur le sujet. larg pa zot momon !!!!
CHABAN , Posté
BRAVO, c'est dit !!!
Je suis contre les blocages, je suis pour sa mise en examen à condition que les coupleurs de route en tout genre répondent eux aussi de leurs actes.

Alors à défaut d'avoir réglé le problème requin si cette action pouvait au moins permettre de remettre chacun devant ses responsabilités...

Mise en examen des organisateurs emploi vert d'hier ?
Toto, Posté
JF Nativel s'est toujours cru au dessus des lois, salissant tout le monde derrière son clavier .Il n'a aucun respect pour ceux qui ne sont pas de son clan...Quand on est fonctionnaire d'Etat, et encore plus, n'a t'on pas une obligation d'exemplarité et à minima une obligation de réserve et du respect pour l'Etat qui lui permet de faire bouillir sa marmite...
Bluebell, Posté
Liberté? Egalité? Fraternité?
1tienvomieuque2tulora, Posté
Quand la lâcheté, le mépris des autres, la suffisance d'un préfet tel que le petit nouveau Amaury de Saint-Quentin se heurtent au ras le bol des Réunionnais et au courage, au don de soi, à la générosité de Jean-François Nativel qui se bat pour permettre au peuple réunionnais de retrouver un accès à la mer sans peine de mort ou de mutilation. Facile d'interdire un rassemblement qui ne gêne personne à part les coupables de cette situation. Cela commence à ressembler à une dictature !!!
Pol, Posté
Tu es dit dans votre article , BRAVO ! Il est surement plus facile de mettre en geôle un surfeur qu'un transporteur ou un agriculteur