De nouveaux soutiens pour Réunion pêche australe :

Les parlementaires à la pêche à la légine


Publié / Actualisé
Réunion Pêche Australe, un des cinq armements autorisés à capturer de la légine par la préfecture des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) en 2016, vient de recevoir le soutien de plusieurs parlementaires locaux. Nous publions ci-après et intégralité le communiqué de la société. (Photo d'illustration)
Réunion Pêche Australe, un des cinq armements autorisés à capturer de la légine par la préfecture des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) en 2016, vient de recevoir le soutien de plusieurs parlementaires locaux. Nous publions ci-après et intégralité le communiqué de la société. (Photo d'illustration)

 

Réunion Pêche Australe (RPA), l’un des 5 armements français autorisés à la pêche à la légine par la préfecture des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), reçoit le soutien de nombreux parlementaires, tous partis confondus. Alors que l’an dernier, l'entreprise avait obtenu un droit de pêche à la légine, l’entreprise ne s’est pas encore vue attribuer de quota pour la campagne 2017-2018 qui vient de commencer le 1er septembre.

Un arrêté complémentaire doit être prochainement publié par la préfecture des TAAF concernant le reste du total admissible de capture, non encore affecté. Réunion Pêche Australe, qui intègre 80 petits pêcheurs réunionnais, avait obtenu lors de la dernière campagne un quota de 100 tonnes. Les parlementaires demandent à ce que ce même quota lui soit réattribué cette année, afin de permettre un meilleur ancrage territorial et un partage de la ressource pour tous les pêcheurs de la Réunion.

La société avait déjà été fortement appuyée l’an dernier par les sénateurs Michel Fontaine (LR) et Michel Vergoz (PS) ; alors que David Lorion (LR) a interpellé le Premier ministre sur ce sujet dès le début du mois de juillet, puis à nouveau il y a quelques jours, ce sont à leur tour Nathalie Bassire (LR), Huguette Bello (PLR) et Gelita Hoarau (PCR), Erika Bareigts (PS) et Thierry Robert (LREM) qui viennent de faire connaître au Gouvernement et à la préfète des TAAF leur soutien au projet de Réunion Pêche Australe et leur souhait d’une juste répartition des quotas de légine, non encore attribués pour la campagne de pêche en cours.

La temporisation dans l’affectation définitive des quotas nuit à l’organisation de RPA qui se voit dans l’incapacité de confirmer pour l’instant l’option qu’elle a posée sur le Corinthian Bay et de recruter son équipage. " L’an dernier, une revendication historique des " petits pêcheurs " de La Réunion a enfin été entendue : avoir la possibilité de bénéficier des retombées de la pêche à la légine, ressource extrêmement rémunératrice qui se trouve aux paaortes de notre bassin maritime. Nous espérons que la demande de RPA, dont nous faisons partie, reçoive une réponse favorable du gouvernement et des TAAF très prochainement ", déclare Stéphane Vienne, gérant de la SAPPMA (Société des Artisans Pêcheurs Professionnels des Mers Australes, actionnaires à 19% de RPA).

Sébastien Camus, Président de Réunion Pêche Australe, est confiant. " Le soutien dont nous bénéficions actuellement, qui dépasse les luttes entre les partis, est une belle preuve de la qualité de notre projet et de l’intérêt qu’il présente pour la Réunion" explique-t-il. La question de savoir si les pêcheurs réunionnais vont être les seuls à être exclus de la pêcherie à la légine est une question éminemment politique sur laquelle nous attendons avec impatience un positionnement gouvernemental qui n‘a pour l‘instant pas eu lieu ".

A propos de Réunion Pêche Australe

Réunion Pêche Australe (RPA) est une société fondée en 2016, dont le siège social est basé à Saint-Pierre de la Réunion. La société est détenue à 51% par l’armement ENEZ Pêche (groupe REUNIMER), 30% par l’armement ATLANTIS (groupe Minatchy) et 19% par la Société des Artisans Pêcheurs Professionnels des Mers Australes (SAPPMA). RPA est spécialisée dans la pêche à la légine, un poisson à très forte valeur marchande, jusqu’ici commercialisé essentiellement sur les marchés très rémunérateurs que sont la Chine, les Etats-Unis et le Japon.

La volonté de RPA : permettre au territoire réunionnais de se réapproprier les bénéfices générés par la légine, et revaloriser la filière pêche locale. Création d’emplois, formation d’une main d’œuvre réunionnaise qualifiée, transformation de produits à forte valeur ajoutée pour le marché local, ce sont autant d’objectifs que s’est fixés la société.

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !