Guy Pignolet veut lancer Papang :

Un voilier solaire en route pour la Lune


Publié / Actualisé
Le défi d'une Terre-Lune à la voile avec un voilier solaire made in Reunion Island est sur le point de débuter. A la tête de ce projet intitulé Papang, Guy Pignolet, chercheur scientifique local, associé à deux femmes : Erika Vélio, ingénieur et le chef de projet attendu pour le développement technologique du voilier "Papang", et Ambre N'Guyen, étudiante en biologie et Miss Réunion 2016, qui sera marraine du projet. Papang, un concept pour faire connaitre La Réunion, au-delà des frontières. (Photo d'illustration)
Le défi d'une Terre-Lune à la voile avec un voilier solaire made in Reunion Island est sur le point de débuter. A la tête de ce projet intitulé Papang, Guy Pignolet, chercheur scientifique local, associé à deux femmes : Erika Vélio, ingénieur et le chef de projet attendu pour le développement technologique du voilier "Papang", et Ambre N'Guyen, étudiante en biologie et Miss Réunion 2016, qui sera marraine du projet. Papang, un concept pour faire connaitre La Réunion, au-delà des frontières. (Photo d'illustration)

 

Le projet est simple selon Guy Pignolet, Papang c'est de : " Lancer un voilier solaire " que nou la fé " et le faire naviguer pendant plus d’un an autour de la Terre pour aller photographier la face cachée de la Lune, ce n’est qu’un jeu, un rêve de grands enfants, et c’est précisément ce que nous sommes".

Guy Pignolet, accompagné d'Ericka Vélio souhaite donc "fabriquer et lancer un voilier solaire de 3 kg en orbite géostationnaire". Un projet de quatre ans qui est à la portée de La Réunion. "Nous avons la capacité de le faire". Papang vise ainsi à donner une résonnance internantionale les compétences scientifiques de l'île.

Le projet est parti d'une réflexion du chercheur avec l'U3P, l'association francophone des voiles solaires. De grandes lignes du projet ont ainsi été discutées et consolidées. A Matsuyama, au Japon, une première rencontre en juin a eu lieu avec les partenaires de l'équipe qui est allée avec la voile " Ikaros " jusqu'à la planète Vénus. Guy pignolet affirme être prêt à lancer l'opération sur le plan humain et sur le plan technique.

Une projet qu'il estime "pas cher". "La course Terre-Lune en voilier solaire est un spectacle, et comme toute organisation, elle a besoin de trésorerie pour garantir son déroulement harmonieux. Un demi-million d’euros.", avait déclaré l'équipe composée de Guy pignolet, Ericka Vélio et Ambre N'Guyen dans une lettre adressée aux entrepreneurs. Une somme qui devait être réunie en seulement 8 jours avant le 11 septembre. Une rencontre décisive avec les partenaires japonais, aura prochaineement lieu au Congrès Mondial d'Astronautique à Adélaïde, en Australie.

de/www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Bekalunet, Posté
C'est extraordinaire et ce n'est qu'un départ car il y a trop de potentiel qui sommeille dans notre Île . Merci pour ce que vous faites. Vous manquerez votre génération