Il est resté trois jours dans l'île :

Jean-Luc Mélenchon à La Réunion en 24 images... inattendues


Publié / Actualisé
Jean-Luc Mélenchon, leader de la France insoumise, défenseur, dit-il, des plus démunis, pourfendeur des classes dominantes, du patronat abuseur et des médias scélérats était à La Réunion du vendredi 15 septembre au dimanche 17 septembre 2017. L'ami des "gens" a été reçu par son "petit frère" le député Jean-Hugues Ratenon. Il s'est rendu à la mairie du Port et a été reçu par le maire Olivier Hoarau qu'il a qualifié de "jeune insoumis". Il a rendu hommage à Paul Vergès qui ne l'a "jamais soutenu", avec qui il "n'a pas toujours été d'accord" mais qui était "un grand homme". Il a mangé des samoussas sur le marché forain de Sainte-Marie. Il a parlé de requins qu'"il faut éloigner des côtes" et de nouvelle route du littoral "pour laquelle se pose le problème des carrières". Il a aussi beaucoup parlé avec les journalistes. Ceux d'ici et ceux venus de Métropole pour lui demander pourquoi il était à La Réunion et pas à la fête de l'Humanité. Convivial, presque cordial, et c'est suffisamment rare pour le souligner, il a répondu (parfois très longuement) à toutes les questions des médias. L'occasion pour le photographe d'Imaz Press Réunion de figer quelques expressions souvent surprenantes (Photos rb/www.ipreunion)
Jean-Luc Mélenchon, leader de la France insoumise, défenseur, dit-il, des plus démunis, pourfendeur des classes dominantes, du patronat abuseur et des médias scélérats était à La Réunion du vendredi 15 septembre au dimanche 17 septembre 2017. L'ami des "gens" a été reçu par son "petit frère" le député Jean-Hugues Ratenon. Il s'est rendu à la mairie du Port et a été reçu par le maire Olivier Hoarau qu'il a qualifié de "jeune insoumis". Il a rendu hommage à Paul Vergès qui ne l'a "jamais soutenu", avec qui il "n'a pas toujours été d'accord" mais qui était "un grand homme". Il a mangé des samoussas sur le marché forain de Sainte-Marie. Il a parlé de requins qu'"il faut éloigner des côtes" et de nouvelle route du littoral "pour laquelle se pose le problème des carrières". Il a aussi beaucoup parlé avec les journalistes. Ceux d'ici et ceux venus de Métropole pour lui demander pourquoi il était à La Réunion et pas à la fête de l'Humanité. Convivial, presque cordial, et c'est suffisamment rare pour le souligner, il a répondu (parfois très longuement) à toutes les questions des médias. L'occasion pour le photographe d'Imaz Press Réunion de figer quelques expressions souvent surprenantes (Photos rb/www.ipreunion)
   

2 Commentaire(s)

Jean Le Monstre, Posté
Moi aussi, je sais faire.
Macron, le leader de la France En Marche Arrière, défenseur des plus nantis, pourfendeur de la classe ouvrière, des retraités abusifs, et des médias de la vraie gauche, ne viendra pas à la Réunion ni en 2017, ni en 2018, ni en 2019, ni en 2020, ni en 2021. L'ami des riches ne sera pas reçu par son petit esclave Thierry Robert. Il ne se rendra pas au Port et ne sera pas reçu par le maire Olivier Hoarau qu'il ignore complètement. Il se fout comme de sa première chemise de Paul Verges qui n'est pas sa tasse de thé. Il préfère manger des barbes à papa dans son Élysée. Il parle de Libéralisme qu'il faut faire régner dans nos frontières et de nouveaux moyens à mettre en place malgré le peuple bougon à cette idée. Il parle seulement avec les journalistes qu'il a choisi. Ceux essentiellement de Paris, qui ne lui demandent pas pourquoi il ne va ni à la Réunion ni à la fête de l'Humanite. Souriant, presque béat, inutile de le dire, c'est son expression permanente (Bravo pour votre humour Jean Le Monstre - webmaster)
Bruno Bourgeon, Posté
On ne dira jamais assez qu'il y a loin entre l'homme présenté par les médias, souvent vilipendé, y répondant avec parfois une certaine agressivité, et l'homme de tous les jours, souriant, cultivé, chaleureux, à l'écoute. Regardez le film de la campagne de Mélenchon par Gilles Perret, surtout la version longue, qui sortira en janvier, et surtout la fin, lorsqu'il se fait maquiller : un grand moment d'émotion!