MENU

Ils contestent le projet de Réunion Pêche Australe :

Les petits pêcheurs réclament la "Légine pour Tous"


Posté par
Ce mercredi 20 septembre, le président du comité des pêches, Bertrand Baillif et une vingtaine de pêcheurs se sont réunis devant la Direction de la Mer Sud Océan Indien (DMSOI). Pour la majorité, des pêcheurs artisanaux qui craignent la disparition du projet " Légine pour tous ", qu'ils avaient voté à 80% en janvier dernier. Ce projet serait menacé par celui de Réunion Pêche Austral (RPA), un des 5 armements français autorisé à la pêche de la légine par la préfecture des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF). 80 pêcheurs y ont déjà souscrit contre un droit d'entrée de 2000 euros.
Ce mercredi 20 septembre, le président du comité des pêches, Bertrand Baillif et une vingtaine de pêcheurs se sont réunis devant la Direction de la Mer Sud Océan Indien (DMSOI). Pour la majorité, des pêcheurs artisanaux qui craignent la disparition du projet " Légine pour tous ", qu'ils avaient voté à 80% en janvier dernier. Ce projet serait menacé par celui de Réunion Pêche Austral (RPA), un des 5 armements français autorisé à la pêche de la légine par la préfecture des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF). 80 pêcheurs y ont déjà souscrit contre un droit d'entrée de 2000 euros.

Ils veulent développer la pêche artisanale réunionnaise et pérenniser l’emploi et les investissements engagés au cœur de cette filière. C’est le souhait des petits pêcheurs artisanaux depuis la signature du projet porté par Bertrand Baillif, président du comité des pêches de La Réunion. Pourtant, alors que le projet a été signé en février 2017, par 80% des pêcheurs professionnels réunionnais, le projet RPA vient tout chambouler puisque les 350 000 euros engagés dans "légine pour tous" est remis en cause par .

#974 #LaRéunion Les pêcheurs artisans rassemblés devant la Direction Maritime Sud Océan Indien à Saint-Denis pic.twitter.com/9PSrXTrJrj

— Imaz Press Réunion (@Ipreunion) 20 septembre 2017

Lire aussi : Pour le développement de la filière légine - 80 pêcheurs réunionnais adhèrent au projet "Réunion pêche australe"

En effet, le comité des pêches reproche à RPA de ne pas prendre en compte suffisamment la pêche artisanale au profit de la pêche au large et de la pêche hauturière. " RPA est une société d’armement, privée capitaliste qui arrive dans la légine grâce à son poids politique. On se sert des petits pêcheurs artisanaux pour avoir de la crédibilité", lance le président du comité des pêches.

Lire aussi : "Légine pour tous" veut développer la pêche artisanale réunionnaise

Ce qui inquiète d’autant plus les petits pêcheurs c’est que RPA demande une augmentation des quotas de pêche de légine auprès des députés alors qu’une restriction de 200 T. " Ils ont actuellement 100 T, et ce n’est pas rentable pour eux donc ils vont demander 450 T supplémentaires", déplore Bertrand Baillif.

La restriction des quotas engendrerait une perte d’argent pour le comité des pêches. "Les armements historiques nous versent 350 000 euros mais si 400 T sont attribuées à RPA, on bénéficiera moins d’argent. Ils pêchent moins, ils ne vont pas nous donner la même somme ", ajoute-t-il. Les pêcheurs insitent sur la nécessité de cette somme car ils en ont besoin pour "sauver la pêche artisanale", notamment en le dispositif de concentration de poisson, la formation professionnelle des jeunes et le plan d'écloserie. 

Les pêcheurs ont décidé de se réunir devant la DMSOI afin d'obtenir des réponses et le soutien de l'Etat. Après près d'1h30 d'attente, quelques pêcheurs ont été reçu à la DMSOI par le directeur adjoint. Résultat, ils n'ont eu aucune réponse puisque l'institution ne gère pas les quotas attribués. Une réunion est donc prévue aujourd'hui à Saint-Pierre entre les mécontents et la préfete des Terres Australes et Antartiques Françaises. A l'issus de cette seconde réunion, ils espèrent qu'un choix "raisonnable" soit fait. 

 

de/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !