MENU

Semaine de la mobilité :

Saint-Denis - Gilbert Annette prend le bus


Posté par
À l'occasion de la semaine mobilité à Saint-Denis, le maire de la ville Gilbert Annette a tenu une conférence de presse mobile à bord d'un bus ce vendredi 22 septembre 2017, pour un faire un tour, en guise d'état des lieux, des sites qui figurent sur le projet de mobilité de la ville. Pour le maire il ne s'agit pas seulement un d'enjeu pour la ville, mais bien d'un "enjeu réunionnais".

À l'occasion de la semaine mobilité à Saint-Denis, le maire de la ville Gilbert Annette a tenu une conférence de presse mobile à bord d'un bus ce vendredi 22 septembre 2017, pour un faire un tour, en guise d'état des lieux, des sites qui figurent sur le projet de mobilité de la ville. Pour le maire il ne s'agit pas seulement un d'enjeu pour la ville, mais bien d'un "enjeu réunionnais".


 

C'est un point presse particulier qu'a livré le maire de Saint-Denis, Gilbert Annette, ce vendredi 22 septembre. Une heure de tour en bus pour faire le point sur les grands chantiers qui attendent Saint-Denis. "Tout cela n'est pas simple, mais c'est une condition indispensable au développement de la ville" explique d'entrée Gilbert Annette. S'il admet que la ville a pris du retard par rapport à d'autres villes du pays, affirme avoir "un plan de mobilité, avec de grands projets". Du téléphérique prévu "l'horizon 2019-2020", en passant par la Nouvelle Entrée Ouest (NEO) au Transport en Commun en Site Propre (TCSP) qu'il "veut élargir", le maire a assuré vouloir montrer "plus de pédagogie" pour faire "accepter le projet" aux Dionysiens. Un projet "considérable mais nécessaire" pour éviter "la mort de Saint-Denis et de La Réunion dans 10 ans".  



- Projet NEO, "pas d'augmentation des impôts" - 



Grand chantier de la liaison entre l'Ouest et Saint-Denis avec la Nouvelle Route du Littoral (NRL), l'objectif du projet NEO est simple : "préserver et développer le Barachois", tout en "faisant sauter le goulot d'étranglement" qui touche le pont de la Rivière Saint-Denis affirment le maire et ses adjoints. Un projet à 400 millions d'euros "revu à la baisse", puisque le projet initial tablait, selon Gilbert Annette, sur un budget de 500 millions d'euros. Si le coût pour la ville s'élève à "57 millions d'euros", le maire l'assure : "il n'y aura pas d'augmentation des impôts". 



Pour le "premier tronçon" qui devrait voir le jour en 2020, il s'agit encore "d'affiner les travaux" pour les équipes de construction pour "permettre aux gens de continuer de se déplacer". La "construction d'un nouveau pont" se fera en parallèle de la circulation qui sera maintenue sur le pont de la rivière. La livraison de cette première partie du projet NEO en 2022 permettra "une insertion sans problème par la NRL" a assuré le maire.



- Pas encore "d'éléments chiffrés" pour le TCSP - 



Autre mesure phare du projet mobilité de la Mairie, l'extension du TCSP "se fera étape par étape" a expliqué Gilbert Annette. Si la ville ne dispose pas encore "d'éléments chiffrés", la promesse est faite d'une "grosse amélioration" d'ici à 2020. Un projet qui va de pair avec le "développement des modes de déplacements doux" souhaité par le maire. En tête de liste, "la trottinette et le vélo à assistance électrique" avec pour objectif "l'économie sur les énergies fossiles". 



 





Autre mesure évoquée, les transports en commun de la ville de Saint-Denis gratuits pour les jeunes jusqu’à leur majorité. C’est ce qu’a affirmé Gilbert Annette dans le but de "changer les habitudes" afin qu’un "plus grand nombre comprenne que le bus est un bon moyen de mobilité". Cela aura-t-il un impact sur le prix du ticket ou de l’abonnement pour les autres usagers ? "Non, il n’y aura pas d’impact sur les tarifs" assure le maire.



 

- "Développer mais également sécuriser les bus" -



Si le volet du développement durable a longuement été évoqué durant le tour en bus, Gilbert Annette a annoncé qu'il souhaitait plus de "sécurité dans les bus" : "si nous voulons que les dionysiens prennent plus les transports en commun, il faut les d'abord les développer mais également sécuriser les bus". Parmi les solutions évoquées, "la lutte contre les fraudes" sera encore "plus forte qu'aujourd'hui" a insisté Gilbert Annette.

hf/www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

La Pie, Posté
Je ne sais pas quelle ligne il a pris, mais les bus Citalis que je prends ne ressemblent pas du tout à ce véhicule moderne et propre (et presque vide un vendredi).
La vérité si je mens !, Posté
annette gilbert s'exprime et se fait plaisir en donnant des informations en boucle depuis la préhistoire