75 malades recensés depuis le début de l'année :

Deux nouveaux cas de dengue en deux semaines


Publié / Actualisé
Au cours des 15 derniers jours, deux nouveaux cas de dengue autochtone ont été signalés, portant à 75 le nombre de cas identifiés depuis le début de l'année. "Contrairement aux années précédentes où la circulation virale s'était à chaque fois arrêtée avec l'entrée dans l'hiver austral, on observe cette année des cas qui continuent à être signalés pendant tout l'hiver, au-delà de la période habituelle" indique l'Agence régionale de santé (ARS) ce mardi 3 octobre 2017 (Photo d'illustration)
Au cours des 15 derniers jours, deux nouveaux cas de dengue autochtone ont été signalés, portant à 75 le nombre de cas identifiés depuis le début de l'année. "Contrairement aux années précédentes où la circulation virale s'était à chaque fois arrêtée avec l'entrée dans l'hiver austral, on observe cette année des cas qui continuent à être signalés pendant tout l'hiver, au-delà de la période habituelle" indique l'Agence régionale de santé (ARS) ce mardi 3 octobre 2017 (Photo d'illustration)

 

Le premier cas de debngeu de ces 15 derniers jours est situé à Bras Panon, à proximité d'un autre cas précédemment identifié dans cette même commune, confirmant à priori la mise en place d’une chaine de transmission dans ce secteur. "Le deuxième est un cas ancien situé sur Saint-Paul (Savannah) qui a été confirmé tardivement" note l'ARS.

"La circulation du virus de la dengue persiste donc de manière diffuse malgré l’hiver austral. Au total, 73 cas autochtones et 8 cas importés ont été identifiés depuis le début de l’année" note l'Agence de santé.

Pour rappel, la  dengue est une maladie transmise par les piqûres de moustique (à La Réunion, par le moustique tigre, Aedes albopictus).

Dans sa forme classique, la dengue se caractérise par une fièvre d’apparition brutale accompagnée d’un ou plusieurs des symptômes suivants : frissons, maux de tête, douleurs articulaires et/ou musculaires, nausées et vomissements.

Pour éviter la propagation du virus, l’ARS rappelle "qu’il est impératif, en cas d’apparition brutale de fièvre éventuellement associée à des maux de tête, douleurs musculaires, éruptions cutanées, nausées, vomissements, saignements ou fatigue : de consulter rapidement un médecin et de continuer à se protéger des piqûres de moustiques".

L'ARS note également que "la période actuelle est toujours propice au développement des moustiques, et notamment du moustique tigre, vecteur de la dengue. Ce dernier pond dans de petites collections d’eau stagnante, souvent créées par l’Homme autour de son habitation".

La lutte contre les moustiques repose sur des gestes simples à mettre en œuvre au quotidien : éliminer les eaux stagnantes dans son environnement (vider les soucoupes, vérifier l’écoulement des gouttières, respecter les jours de collecte des déchets, vider les petits récipients, …). Il faut aussi éliminer les déchets pouvant générer des gîtes larvaires et e protéger des piqûres (port de vêtements longs, utilisation de répulsifs et de moustiquaires), y compris quand on est malade pour ne pas contaminer son entourage.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !